India's Border Security Force (BSF) soldiers stand guard at a checkpoint along a highway leading to Ladakh, at Gagangeer in Kashmir's Ganderbal district, India, 17 June 2020 (Photo: Reuters/Danish Ismail).

Auteur: Artyom Lukin, Université fédérale d’Extrême-Orient

En mai, tensions le long du conflit sino-indien frontière spirale dangereusement hors de contrôle. Le président américain Donald Trump a proposé de médiat, mais ni New Delhi ni Pékin n’ont montré d’enthousiasme. Au lieu de cela, la Russie est devenue le de facto intermédiaire dans le litige, même s’il ne l’a jamais fait publiquement. La diplomatie discrète de Moscou a peut-être contribué à désamorcer l’affrontement sino-indien le plus violent depuis les années 1960.

Le conflit coïncide avec la présidence russe de deux forums internationaux clés: les BRICS, un regroupement de grandes puissances non occidentales, le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud, et l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS). Cela présente à Moscou à la fois un défi et une opportunité.

Le défi est que l’affrontement Inde-Chine pourrait faire dérailler les BRICS et l’OCS précisément lorsque Moscou les présidera. Dans le même temps, la présidence russe des deux institutions lui donne une capacité supplémentaire de mener une diplomatie de pacification avec New Delhi et Pékin et, ce faisant, de rehausser sa stature sur la scène internationale. Jusqu’à présent, il semble que le Kremlin ait savamment profité de l’occasion.

Depuis juin, la Russie s’est engagée dans efforts – bien que principalement en coulisses – pour faciliter la désescalade. Le 23 juin, une téléconférence trilatérale a eu lieu entre les ministres des Affaires étrangères russe, indien et chinois, présidée par le chef diplomate russe Sergueï Lavrov. L’ordre du jour officiel de la conférence n’incluait pas l’impasse frontalière, mais c’était un exploit que la Russie a réussi à réunir les ministres des Affaires étrangères chinois et indien au milieu des tensions militaires persistantes.

La prochaine étape visible de cette diplomatie trilatérale dirigée par la Russie a eu lieu début septembre en marge des réunions liées à l’OCS à Moscou. Les ministres de la Défense de l’Inde et de la Chine ont eu leur première rencontre en face à face depuis le début de la crise, suivie quelques jours plus tard par le premier face-à-face pourparlers entre les ministres des Affaires étrangères S Jaishankar et Wang Yi. La réunion des ministres des Affaires étrangères a abouti à une déclaration énumérant cinq points d’accord atteints après une discussion «franche et constructive».

Dans la déclaration de Moscou, les deux ministres des Affaires étrangères ont convenu que «  la situation actuelle dans les zones frontalières n’est dans l’intérêt d’aucune des deux parties  » et que «  les troupes frontalières des deux côtés doivent poursuivre leur dialogue, se désengager rapidement, maintenir une distance appropriée et se détendre. des tensions’. Le communiqué de presse chinois publié après les réunions de Moscou manquait notablement la ligne «L’Inde porte le fardeau de la responsabilité du déclenchement de la crise actuelle», incluse dans toutes les mises à jour publiques précédentes de Pékin.

Comment la Russie a-t-elle pu réussir modestement à désamorcer la crise? D’une part, cela aide que Moscou soit en bons termes avec les deux parties, en maintenant des relations étroites de «partenariat stratégique» avec Pékin et New Delhi. Et tandis que Washington n’a pas tardé à qualifier la Chine de ‘agresseur«dans l’impasse himalayenne, Moscou a soigneusement maintenu la neutralité et l’équidistance par rapport au différend.

La Russie exerce également une certaine influence dans son rôle de fournisseur d’armes important, en particulier pour Inde. À la suite de la flambée dans l’Himalaya, Moscou a accepté les demandes de New Delhi de accélérer les livraisons sur un contrat antérieurement conclu pour le système de défense aérienne S-400 et pour accélérer les négociations contractuelles pour la livraison des avions de combat MiG-29 et Su-30. Accorder à l’Inde l’accès à ces armes avancées est une démarche de stabilisation qui préserve la crédibilité de la Russie et rend l’Inde plus confiante.

On ne sait pas si Pékin a essayé de s’appuyer sur la Russie pour bloquer ces livraisons d’armes, mais une telle pression serait peu probable – la Russie est catégorique quant à sa liberté d’action en tant que grande puissance. Le Kremlin ne permettrait pas à Pékin – ni à personne d’autre – d’imposer des conditions aux relations de la Russie avec des partenaires importants comme l’Inde. Pékin comprend également que si la Russie cessait de vendre des armes à l’Inde, Delhi se tournerait vers l’armement américain, conduisant à des liens stratégiques indo-américains plus forts et potentiellement à une alliance militaire anti-chinoise.

Parmi toutes les tierces parties, la Russie a le plus à jouer dans la normalisation des relations sino-indiennes. Moscou est fortement investi dans la relation trilatérale, que le Kremlin considère comme essentielle pour former une alternative à l’hégémonie occidentale dirigée par les États-Unis. L’idée d’un tripartite coalition entre la Russie, la Chine et l’Inde a été exprimée pour la première fois par le Premier ministre russe de l’époque Evgeny Primakov en 1998, et Moscou a cherché à le promouvoir depuis.

La vision de la «Grande Eurasie», formulée pour la première fois par Vladimir Poutine en 2015, est une autre raison pour laquelle Moscou a besoin d’une paix durable entre l’Inde et la Chine. La vision voit les grandes puissances et les blocs d’intégration du super-continent travailler de concert, la Russie, la Chine et l’Inde servant d’axe principal du continent. Moscou espère être le principal courtier politique de la Grande Eurasie, augmentant son influence bien au-delà de ce que les capacités économiques de la Russie permettraient à elles seules.

Le rôle actuel de la Russie dans le désamorçage de la crise frontalière sino-indienne, bien que significatif et constructif, ne doit pas être exagéré. Lorsqu’il s’agit de conflits entre grandes puissances, la facilitation et la médiation par des tiers peuvent au mieux avoir des résultats limités. En fin de compte, c’est à Pékin et à New Delhi de garder leur antagonisme sous contrôle.

Artyom Lukin est professeur agrégé et directeur adjoint de la recherche à l’École d’études régionales et internationales de l’Université fédérale d’Extrême-Orient, Vladivostok.

Source : East Asia Forum

Laisser un commentaire