East Asia Forum

Auteur : Jing Gu, Institut d’études sur le développement

Le rôle croissant de la Chine en tant que fournisseur d’aide au développement et l’impact plus large de son engagement économique international ont fait l’objet d’un intérêt considérable tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de la Chine. La question de savoir si la politique de développement chinoise est une question de coopération ou de compétition a fasciné le monde. Que leurs intentions soient bienveillantes ou motivées par le pouvoir domine souvent les discussions. Le nouveau pacte d’aide et de sécurité de la Chine avec les îles Salomon est le dernier cas à soulever la question de savoir si l’aide chinoise est au développement ou politique.

Au cours de la dernière décennie, les concepts et les politiques de la stratégie de développement de la Chine ont considérablement évolué. Depuis 2013, le volume et la couverture géographique de l’aide extérieure chinoise n’ont cessé d’augmenter, marquant un nouvelle ère dans la coopération au développement. De 2013 à 2018, la Chine a fourni plus de 27 milliards de RMB (4 milliards de dollars) à d’autres pays en développement. Depuis le début de la pandémie de COVID-19, la Chine a fourni une aide humanitaire, sous forme d’équipements de protection individuelle, de vaccins et d’équipes médicales, à 53 pays africains et à l’Union africaine.

La Chine a commencé fournir de l’aide dans les pays en développement dans les années 1950. Mais l’aide ne représente qu’une petite partie de Coopération au développement de la Chine, ce qui implique également des échanges commerciaux, des prêts et des investissements en capital. celui de Pékin Livre blanc 2021 énumère la coopération technique, l’allégement de la dette et les projets comme les principales formes d’aide chinoise. Parmi ces projets d’aide étrangère, la majeure partie de l’argent est dépensée dans les infrastructures économiques, suivies par l’industrie, le développement de l’énergie et des ressources, l’agriculture et la collaboration pour la paix en matière de développement, y compris les opérations de maintien de la paix des Nations Unies.

L’approche de la Chine en matière de développement mondial a été façonnée ces dernières années par deux cadres politiques importants sur le développement. Le 14e plan quinquennaladopté en mars 2021, axé sur les concepts de croissance durable de qualité et de développement vert.

Le deuxième cadre politique clé est la « nouvelle philosophie de développement » « centrée sur le peuple » de la Chine. Le Initiative de développement mondial (GDI) et l’Initiative de sécurité mondiale (GSI) – visant à défendre le principe de “sécurité indivisible” – ont été proposées par le président chinois Xi Jinping le 21 septembre 2021 lors de la 76e Assemblée générale des Nations Unies et de la conférence annuelle du Forum de Boao pour l’Asie sur 24 avril 2022. Initialement, le GDI était compris comme une extension de projets antérieurs tels que le Ceinture et route Initiative (BRI) annoncée en 2013.

Mais le GDI et le GSI sont tous deux différents en ce sens qu’ils répondent aux changements émergents dans la sphère internationale. Ils sont conçus pour relever les défis importants liés au changement climatique, à la pandémie de COVID-19, aux tensions entre la Chine et l’Occident et à l’objectif de développement durable des Nations Unies à l’horizon 2030.

Pour refléter ces changements, la Chine a établi le Centre de connaissances internationales sur le développement en août 2017. Le but du Centre est de rechercher et de communiquer les connaissances chinoises en matière de développement. Le Centre étudie également la compétitivité internationale de la capacité de fabrication d’autres pays, la stabilité financière, la durabilité environnementale et les biens publics mondiaux.

Ces activités en évolution rapide présentent des défis internes et externes pour la Chine et le monde. La manière dont ces défis et lacunes en matière de connaissances sont abordés déterminera non seulement la gouvernance interne de la Chine sur les questions de développement, mais également ses activités et initiatives externes.

Des tensions entre l’Occident et la Chine sont apparues à propos de l’approche chinoise du développement international et du multilatéralisme chinois. Ces tensions sont également évidentes dans le cas du financement du développement. Mais l’innovation chinoise en matière de multilatéralisme et de développement est un tableau complexe. Le Banque internationale asiatique d’investissement représente clairement le souhait de la Chine d’opérer au sein du système existant de banque de développement international mais, en même temps, de réaliser des changements innovants.

La Banque suit de près les concepts occidentaux d’organisation et de règles et a réalisé une grande partie de la participation occidentale. Son succès dépend de sa crédibilité sur les marchés financiers mondiaux. Elle ne suscite pas de critiques importantes malgré son écart par rapport au modèle institutionnel de la Banque mondiale et des autres banques régionales de développement.

La paix pour le développement est un autre domaine de désaccord entre la Chine et l’Occident. Des différends surgissent quant à savoir si les droits économiques ont priorité sur les droits politiques dans le contexte des pays du Sud. Bien que la Chine ne donne pas officiellement la priorité aux droits économiques, dans la pratique, elle considère que la paix et la stabilité dans les pays du Sud sont un élément clé d’une infrastructure économique solide et d’un développement social stable.

La Chine est militairement impliquée dans le maintien de la paix des Nations Unies, mais elle ne s’implique pas dans le développement des institutions politiques, car elle considère qu’il s’agit d’une question d’intérêt national. Mais la logique et le langage de la sécurité et du capital ont changé au cours des trois dernières années. De plus en plus, la paix et la sécurité dominent le discours sur la politique de développement de la Chine.

L’approche de la Chine en matière de développement international et de multilatéralisme est soulignée par des efforts pour éviter le ‘Piège Thucydide‘, une situation dans laquelle la guerre est susceptible d’éclater lorsqu’une grande puissance en déplace une autre. La Chine a tenté de s’en éloigner en promouvant la philosophie d’une « communauté de destin pour l’humanité ».

La politique chinoise a visé l’expansion de normes communes pour le développement économique et social mondial. Dans la théorie et la pratique chinoises, cela est réalisé grâce à la connectivité entre les pays et à la gouvernance mondiale à plusieurs niveaux. Mais les termes et conditions des accords de coopération sont souvent très généraux et dépendent d’une collaboration continue entre les parties sans jugement indépendant.

Délimiter clairement les rôles que la GDI, la GSI et la BRI peuvent jouer dans le développement international clarifiera la mission de la Chine et aidera à concrétiser sa vision du monde.

Jing Gu est chercheur principal, directeur du Center for Rising Powers and Global Development et directeur du China Center à l’Institute of Development Studies.

Source : East Asia Forum

Newsletter Hebdo

Recevez notre sélection hebdomadaire d'articles publiés sur InfoAsie

You May Also Like

Changement et continuité dans le triangle Philippines-États-Unis-Chine

Auteur: Richard Javad Heydarian, Manille Peu de temps après sa victoire électorale…

La nouvelle route de la soie qui mène à une pandémie

L’initiative « Belt and Road Initiative – BRI » du régime chinois, souvent qualifiée…