L’engagement avec l’Asie centrale est vital pour la Chine et l’Inde

Auteur : Adil Khan Miankhel, Canberra

Les républiques d’Asie centrale (RCA) du Kazakhstan, du Kirghizistan, du Tadjikistan, du Turkménistan et de l’Ouzbékistan occupent une place importante dans les cadres géopolitiques de Inde et Chine. L’Inde et la Chine ont lancé une nouvelle vague d’engagements diplomatiques avec les RCA après l’annonce de l’armée américaine Retrait d’Afghanistan.

Chine a lancé un nouvel accord de dialogue « 5 + 1 » avec les cinq RCA en juillet 2020. La Chine a tardé à travailler avec les RCA dans ce nouveau format, n’ayant que engagé les pays aux niveaux bilatéral et multilatéral revenant à 2004. le première réunion ‘5+1’ axé sur le COVID-19, le commerce et l’investissement.

La deuxième réunion de la Chine a eu lieu le 12 mai 2021. La réunion a porté sur la coopération, le COVID-19 et l’adoption d’une approche politique inclusive dans l’engagement avec Afghanistan. Dans le même format, le président Xi Jinping a tenu un sommet virtuel avec les dirigeants d’Asie centrale le 25 janvier 2022 pour rechercher une coopération dans la lutte contre terrorisme et le renforcement de la sécurité régionale.

L’Inde a également tardé à engager les CAR via le format « 5 + 1 ». Le Premier ministre Narendra Modi dernier a visité L’Asie centrale en 2015. Après la sortie des États-Unis d’Afghanistan, la deuxième réunion s’est tenue le 10 novembre 2021 au format «5 + 1» lors du dialogue sur la sécurité régionale sur l’Afghanistan. La troisième réunion a eu lieu en décembre 2021.

L’Inde a accueilli la première réunion virtuelle du Sommet Inde-Asie centrale impliquant les chefs d’Etat dans le format “5+1”. Il s’est tenu deux jours seulement après que la Chine a tenu sa réunion au même niveau. Le thème principal du sommet était l’évolution de L’Afghanistan et le développement du port de Chabahar en Iran, un port rival du port de Gwadar au Pakistan est en cours de construction avec des investissements chinois.

La Chine a qualifié le forum “5 + 1” d’engagement avec des voisins amis – le Kazakhstan, le Kirghizistan et le Tadjikistan partagent une frontière avec la Chine. L’Inde a qualifié ses relations avec l’Asie centrale d’engagement à travers le «Quartier étendu’ politique. La Chine et l’Inde voient la valeur géopolitique et potentiellement la concurrence dans leur voisinage d’Asie centrale qui se chevauchent.

La présence américaine en Afghanistan servait auparavant de tampon à la Chine pour poursuivre ses propres activités d’engagement économique avec l’Asie centrale. Mais avec le départ des États-Unis et l’incertitude quant au comportement du régime taliban, la Chine a formé l’arrangement institutionnel « 5 + 1 » pour fournir un tampon à sa frontière occidentale.

Le retrait des États-Unis d’Afghanistan s’est également avéré être un facteur important pour le renouvellement de l’engagement de l’Inde avec les RCA. Inde investi massivement dans des projets de développement en Afghanistan suite à l’invasion américaine en 2001. L’Inde n’a pas ressenti le besoin de s’engager directement avec les RAC en tant que groupe unique dans un autre format. Le paradigme de sécurité de l’Inde exige la sécurisation de sa frontière nord-ouest. Cela a été réalisé auparavant grâce à la présence américaine en Afghanistan et à un engagement profond avec les régimes afghans précédents. Avec le retrait des États-Unis, l’engagement avec les RCA est devenu impératif pour l’Inde du point de vue du commerce et de la sécurité.

Du point de vue de l’Asie centrale, où les capacités économiques et militaires de lutte contre l’extrémisme et le terrorisme sont limitées, tout arrangement ajoutera de la valeur à leurs propres intérêts en matière de sécurité.

La Chine a déjà réalisé l’importance d’engager l’Afghanistan et a extension de l’aide humanitaire à l’Afghanistan. Tant que la cause de la menace n’est pas neutralisée par une stratégie d’engagement, tous les arrangements institutionnels qui garantissent la stabilité peuvent ne pas s’avérer efficaces et durables.

L’Afghanistan occupe toujours une position centrale pour assurer la stabilité de la région. La situation est actuellement devenue plus précaire. Si l’Afghanistan est livré à son propre sort, cela pourrait avoir des retombées qui pourraient déstabiliser toute la région.

Le Dr Adil est un ancien élève de l’ANU et a été chercheur invité à la Crawford School of Public Policy de l’Université nationale d’Australie.

Source : East Asia Forum