East Asia Forum

Auteur: Comité de rédaction, ANU

L’affrontement frontalier entre la Chine et l’Inde le 15 juin dans le rude terrain himalayen de la vallée de Galwan a fait des morts, dont au moins 20 soldats indiens, et des victimes des deux côtés. Les affrontements le long de la frontière litigieuse étaient devenus plus courants ces dernières années, mais il s’agissait du conflit le plus grave depuis 1962.

Les dirigeants des deux côtés ont évité une escalade, mais il y a peu de lest dans la relation qui donne confiance dans l’apaisement des tensions. L’Himalaya qui sépare les deux pays est une grande zone tampon, le terrain rendant difficile le passage de chars ou l’assemblage de forces importantes, comme Hugh White nous rappelle. Mais cela n’empêchera pas la relation de se détériorer davantage.

Ce conflit pourrait marquer un tournant décisif dans les relations sino-indiennes. Il pourrait encore séparer les deux pays les plus peuplés du monde ou il pourrait être le catalyseur d’un avenir plus constructif.

Les deux pays étant confrontés aux crises sanitaire et économique de COVID-19, le climat est propice pour attiser le nationalisme et augmenter les tensions. Le Premier ministre Modi a ramené l’Inde du bord du gouffre, mais subit toujours une énorme pression pour riposter d’une manière ou d’une autre.

Pour que l’Inde atteigne la vision de sa place légitime dans un monde multipolaire, Delhi devra trouver un moyen d’accommoder la Chine et cet affrontement frontalier pourrait forcer l’action nécessaire.

La présomption d’hostilité envers la Chine jette l’économie chinoise comme une menace massive pour l’Inde. Il représente cinq fois la taille de l’économie indienne et, alors que le déficit commercial de l’Inde continue de croître, une grande partie semble provenir du pouvoir concurrentiel de la Chine. La véritable cause, bien sûr, est l’appétit de l’Inde pour l’épargne étrangère pour financer la croissance. Mais les déficits commerciaux, y compris celui avec la Chine, sont devenus dans la nouvelle conception nationaliste indienne – articulée après la victoire électorale de Modi et de son parti Bharatiya Janata en mai qui a amené une rare majorité absolue – la raison principale du retour à une «  auto- l’Inde dépendante après trois décennies d’ouverture progressive.

L’économie indienne est à peu près de la même taille que les 10 économies de l’ANASE réunies et, bien que le groupement d’Asie du Sud-Est soit loin d’agir à l’unisson, leurs économies ont adopté et profité de la montée en puissance de la Chine. L’Inde en semble intimidée. Pourtant, pour être compétitives sur le plan international, les entreprises indiennes doivent être compétitives et non pas à l’abri d’une intégration à l’économie internationale, y compris celle de la Chine.

Dans l’essai principal de cette semaine, Suman Bery et Alicia Garcia-Herrero se disputent « L’Inde a l’ampleur et la sophistication nécessaires pour recalibrer ses relations économiques avec la Chine de telle sorte qu’une interdépendance plus profonde réduit, plutôt qu’augmente, la vulnérabilité économique de New Delhi ».

Le chemin vers le pouvoir, la prospérité et la sécurité n’est pas une retraite économique et des «représailles économiques» qui coûtent au peuple indien et le rendent plus pauvre et l’Inde plus petite. Cela nécessite un engagement proactif, aux côtés de l’Australie, du Japon, du Vietnam et du reste de l’Asie du Sud-Est avec la Chine, et non de l’isoler.

L’accord de partenariat économique régional global (RCEP) est politiquement radioactif en Inde, tout comme le Partenariat transpacifique (TPP) l’était pour de nombreux pays de l’Asie de l’Est et du Pacifique, et finalement pour son principal promoteur, les États-Unis eux-mêmes. Beaucoup en Inde pensent que le RCEP est dirigé par la Chine et son adhésion décimera l’industrie indienne. Mais le RCEP est un accord indonésien et dirigé par l’ANASE qui a été créé pour gérer les relations de l’Asie du Sud-Est avec leurs grandes puissances économiques voisines.

La conception du RCEP en tant qu’agenda de la Chine est une perception totalement incorrecte de ses origines et de son objectif stratégique – le RCEP est et était depuis le début un programme de l’ANASE pour traiter avec la Chine et les puissances économiques régionales dans un cadre multilatéral.

Ce sont les pressions politiques, y compris les émeutes, qui ont forcé Modi à se retirer de l’accord à Bangkok en novembre dernier à la 11e heure après que ses négociateurs eurent fait à peu près tout le travail acharné et l’accord était là pour être pris.

Le retrait du RCEP par crainte de l’économie chinoise est une occasion manquée. Le fait de ne pas s’engager dans le RCEP laisse passer l’occasion de tirer parti du poids régional dans les relations économiques avec la Chine et la possibilité d’équilibrer et de s’engager avec la Chine avec le soutien de l’ASEAN, du Japon, de la Chine, de la Corée, de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande.

RCEP ou pas de RCEP, l’Inde doit encore faire face à la Chine. Sans RCEP, l’Inde devra traiter seule avec la Chine, bilatéralement. Dans les relations économiques bilatérales asymétriques, la plus petite puissance, comme l’Inde restera pendant des décennies, a un désavantage naturel.

Le RCEP fournit un cadre multilatéral permettant à l’Inde de s’appuyer sur des règles plus strictes dans ses relations économiques avec la Chine et d’autres en Asie de l’Est, comme avec le reste de l’Asie de l’Est. Cela permettrait également à l’Inde de définir les principes et les normes d’engagement grâce à un programme de coopération économique actif.

Par-dessus tout, le fait de ne pas participer au RCEP sape les relations de l’Inde avec l’ASEAN, au cœur stratégique du RCEP.

L’Inde est à un point de choix. C’est une grande puissance qui peut rester un cinquième de la taille de la Chine en fermant son économie. Delhi peut soutenir le plan du président Trump pour un nouveau modèle de retrait de la mondialisation et du découplage de la Chine. C’est un modèle susceptible de conduire à un retour dans les années 1930.

Ou l’Inde peut choisir de s’engager au niveau multilatéral pour renforcer sa compétitivité internationale et son espace multipolaire protégé par des règles solides et les moyens de les faire respecter avec les autres.

La voie ouverte permettrait au Premier ministre Modi de saisir un moment nixonien. Aucun dirigeant n’a voulu braver le profond sentiment anti-chinois en Inde et prendre les mesures nécessaires pour établir une relation constructive. Ainsi, l’une des relations les plus importantes du monde est toujours régie par le prisme du bagage de l’histoire territoriale – principalement définie par le différend frontalier de longue date qui les oppose.

Les dirigeants et stratèges indiens peuvent-ils vraiment saisir la vision d’une Inde qui peut surpasser la Chine à l’échelle internationale avec une main-d’œuvre moins chère et son potentiel d’innovation et de TI, et un monde dans lequel l’Inde et la Chine peuvent être mieux loties et engagées politiquement de manière constructive? Peut-être que M. Modi peut encore saisir le moment.

Le comité de rédaction de l’EAF est situé à la Crawford School of Public Policy, College of Asia and the Pacific, The Australian National University.

Source : East Asia Forum

Laisser un commentaire