Réinitialiser la relation Australie-Chine

Auteur : Peter Van Ness, ANU

Après des années de différends – sur les origines du COVID-19, de graves restrictions chinoises au commerce extérieur et des divergences sur le sort de la star du tennis Peng Shuai – et de la collaboration avec nos voisins d’Asie et du Pacifique, il est temps de prendre un nouveau départ dans les relations avec l’Australie. avec la Chine. Les événements récents en offrent l’opportunité, et il est évident que Pékin pourrait également être intéressé par un nouveau départ.

La ministre australienne des Affaires étrangères Marise Payne assiste à des entretiens avec son homologue chinois Wang Yi (pas sur la photo) à la Diaoyutai State Guesthouse à Pékin, en Chine, le 8 novembre 2018 (Photo : Reuters/Thomas Peter/Pool).

Le Partenariat économique global régional (RCEP), le plus grand accord de libre-échange au monde, est entré en vigueur le 1er janvier 2022, liant la Chine et l’Australie à huit autres voisins asiatiques, auxquels plusieurs autres pays vont bientôt adhérer. Le RCEP est conçu pour inclure 15 pays asiatiques, mais ni les États-Unis ni l’Inde ne l’ont rejoint.

L’accord offre de nouvelles opportunités multilatérales à l’Australie pour coopérer avec ses voisins de l’ASEAN et la Chine, sans la participation des États-Unis et d’autres grandes puissances. L’Australie devrait profiter de l’occasion pour soulever la question des Chinois tarifs punitifs sur les importations australiennes dans ce forum multilatéral, tout en répondant de manière créative aux nouvelles opportunités de coopération et de collaboration.

Vers la même époque, en réponse à violentes émeutes Aux Îles Salomon, en novembre dernier, le Premier ministre Manasseh Sogavare a demandé à la Chine d’envoyer des officiers de liaison de la police chinoise pour aider à former et à équiper la police des Îles Salomon. Des émeutes ont éclaté en raison de différends entre Sogavare et la province la plus peuplée, Malaita, qui ont éclaté après la décision du gouvernement de transférer ses relations diplomatiques de Taïwan à la République populaire de Chine en 2019.

Plus tôt, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, les Fidji et la Papouasie-Nouvelle-Guinée avaient envoyé quelque 200 soldats et policiers pour aider, répondant à la demande du Premier ministre Sogavare. L’Australie a conclu un pacte de sécurité avec les îles Salomon et, auparavant, de 2003 à 2017, elle avait déployé du personnel des Forces de défense australiennes pour aider au maintien de l’ordre.

Sur la base de son expérience passée de travail avec la police à Honiara, l’Australie pourrait accueillir les officiers de liaison chinois et suggérer des moyens de coopérer dans leur travail pour les îles Salomon. Collaborer avec les Salomon et les Chinois dans le maintien de la paix pourrait devenir une nouvelle façon de répondre à la Chine. Les commentaires du diplomate chinois Wang Xining, le 20 janvier, suggèrent que la Chine pourrait accueillir favorablement une telle collaboration.

Les nouvelles relations avec la Chine sur le commerce, et maintenant, potentiellement en collaborant au maintien de la paix dans les Îles Salomon, pourraient être une première étape pour tenter de rétablir une relation de travail avec la Chine en 2022.

Mais ce n’est pas une proposition pour revenir sur les critiques de l’Australie à l’égard de la Chine.

L’Australie doit continuer à condamner le traitement réservé par le Parti communiste chinois aux Ouïghours et aux autres minorités du Xinjiang, l’agression territoriale chinoise dans la mer de Chine méridionale et la trahison par la Chine de son engagement de 1997 envers Hong Kong. L’Australie doit rester ferme sur ses propres valeurs et rester disposée à dénoncer les pires pratiques de la direction autoritaire de Xi Jinping.

Surtout en réponse à sa propre montée en puissance, la Chine va devoir s’habituer aux critiques. La proposition de 2022 de l’Australie à la Chine pourrait ressembler à : collaborer quand on peut et différer quand on doit — alors que nous proposons de travailler ensemble pour trouver de nouvelles orientations de coopération et de contestation.

À l’heure actuelle, chacun de nos pays voisins, que ce soit en Asie du Sud-Est ou dans le Pacifique, essaie de trouver comment faire face à une Chine plus puissante et plus intrusive. C’est une grande priorité pour tous. En travaillant ensemble de manière multilatérale au sein du RCEP, ou bilatéralement comme avec les Salomon, les pays de la région peuvent se soutenir mutuellement et apprendre les uns des autres sur la meilleure façon de travailler avec le gouvernement chinois.

Dans le passé, les gouvernements australiens ont construit leurs stratégies de sécurité nationale en s’appuyant sur les engagements des grandes puissances mondiales, principalement les États-Unis. Le pacte ANZUS et la relation de sécurité avec les États-Unis sont à la base de ces liens depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Maintenant, l’accord AUKUS avec les États-Unis et le Royaume-Uni pour fournir des sous-marins à propulsion nucléaire à l’Australie a renforcé cette relation. Le dialogue quadrilatéral sur la sécurité, qui lie les États-Unis, l’Inde, le Japon et l’Australie, en est un autre exemple. Le 6 janvier 2022, les premiers ministres australien et japonais ont signé un une entente renforcer la coopération militaire entre les Forces de défense australiennes et les Forces d’autodéfense japonaises.

Ce sont des engagements de grandes puissances qui ne partagent pas nécessairement les préoccupations de sécurité immédiates de l’Australie dans la région et qui ont leurs propres problèmes intérieurs qui pourraient affecter leurs promesses envers d’autres pays. Les quatre années de présidence de Donald Trump et son dégoût pour le respect des relations établies avec les alliés américains devraient fournir la preuve que les États-Unis ne sont peut-être pas toujours dignes de confiance pour honorer leurs engagements.

À plus long terme, la sécurité de l’Australie dépendra de sa capacité à coopérer et à collaborer sur des problèmes communs clés avec ses voisins : des pays aussi divers et importants que l’Indonésie, Singapour et le Vietnam, tous membres du nouveau RCEP. L’Australie devrait encourager et soutenir le concept de centralité de l’ASEAN de ses voisins et son accueil d’institutions régionales telles que l’ASEAN Plus 3, le Forum régional de l’ASEAN et le Sommet de l’Asie de l’Est.

En collaboration avec les pays d’Asie du Sud-Est et du Pacifique en 2022, l’Australie devrait concevoir un nouveau départ dans ses relations avec la Chine.

Peter Van Ness est chercheur invité au Département des relations internationales de la Coral Bell School of Asia Pacific Affairs de l’Australian National University.

Source : East Asia Forum