Catégories
Chine

La vision australienne du leadership dans l’Indo-Pacifique

Auteur: Bradley Wood, ANU

Le récent discours par la ministre australienne des Affaires étrangères Marise Payne était un message implicite aux États-Unis – l’Australie et la région indo-pacifique ne peuvent plus attendre son leadership. L’Australie a fait savoir à la région et à la prochaine administration américaine qu’elle était prête à donner l’exemple pendant que les États-Unis mettaient de l’ordre dans leur maison.La ministre australienne des Affaires étrangères Marise Payne prend la parole lors d'une conférence de presse conjointe avec le secrétaire américain à la Défense Mark Esper, le secrétaire d'État américain Mike Pompeo et la ministre australienne de la Défense Linda Reynolds (invisible) à Sydney, Australie, le 4 août 2019 (Photo: Reuters / Jonathan Ernst / Bassin).

Au cœur du discours de Payne se trouvait une annonce politique sur l’importance du multilatéralisme et le rôle que les institutions internationales devraient jouer dans les crises mondiales comme COVID-19.

Après un audit approfondi de son engagement auprès des principales institutions multilatérales, l’Australie a décidé que les institutions multilatérales sont le meilleur moyen de « préserver la paix et de limiter l’utilisation excessive du pouvoir ». Mais Payne a également reconnu que « les institutions multilatérales subissent une pression sans précédent d’une nouvelle ère de concurrence stratégique ».

La Chine a utilisé son influence croissante pour diviser les membres d’institutions régionales telles que l’ASEAN, affaiblissant le leadership collectif sur des questions importantes comme la mer de Chine méridionale. Plus largement, la Chine a exercé son influence sur des institutions mondiales telles que le Organisation Mondiale de la Santé (OMS) pour mieux répondre à ses intérêts et limiter l’étendue de l’influence des États-Unis.

Le discours de Payne était un signal explicite à la Chine d’une vision alternative pour la région. Il a appelé la Chine sur ses campagnes de désinformation visant à saper la démocratie dans la région et l’économie australienne en avertissant les étudiants chinois de reconsidérer L’Australie comme destination d’éducation.

Mais plus important encore, le discours ne mentionnait pas les États-Unis.

Il s’agit d’une dérogation à l’approche adoptée par la prédécesseure de Payne, Julie Bishop, dont adresse sur «Changement et incertitude dans la région indo-pacifique» visait directement les États-Unis. Le discours de Bishop était également un message important délivré à un moment critique. L’Australie et la région recherchaient un signe de leadership de la nouvelle administration Trump.

Dans ce discours, Bishop a clairement indiqué à l’administration Trump que la région était «dans un schéma de détention stratégique et attendait de voir si les États-Unis et ses alliés de la sécurité» continueraient à jouer un rôle de premier plan dans la région. Bishop a appelé l’administration Trump à « jouer un rôle encore plus important en tant que puissance stratégique indispensable dans l’Indo-Pacifique ».

Mais il semble qu’au bout de trois ans, ces appels soient restés sans réponse.

Depuis lors, l’administration Trump a choisi de secouer partenaires de l’alliance afin de les amener à contribuer davantage à leur sécurité. Et étant donné que l’alliance ANZUS (Australie, Nouvelle-Zélande et États-Unis) reste fondamental pour la sécurité de l’Australie, la dernière chose que l’Australie veut faire est d’offenser l’administration capricieuse de Trump en la rappelant.

L’Australie a proposé une vision alternative du leadership pour l’Indo-Pacifique qui s’efforce de protéger le système multilatéral en l’absence de leadership américain et face au programme révisionniste de la Chine. Cette vision ressemble aux dernières décennies du leadership américain, mais met l’accent, pour le moment, sur le leadership collectif des petites et moyennes puissances en tant que gardiens de l’ordre fondé sur des règles.

Ce type d’approche de leadership correspond à l’appétit de la région immédiate de l’Australie. C’est comme si cette vision du leadership avait été retirée du site Web d’institutions multilatérales telles que ASEAN qui a soutenu la paix et la prospérité en Asie du Sud-Est et donc en Australie pendant des décennies.

L’Australie a déterminé que la meilleure façon de promouvoir et de protéger ses intérêts est de préserver et d’exercer son influence sur les institutions multilatérales qui ont toujours été un amplificateur diplomatique important de la politique étrangère de l’Australie.

Ce n’est pas seulement un leadership diplomatique mais aussi un leadership stratégique. le Mise à jour stratégique de la défense 2020 priorise façonner la région indo-pacifique comme objectif principal de la politique de défense de l’Australie. Cela place la diplomatie et l’engagement au premier plan des relations et politiques de défense.

Mais il reste à voir si l’Australie cède la même influence qu’elle avait autrefois sur la scène internationale sans les États-Unis. L’Australie et ses voisins de petite et moyenne puissance partageant les mêmes idées auront moins de ressources pour manier des instruments de pouvoir national pour naviguer sur le monde post-COVID-19 indemne de la concurrence des grandes puissances.

Alors que l’Australie a engagé 575 milliards de dollars australiens (400 milliards de dollars américains) au cours de la prochaine décennie, dont 270 milliards de dollars australiens (188 milliards de dollars américains) en investissements de capacité pour défendre l’Australie, le Premier ministre australien Scott Morrison admet que cela ne correspondra pas aux capacités de la région australienne. Au contraire, cela ne suffira qu’à dissuader les attaques contre l’Australie et ses intérêts.

Mais aucun engagement similaire n’a été pris pour accroître le financement du Département australien des affaires étrangères et du commerce (DFAT), ce qui facilite la majeure partie de l’engagement de l’Australie dans la région, en particulier avec les institutions multilatérales.

À l’instar de l’environnement stratégique de l’Australie, l’Australie fait face à un environnement de politique étrangère de plus en plus contesté dans la région indo-pacifique au cours de la prochaine décennie. Sans une augmentation des ressources pour renforcer l’influence diplomatique de l’Australie, on ne sait toujours pas comment l’Australie réalisera ses ambitions de leadership – sans parler de façonner la région en sa faveur.

Au mieux, l’Australie pourrait être en mesure de maintenir un modèle de détention stratégique dans le cas d’une autre administration américaine tournée vers l’intérieur. Mais si l’idée de l’Australie de l’ordre fondé sur des règles dans l’Indo-Pacifique survit au monde post-COVID-19, cela dépendra en fin de compte du leadership des grandes puissances à l’avenir. Plus important encore, les États-Unis.

Alors, freinez votre enthousiasme.

Bradley Wood est attaché de recherche au Strategic and Defence Studies Centre de l’Australian National University.

Source : East Asia Forum


En savoir plus sur Info Asie

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

En savoir plus sur Info Asie

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading