East Asia Forum

Auteur: Hugh White, ANU

Dans une de ses étapes les plus audacieuses, le nouvel examen de la stratégie de défense et de la structure des forces de l’Australie propose une redéfinition radicale de la portée géographique des priorités stratégiques de l’Australie. Il rejette la vision large du dernier énoncé de politique de défense majeur de Canberra – le Livre blanc sur la défense de 2016 – qui accordait la même priorité aux missions et engagements locaux, régionaux et mondiaux.

Au lieu de cela, la revue de la défense indique que la planification de la défense se concentrera sur la région immédiate de l’Australie – «allant du nord-est de l’océan Indien, en passant par l’Asie maritime et continentale du sud-est jusqu’à la Papouasie-Nouvelle-Guinée et le sud-ouest du Pacifique».

Il s’agit – en théorie – d’un changement assez important. La définition de la zone d’intérêt stratégique de l’Australie a toujours été un facteur clé pour déterminer sa position stratégique et le type de forces dont elle a besoin. Pendant des décennies, il y a eu une lutte acharnée entre ceux qui pensent que la défense de l’Australie devrait se concentrer plus près de chez eux et ceux qui plaident pour une vision plus large.

Depuis les années 1970, les régionalistes ont surtout prévalu jusqu’à ce que le Livre blanc de 2016 approuve une vision plus globale. La Defense Review semble marquer un retour à la perspective régionaliste, recentrant la stratégie de défense sur le propre terrain de l’Australie à mesure que les risques stratégiques en Asie augmentent.

Mais les choses ne sont pas si simples. Le nouvel examen définit le «voisinage immédiat» d’une manière très large, s’étendant du territoire australien jusqu’en Asie du Sud-Est continentale jusqu’aux frontières de la Chine et de l’Inde. Selon l’examen, cette vaste zone constitue une seule région indifférenciée de priorité stratégique pour l’Australie.

Cela s’écarte de la façon dont les décideurs régionalistes ont traditionnellement perçu la région. Des déclarations politiques clés comme les livres blancs sur la défense de 1987 et 2000 ont divisé la région au sens large en une série de bandes concentriques et ont accordé une priorité plus élevée à ceux qui sont plus proches de l’Australie. Cela a fourni une base solide pour fixer les priorités des forces de défense en indiquant clairement, par exemple, que les forces pour les opérations maritimes dans les approches immédiates de l’Australie avaient une priorité plus élevée que les forces pour les opérations terrestres sur le continent asiatique.

Au cœur des politiques régionalistes de Canberra pendant de nombreuses décennies se trouve la priorité donnée à la défense de l’Australie elle-même contre les attaques directes. Cette priorité semble avoir été complètement abandonnée dans l’examen de la défense. La défense du Laos semble désormais avoir la même priorité pour les forces armées australiennes que la défense de son propre continent.

Cela semble absurde, mais cela correspond à un autre changement important dans la façon dont la revue décrit la politique de défense de l’Australie. Depuis le début des années 1970, tous les gouvernements australiens se sont engagés à atteindre l’autosuffisance en matière de défense – l’idée que l’Australie devrait pouvoir se défendre contre les attaques directes sans dépendre des forces armées de ses alliés. Cet engagement a été fortement édulcoré pour la première fois dans le Livre blanc de 2016 et il a presque entièrement disparu dans le Defence Review.

La conclusion naturelle à en tirer est que le gouvernement a abandonné l’idée de l’autosuffisance et estime maintenant que sa sécurité dépend de la lutte aux côtés d’alliés aussi loin que possible de ses côtes. Cela marque un retour à la politique de «défense avancée» qui a façonné les forces australiennes et a conduit ses engagements dans les années 50 et 60.

La défense avancée est tombée en disgrâce après les échecs de la guerre du Vietnam, mais elle a peut-être aidé l’Australie et ses voisins à traverser les turbulentes années 50 et 60. Et l’on pourrait faire valoir que l’autosuffisance n’a été prise au sérieux que par rapport aux menaces relativement faibles que pourrait représenter l’Indonésie. Aucun gouvernement n’a sérieusement pensé à défendre l’Australie de façon indépendante contre une grande puissance comme la Chine, qui est la contingence que nous devons prendre au sérieux aujourd’hui.

Alors peut-être qu’un retour à la défense avancée est une bonne idée? Cela dépend de trois choses.

Premièrement, l’Australie peut-elle être sûre de trouver des alliés dans son nouveau «voisinage immédiat» défini de manière extensive pour combattre aux côtés? La Revue de la défense parle beaucoup de coopération avec les voisins asiatiques pour maintenir la paix et la stabilité régionales, et suppose que les États-Unis seront également là. Mais cela ne peut pas être tenu pour acquis. Les pays plus proches de la Chine ont des intérêts et des priorités très différents de ceux de l’Australie, et l’ampleur de l’engagement futur des États-Unis envers l’Asie est incertain à mesure que les coûts et les risques d’affronter la Chine augmentent.

Deuxièmement, si la crise venait à se produire, les Australiens seraient-ils prêts à se battre si loin de leurs propres côtes? La mémoire du Vietnam devrait inciter à engager la sécurité future dans les guerres en Asie.

Et troisièmement, l’Australie peut-elle être sûre de pouvoir apporter une contribution militaire efficace à une grande guerre asiatique si éloignée de ses côtes? Pas sur la preuve de la Defense Review, qui malgré tout le battage médiatique feuilles Les futurs plans de forces et le budget de la défense de l’Australie sont pratiquement inchangés.

Un retour à la défense avancée semble donc, à ce stade, une politique risquée et irréfléchie. Et cela est important parce que ces concepts politiques façonnent de véritables décisions impliquant plusieurs milliards de dollars. La priorité de la nouvelle revue de la défense pour sa vision surdimensionnée du «voisinage immédiat» de l’Australie conduira les investissements vers les forces de projection de puissance qui seront des canards assis pour les nouvelles forces de refus maritime proliférer dans la région.

Il éloignera également les investissements des forces australiennes de refus maritime, qui sont nécessaires pour défendre réel voisinage immédiat et territoire et le protéger contre la projection de puissance par d’autres. Déterminer comment y parvenir, même contre la Chine, est le grand défi de la politique de défense auquel l’Australie est confrontée aujourd’hui. Et le nouvel examen de la défense ne parvient absolument pas à y remédier.

Hugh White est professeur émérite au Strategic and Defence Studies Center de l’Australian National University.

Source : East Asia Forum

Laisser un commentaire