East Asia Forum

Auteur: Peter Drysdale, ANU

L’économie mondiale a subi un coup dur alors que les principales économies du monde arrêtent à leur tour leur activité pour lutter contre la propagation du COVID-19. Le PIB de la Chine, principal partenaire commercial de l’Australie, a baissé de 6,8% au premier trimestre de cette année. Son commerce total a baissé de 6,4% (exportations 11,4% et importations 0,7%). Au cours de cette période, le produit intérieur brut du Japon a chuté de 3,4% et celui des États-Unis de 4,8%. La crise a frappé la Chine d’abord et durement.

Au cours de la même période, les exportations australiennes vers la Chine a grandi de 4,3% par rapport à il y a un an, deux fois plus vite que nos exportations totales. La part de la Chine dans le commerce australien a atteint 35,8%, malgré une baisse de 12,8% des importations australiennes en provenance de Chine. Les exportations de bœuf ont augmenté de 30,3%. La Chine a amorti le choc économique initial de la crise COVID-19 sur notre économie. Les revenus du tourisme chinois et des étudiants internationaux ont plongé, bien sûr, en conséquence des politiques du gouvernement australien pour se protéger contre la propagation du COVID-19.

Ces résultats sont le produit de l’énorme réforme du marché au cours des 40 dernières années qui a fait de la Chine le plus grand commerçant du monde. Ils sont également le produit de son attachement à l’ordre commercial fondé sur des règles par l’adhésion à l’OMC il y a 20 ans, qui a intégré ses marchés à ceux du monde entier. Ils sont le produit des gouvernements australien et chinois permettant aux entreprises d’augmenter leurs propres revenus et les revenus nationaux en trouvant les meilleures offres sur les marchés internationaux.

On aurait pu penser que ces faits mettaient les relations commerciales entre l’Australie et la Chine dans une position délicate, bouleversées bien que les deux nations soient soumises à la crise COVID-19. Pourtant, les bonnes nouvelles largement non diffusées sur la relation sont totalement perdues dans une fracture de confiance qui l’entoure maintenant.

Malgré la vigueur des relations économiques bilatérales, à l’exception peut-être des investissements étrangers, ils ont mal tourné au cours des cinquante dernières années. En traitant les uns avec les autres, l’Australie et la Chine trébuchent sur leurs relations de plus en plus compliquées avec Washington et sur la réalité que la Chine est maintenant aussi une grande puissance – peut-être plus sensible que la plupart en raison de la façon dont la critique étrangère joue dans la politique intérieure.

La dernière brouhaha a été déclenchée par l’appel de la ministre australienne des Affaires étrangères Marise Payne à une enquête mondiale indépendante sur les origines de la pandémie COVID-19 et L’empilement du Premier ministre Scott Morrison.

La relation Australie-Chine a désespérément besoin de la supervision d’un adulte et de se remettre sur la bonne voie.

Il y avait un furieux accord sur la nécessité de revoir l’expérience de la pandémie de Pékin à Bruxelles avant que l’Australie ne revendique la propriété de l’idée. La question n’a jamais été celle du désir justifié de mieux connaître la pandémie qui se manifeste maintenant à l’Assemblée mondiale de la Santé afin que nous soyons mieux préparés à de telles éventualités à l’avenir. La question a porté sur la nature et le calendrier ainsi que sur le contexte politique international fébrile dans lequel l’Australie a lancé l’idée. Aucune proposition australienne n’a été élaborée. Il n’y a pas eu de consultation avec les voisins ou partenaires de la région, et pas seulement la Chine, ils ont tous été stupéfaits par la candeur avec laquelle l’Australie a colporté son idée sur celle à laquelle elle est désormais signée avec l’OMS.

Les tensions se sont intensifiées au sujet de l’utilisation par la Chine de bâtons économiques pour punir l’Australie à propos de ce différend politique. L’ambassadeur de Chine à Canberra Cheng Jingye a évoqué la possibilité de représailles économiques par un public chinois qui était «frustré, consterné et déçu» par l’appel «politique» de l’Australie pour une enquête mondiale. Il a critiqué le gouvernement australien pour avoir «cédé» aux États-Unis et a fait valoir que toute enquête future devrait être entreprise «sans aucun agenda politique caché ni aucun objectif politique».

L’activation de l’action antidumping chinoise de longue haleine contre les exportateurs australiens d’orge et la suspension des licences de quatre abattoirs australiens – bien que les deux gouvernements aient essayé de les présenter comme des questions techniques distinctes – ont alimenté les tensions.

Utilisation par la Chine des sanctions économiques est rare, malgré les cas souvent cités de terres rares, de bananes, de saumon, de canola et le boycott du grand magasin Lotte; cela ne fonctionne presque jamais; et il est soumis aux disciplines juridiques internationales que la Chine a acceptées. L’Australie peut porter la question de l’orge à l’OMC; tout comme la Chine pourrait contester les multiples mesures antidumping de l’Australie sur les produits en acier et en aluminium, mais ce n’est pas le cas.

D’autres grandes puissances comme les États-Unis sont également des utilisateurs actifs du muscle économique. La respiration haletante de la Chine sur les exportations agricoles australiennes est plus menaçante dans le contexte de son accord commercial de phase 1 extra-OMC avec l’administration Trump. Cet accord oblige la Chine à acheter 32 milliards de dollars supplémentaires d’importations agricoles des États-Unis au cours des deux prochaines années. Bienvenue dans un avenir de commerce géré.

La relation Australie-Chine a désespérément besoin de la supervision d’un adulte et de se remettre sur la bonne voie. Au-delà de COVID-19, c’est une relation au cœur des ambitions de la communauté australienne pour la reprise économique et la reconstruction; il est essentiel de forger des stratégies de coopération qui préservent la prospérité et la stabilité politique dans la région asiatique; et il est essentiel d’aider à sécuriser l’ordre mondial fondé sur des règles. Sur ces trois points, les intérêts stratégiques de l’Australie et de la Chine convergent.

L’Australie et la Chine ont beaucoup de travail à faire pour rattraper le terrain diplomatique perdu. Mais ils ont la possibilité de s’associer à des partenaires de la région pour accélérer la coopération internationale sur COVID-19. L’une des priorités stratégiques de la politique étrangère pour les deux est de travailler avec les voisins pour accélérer la reprise économique de la crise. La Chine sera au cœur de l’effort de coopération et de relance. L’action australienne pour arrêter la pandémie doit maintenant être combinée avec une coordination régionale et mondiale proactive sur les politiques de santé publique, financières et commerciales s’il doit y avoir quelque chose comme une reprise en forme de V de ses effets économiques.

Peter Drysdale est professeur émérite et chef du Bureau de recherche économique de l’Asie de l’Est à la Crawford School of Public Policy de l’Australian National University.

Cet article fait partie d’un Série spéciale EAF sur la nouvelle crise des coronavirus et son impact.

Une version de cet article est apparue à l’origine ici dans The Australian Financial Review.

Source : East Asia Forum

Laisser un commentaire