Catégories
Chine

LM-5 et LM-5B: des sauts géants pour le rêve spatial chinois

Auteur: Vidya Sagar Reddy, Jane’s Group

Les ambitions spatiales de la Chine ont fait un grand bond en avant avec le lancement réussi de sa fusée Longue Marche 5B (LM-5B) en mai 2020. Le véhicule de lancement et les charges utiles de test ont permis aux scientifiques spatiaux chinois de valider les technologies critiques pour la construction d’une station spatiale, en renvoyant des échantillons lunaires et explorer Mars. Ces projets permettront à la Chine d’atteindre un semblant de parité avec les États-Unis tout en conservant son avance sur ses pairs asiatiques dans la poursuite d’un rêve d’espace.

La fusée porteuse Long March 5B décolle du centre de lancement spatial de Wenchang à Wenchang, province de Hainan, Chine, 5 mai 2020 (Photo: China Daily via Reuters).

La Chine est le troisième comté au monde à posséder un programme spatial humain indigène. Il a également construit des laboratoires spatiaux – Tiangong-1 et Tiangong-2 – mais est en retard de quelques décennies sur les États-Unis et la Russie dans la gestion d’une station spatiale complète. Le succès du LM-5B est essentiel pour combler cette lacune. Les scientifiques spatiaux chinois ont dévoilé un plan pour achever la construction de la station spatiale Tiangong d’ici 2022 après le lancement réussi du LM-5B.

Le programme spatial humain de la Chine et les plans d’une station spatiale ont également des conséquences régionales. L’ancien Premier ministre indien Atal Bihari Vajpayee a réagi au test de la Chine sur un vaisseau spatial en équipage inoccupé en 2003 en exhortant Mission en équipage indien vers la Lune. Après une évaluation négative de la volonté de l’Inde d’entreprendre une mission aussi ambitieuse, l’Inde a lancé une exploration robotique de la lune. Mais la Chine mène l’exploration lunaire avec l’atterrissage réussi de son rover Yutu-2 de l’autre côté de la lune en 2019, unl’espace d’abord».

La Chine a des projets lunaires plus ambitieux tels que la mission de retour d’échantillons lunaires Chang’e 5 ainsi que la mission Mars Tianwen-1. La Chine se précipite pour faire atterrir un rover sur Mars, en particulier depuis que l’Inde a émergé comme premier pays asiatique en 2014 pour atteindre avec succès Mars sur la première tentative.

Bien que ces missions dépendent des performances optimales du LM-5, le LM-5B a validé la refonte des moteurs de base qu’il partage avec le LM-5. Les scientifiques spatiaux chinois ont retardé le calendrier de lancement du LM-5 d’environ deux ans après ses performances sous-optimales lors des deux premiers vols. Le troisième lancement du LM-5 en décembre 2019 avec moteurs repensés a été un succès et le lancement du LM-5B a permis de réaffirmer les nouvelles conceptions de moteur.

La validation des moteurs LM-5 est cruciale pour l’entrée de la Chine sur le marché des satellites à haut débit (HTS) et l’expansion de ses contrats de satellites étrangers. Les clients mondiaux de la Chine sont notamment le Venezuela, le Nigéria, le Sri Lanka et le Laos. Ces gouvernements ont engagé la Chine pour orbiter leurs premiers satellites géostationnaires construits sur le bus satellite chinois Dong Fang Hong 4 (DFH-4) et lancés par LM-3B. Récemment, LM-3B échoué de lancer un satellite indonésien, ajoutant au risque existant de contracter un satellite basé sur DFH-4.

La Chine avait expérimenté avec HTS en utilisant DFH-5, une version avancée de DFH-4. C’était un HTS basé sur DFH-5 Shijian-20 que la Chine a lancé sur le troisième vol LM-5. Avec la validation réussie de la combinaison DFH-5 et LM-5, la Chine pourrait bientôt remplacer la combinaison DFH-4 et LM-3B actuellement proposée sur les marchés publics étrangers dans les pays du Sud – traditionnellement un marché pour les sociétés de services spatiaux américaines et européennes.

Le déverrouillage des capacités LM-5 et de ses autres dérivés, LM-6 et LM-7, a également des impératifs de sécurité et d’industrie avancés. Jusqu’à présent, la Chine s’est appuyée sur des fusées de l’époque de la guerre froide telles que LM-2 et LM-3 pour atteindre la basse Terre et l’orbite géostationnaire. Avec la validation réussie de nouveaux lanceurs, l’industrie spatiale chinoise se tourne vers l’utilisation d’un ensemble plus récent et plus lourd de lanceurs. Par exemple, LM-2F, LM-5B et LM-7 sont coordonnés dans le cadre du Trois guerriers programme visant à réduire les risques et à optimiser l’achèvement de la station spatiale chinoise.

Les nouveaux lanceurs réduisent également la dépendance de la Chine à l’égard des anciennes rampes de lancement et évitent les réactions politiques nationales. Les anciennes roquettes chinoises utilisent des propergols toxiques et sont lancées à partir de sites situés profondément dans le pays. Les corps de fusée brûlés du premier étage tombaient régulièrement Villages chinois causant des dommages et des fuites de polluants dans les campagnes. Mais le LM-5 utilise des propergols cryogéniques moins nocifs et utilise le site de lancement de Wenchang situé sur l’île de Hainan, ce qui signifie que les corps de fusée brûlés se sont écrasés dans le Pacifique. De plus, le lancement depuis Wenchang est économe en carburant car le site est plus proche de l’équateur, contrairement aux trois autres sites de lancement chinois.

La combinaison LM-5 / LM-5B et Wenchang devrait déplacer l’infrastructure spatiale chinoise d’une base technologique en fin de vie vers un ensemble de conceptions plus récent. À l’avenir, la transition sera facilitée d’environ douzaine LM-5B lance nécessaire pour terminer la station spatiale elle-même.

La Chine saisit une opportunité stratégique pour devenir une puissance spatiale à tous égards. Il élargit progressivement les capacités spatiales humaines de manière progressive, en commençant par les lancements orbitaux, puis en construisant des laboratoires spatiaux. Le LM-5B est essentiel pour la prochaine étape de l’exploitation d’une petite station spatiale, considérée comme une véritable marque de puissance spatiale alors que la Chine approche du 100e anniversaire de la fondation du Parti communiste chinois.

Vidya Sagar Reddy est analyste de recherche spécialisée en Asie du Sud-Est chez Jane’s Group.

Source : East Asia Forum


En savoir plus sur Info Asie

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

En savoir plus sur Info Asie

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading