East Asia Forum

Auteur : Lina Gong, NTU

La pandémie de COVID-19 a causé de nombreuses perturbations à l’action humanitaire depuis 2020. Alors que les donateurs traditionnels se débattaient avec les réponses nationales au COVID-19, les donateurs émergents tels que Chine et Inde ont saisi l’opportunité d’accroître leur empreinte humanitaire. Les deux pays ont fourni une aide humanitaire à plus de 150 pays et organisations internationales en 2020, l’assistance technique en ligne étant l’un des principaux axes de leurs activités d’aide. Leur passage à la fourniture d’aide en ligne s’inscrit dans une tendance générale du secteur humanitaire vers une plus grande utilisation de la programmation humanitaire à distance.

L’une des principales motivations derrière le passage à la programmation à distance est la nécessité de réduire les risques de sécurité accrus dans un monde où l’accès humanitaire se rétrécit. Programmation humanitaire à distance facilite les connexions entre les organisations humanitaires internationales et locales, ce qui permet aux acteurs humanitaires étrangers de se connecter à ceux qui en ont besoin sans être physiquement présents. Cette modalité est pas nouveau dans le secteur humanitaire. Dans les années 1990, les acteurs humanitaires internationaux se sont retirés des pays fragiles, tels que la Somalie, et se sont appuyés sur des programmes à distance pour fournir de l’aide à ceux qui en avaient besoin.

Ces dernières années, la sûreté et la sécurité du personnel humanitaire ont été de plus en plus compromises. Rien qu’en 2019, 483 humanitaires ont été tués, blessés ou kidnappés – le nombre le plus élevé jamais enregistré. Les agences humanitaires internationales ont été contraintes de déplacer leur personnel loin des environnements à haut risque et de fournir une assistance par l’intermédiaire de partenaires nationaux et locaux. Mais la relocalisation du personnel international fait craindre que les travailleurs humanitaires locaux soient laissés à la charge des risques, ce qui a conduit à appels pour une meilleure protection des agences humanitaires locales.

COVID-19 a considérablement perturbé action humanitaire. Les risques d’infection et les restrictions de voyage ont réduit les déploiements d’aide. Une réduction du fret aérien et maritime, une faible capacité de manutention dans les ports et des délais de dédouanement plus longs ont perturbé l’international chaînes d’approvisionnement humanitaires. Ces restrictions ont contraint les agences humanitaires internationales à s’appuyer sur des organisations nationales et locales pour atteindre les communautés affectées.

Les progrès technologiques facilitent le développement de la programmation à distance. Des plateformes telles que Zoom, MS Teams et Blue Jeans améliorent la communication et la coordination entre les partenaires aux niveaux local, national et international. Données du système d’information géographique peut être utilisé pour planifier les distributions de vaccins COVID-19, tandis que des drones sont déployés pour livrer des vaccins. L’intelligence artificielle et l’analyse de données permettent une collaboration virtuelle, comme crowdsourcing et financement participatif. Paiement numérique est utilisé dans la programmation en espèces.

Mais l’humanitarisme local comporte ses propres risques. Il reste pas clair ce qui peut être qualifié de « local », quelle est la capacité des acteurs locaux et si les donateurs peuvent faire confiance aux organisations humanitaires locales pour gérer leurs fonds. Il existe un déséquilibre de financement entre les organisations humanitaires internationales et locales, car de nombreux donateurs préfèrent encore les premières. Mais la pandémie a forcé le secteur à se transformer – aujourd’hui, partenariat avec les acteurs locaux est le seul jeu en ville.

Dispositions à distance peut prendre différentes formes, telles que le contrôle à distance, la délégation, l’assistance et les partenariats. Pour vraiment faciliter la localisation, les organisations humanitaires locales doivent être impliquées en tant que partenaires pendant les étapes de prise de décision et de planification de la programmation à distance, plutôt que de simplement mettre en œuvre les projets. Il faut également mettre davantage l’accent sur le renforcement des capacités afin de renforcer la gouvernance de l’aide au niveau local afin de garantir que les progrès réalisés pendant la pandémie restent sur la bonne voie.

Le COVID-19 a aggravé les besoins humanitaires préexistants et provoqué de nouvelles urgences. Les Nations Unies ont lancé un appel 10,3 milliards de dollars américains pour le Plan mondial de réponse humanitaire au COVID-19 pour la période d’avril à décembre 2020. Pour combler les lacunes, il est devenu important pour le secteur humanitaire d’explorer de nouvelles sources de financement et de ressources, telles que donateurs émergents.

La Chine continue d’émerger en tant que donateur d’aide, notamment à travers ses activités d’aide parallèlement au développement de ses Initiative “la Ceinture et la Route” (BRI). La BRI traverse plusieurs pays asiatiques et africains vulnérables aux aléas naturels et aux conflits internes.

Inde a également été reconnu comme un donateur émergent grâce à son aide humanitaire aux pays d’Asie du Sud exposés aux risques naturels. Depuis l’épidémie mondiale de COVID-19, les deux Chine et Inde ont lancé des offensives diplomatiques en offre une aide humanitaire massive aux pays et aux organisations internationales. Une partie importante de cette aide était la vidéoconférence et la formation en ligne pour les agents de santé des pays bénéficiaires de l’aide.

Alors que leurs dépenses humanitaires respectives restent modestes par rapport aux donateurs traditionnels, la Chine et l’Inde disposent de capacités matérielles, d’une expérience dans la réponse aux risques naturels et aux urgences de santé publique, et d’une influence politique dans le monde en développement. Cela a été la base de leur implication humanitaire croissante. Pourtant, les deux pays apportent généralement leur soutien par le biais de gouvernements nationaux et les agences internationales. Leurs systèmes d’aide publique reposent toujours sur une aide financière directe en raison de la capacité limitée dont disposent leurs ONG nationales pour mener des opérations à l’étranger.

La programmation humanitaire à distance fournit un pont à la Chine et à l’Inde pour étendre leur implication humanitaire à l’étranger sans avoir besoin de développer des organisations humanitaires nationales. Les deux pays doivent s’assurer que la conception et la mise en œuvre de ces programmes humanitaires à distance comprennent des mesures solides pour surveiller, évaluer et assurer le contrôle de la qualité. La gouvernance reste un lien faible dans leurs programmes d’aide et doit être pris en compte s’ils veulent devenir des acteurs clés du système humanitaire international.

Lina Gong est chercheuse au Center for Non-Traditional Security Studies de la S Rajaratnam School of International Studies, Nanyang Technological University, Singapour.

Source : East Asia Forum

Newsletter Hebdo

Recevez notre sélection hebdomadaire d'articles publiés sur InfoAsie

You May Also Like

Incertitude à venir pour la Chine de Xi

Auteur : Kerry Brown, King’s College de Londres En 2021, la Chine…

Faire la loi dans la mer de Chine méridionale

Auteur: Donald R Rothwell, ANU 23 juillet de l’Australie déclaration au Secrétaire…

Pourquoi faut-il se méfier du fait que la Chine devient le leader mondial de la technologie 5G

La Chine a rapidement déployé l’équipement de la cinquième génération de la…