Catégories
Chine

L’offensive de charme de la Chine au Bangladesh

Auteur : Asif Muztaba Hassan, Dacca

La conduite étrangère combative de la Chine a beaucoup convaincu que le pays a défunt de la philosophie de l’ancien dirigeant Deng Xiaoping « quitter la luminosité, embrasser l’obscurité et garder un profil bas » (tao guang yang hui) et est prêt à affirmer son autorité au niveau international. Mais l’offensive de charme tranquille de la Chine avec le Bangladesh donne un caractère différent à sa diplomatie.

Le président chinois Xi Jinping (à gauche) s'entretient avec le président bangladais Abdul Hamid (3e à droite) lors d'une réunion au Grand Palais du Peuple à Pékin, le 8 novembre 2014 (Photo : Reuters/Parker Song).

L’affirmation de la Chine comportement, en particulier dans le Mer de Chine méridionale, peut aller à l’encontre de la philosophie de Deng. Mais alors que la Chine fait face à des risques et des défis croissants pour ses intérêts, il semble que tao guang yang hui informe l’appel du président chinois Xi Jinping à ‘esprit combatif‘ chez les responsables du parti — en les encourageant à être audacieux, à tester les limites, à observer et à attendre les opportunités.

Lu Shaye, ambassadeur de Chine en France, a le mieux incarné cette combativité en juin 2021 lorsqu’il a affirmé « aux yeux des Occidentaux, notre diplomatie est offensive et agressive, mais la vérité est que ce sont eux qui sont à l’offensive et agressif. Ce que nous faisons est simplement une défense justifiée pour protéger nos droits et intérêts ».

Les tactiques chinoises semblent réactionnaires plutôt qu’un outil préventif de diplomatie coercitive. Ni Xi ni les responsables du Parti communiste chinois ne révèlent complètement le ‘côté brillant de la lame‘ mais ont réussi à communiquer leur message selon lequel la Chine ne reculera pas devant un combat. Mais alors que la rhétorique conflictuelle domine les gros titres mondiaux, l’offensive de charme tranquille et naissante de Pékin passe souvent inaperçue. La Chine a cherché à cultiver et à approfondir ses liens commerciaux avec de nombreux acteurs mondiaux, dont le Bangladesh.

La diplomatie économique et de défense de la Chine entoure le Bangladesh. En plus d’être le plus gros investisseur de Dhaka, la Chine a également accepté de Autoriser accès en franchise de droits à 97 pour cent des produits bangladais à la fin de 2020. En revanche, les États-Unis ont toujours refusé accès en franchise de droits aux produits du Bangladesh, malgré le lobbying acharné des diplomates bangladais.

L’accès au libre-échange influence largement la diplomatie bangladaise. De nombreux experts ont même qualifié l’offensive de charme de Pékin à Dhaka de premier pas vers son coercitif diplomatie. Pourtant, la Chine a du mal, et parfois des échecs, à courtiser le Bangladesh.

Les États-Unis ont exporté pour 110 millions de dollars d’armes vers le Bangladesh depuis 2010, ce qui est maigre par rapport aux 2,59 milliards de dollars du Bangladesh. dépensé sur les équipements militaires chinois. Pourtant, face à une relation sino-indienne houleuse en 2020, les États-Unis ont décidé de poursuivre une approche proactive pour courtiser le Bangladesh en proposant un plan de modernisation militaire, à commencer par des hélicoptères et des missiles Apache. Une coopération plus approfondie en matière de sécurité est «d’intérêt mutuel, dans le plein respect de la souveraineté et de l’indépendance d’action du Bangladesh», a écrit Laura Stone, alors secrétaire adjointe adjointe du département d’État américain.

Pékin ne peut pas atteindre ses objectifs de politique étrangère sans respecter la souveraineté du Bangladesh et la conduite de sa politique internationale. L’ambassadeur de Chine à Dhaka, Li Jiming, a été réprimandé par le ministre des Affaires étrangères du Bangladesh AK Abdul Momen lorsque Li averti de « nuire » aux relations bilatérales si le Bangladesh choisit de « rejoindre » le Quad.

La force du Bangladesh en matière de politique étrangère réside dans son profond soutien à l’Inde voisine et dans son engagement croissant avec les États-Unis et le Japon. Qu’il s’agisse d’aider le Bangladesh à atteindre la libération ou d’efforts communs de lutte contre le terrorisme, la sphère d’influence de l’Inde est solide et de longue date. Pékin comprend qu’il ne peut aller plus loin avec Dhaka et a eu recours à la construction d’alliances alternatives – comme le Forum international sur la coopération en matière de vaccins COVID-19 – et a attendu le « moment opportun ».

Lorsque l’Inde a interrompu les exportations de vaccins COVID-19 plus tôt cette année pour répondre à la demande intérieure, la Chine est intervenue, offrant 100000 jabs en cadeau au Bangladesh. Depuis mars 2021, le Bangladesh a a reçu 9 millions de doses Sinopharm en provenance de Chine, avec 1,1 million de doses supplémentaires en cadeau. Le 17 août, le Bangladesh a signé un accord produire localement 5 millions de jabs Sinopharm chaque mois.

Pour contrer Le vaccin en croissance en Chine diplomatie, Washington a décidé d’envoyer les vaccins Pfizer et Moderna à Dhaka. Le Bangladesh a a reçu environ 5,5 millions de doses de vaccin des États-Unis en cadeau, et 6 millions de plus devraient être livrées d’ici décembre 2021 dans le cadre de l’initiative COVAX. Le Japon a également envoyé plus de 3 millions de doses d’AstraZeneca en phases au Bangladesh.

Le ministère japonais des Affaires étrangères a qualifié le Bangladesh de « intersection entre l’Inde et l’ASEAN », consolidant le rôle de leader de l’Inde dans la promotion de l’économie de Dhaka intérêts dans l’ASEAN. Dans la course pour s’implanter stratégiquement dans le golfe du Bengale et le grand océan Indien, le Bangladesh a rejeté la proposition chinoise de construire le port en eau profonde de Sonadia mais a autorisé Le Japon à financer le projet du port de Matarbari. Cette décision a temporairement mis fin aux arguments selon lesquels la Chine empocherait les alliés de Quad avec des offres d’investissement.

Il est trop tôt pour dire que Pékin a écarté le tao guang yang hui philosophie. Au mieux, la Chine se conforme, ce qui est une bonne nouvelle pour le monde. Au pire, Pékin est observateur et calculateur. Mais les actions de la Chine donnent un caractère nouveau à son comportement à l’étranger qui fait souvent défaut dans les analyses géopolitiques.

Asif Muztaba Hassan est un journaliste basé à Dhaka, au Bangladesh, qui écrit sur la politique et la sécurité en Asie du Sud.

Source : East Asia Forum


En savoir plus sur Info Asie

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

En savoir plus sur Info Asie

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading