L’esprit des Ouïghours est célébré dans les peintures de « Maison »

« Chez soi » signifie différentes choses pour les jeunes Ouïghours – dont certains n’ont peut-être même pas visité leur patrie ancestrale dans la région du Xinjiang, à l’extrême ouest de la Chine.

C’était le thème du dernier concours artistique annuel destiné aux artistes ouïghours et autres, organisé par le Collectif Ouïghourun groupe de jeunes basé à Cambridge, dans le Massachusetts, qui organise l’événement annuel depuis 2019.

L’artiste ouïghoure Gülnaz Tursun du Kazakhstan a exprimé son admiration pour le sentiment de fierté des jeunes artistes d’être ouïghours, évident dans leurs créations.

« Ce concours d’art a un thème génial, chaque tableau exprimant des sentiments liés à la patrie, au foyer et à la famille », a-t-elle déclaré.

« Cela me fait chaud au cœur de voir que même lorsqu’ils vivent à l’étranger, nos jeunes nourrissent toujours un profond désir de leur patrie, évident dans leurs œuvres qui reflètent un profond amour pour leurs racines – un sentiment qui m’a vraiment touché », a déclaré Tursun.

Munawwar Abdulla, la fondatrice du Collectif Ouïghour qui travaille également comme chercheuse à l’Université Harvard, a déclaré qu’elle et d’autres avaient lancé ce concours il y a cinq ans parce qu’il n’y avait pas suffisamment de plateformes pour que les Ouïghours à l’étranger, en particulier ceux des beaux-arts, puissent exposer des œuvres qui « incarner l’Ouïghourisme ».

Cette compétition est un moyen pour les Ouïghours vivant dans la diaspora de préserver leur culture, leur langue et leur religion au milieu des mesures prises par le gouvernement chinois pour les éliminer du Xinjiang – que les Ouïghours, majoritairement musulmans, préfèrent appeler le Turkestan oriental – et les remplacer par les Han dominants de Chine. culture.

C’est également un moyen pour les jeunes Ouïghours nés à l’étranger de rester connectés à leur pays d’origine, où le gouvernement chinois a réprimé les Ouïghours et d’autres minorités turques et commis de graves violations des droits de l’homme qui ont constitué un génocide et des crimes contre l’humanité, selon l’organisation. Nations Unies, États-Unis et autres pays occidentaux.

« Je me suis senti obligé »

Trente œuvres d’artistes ouïghours du monde entier ont été soumises lors du dernier concours, les candidatures étant attendues avant le 25 décembre 2023.

Les candidatures ont été présentées sur les comptes de réseaux sociaux du Collectif ouïghour et les téléspectateurs ont voté en ligne entre le 13 et le 15 janvier. Le Collectif Ouïghour a annoncé trois gagnants le 17 janvier.

En deuxième position, « Freedom and Liberty » d’Adina Sabir, 16 ans, des États-Unis, montre un service à thé et une meule de pain plat ouïghour sur une table avec la ville de New York en arrière-plan. (Adina Sabir)

La première place est revenue à Kübra Sevinç, 17 ans, de Turquie, pour son texte intitulé « Bir Tuwgan » ou « Parent », représentant…

Source

Laisser un commentaire