East Asia Forum

Auteur : Deepa M Ollapally, GWU

L’invasion de l’Ukraine par la Russie a coïncidé avec un débat sur l’opportunité d’appeler les tensions américano-chinoises “une nouvelle guerre froide‘ et un ‘Pas de limites‘ amitié entre la Russie et la Chine. Alors que les États-Unis se précipitaient pour imposer des sanctions à Moscou, de nombreux pays du Sud se sont retrouvés pris dans le collimateur d’un réalignement contre la Russie.

Parmi les non-engagés, l’Inde est la plus grande démocratie à tracer sa propre voie.

La Russie a été l’un des partenaires diplomatiques et de défense les plus fidèles de l’Inde et une Russie affaiblie annulerait la préférence de l’Inde pour un ordre mondial multipolaire dans lequel elle serait un pôle indépendant et influent. La tendance de Washington à regrouper la Chine et la Russie en un « axe autoritaire » qui menace l’ordre mondial n’est pas une chose à laquelle l’Inde souscrit. L’Inde considère la Russie comme un ami proche et la Chine comme un adversaire, tandis que les États-Unis sont hostiles aux deux pays.

Depuis l’invasion de l’Ukraine, la contradiction entre l’Inde et les États-Unis se joue ouvertement. L’Inde et la Chine sont plus alignées sur Votes à l’ONUl’Inde s’étant abstenue lors de 11 votes de l’ONU pour condamner la Russie, malgré pression intense de ses partenaires occidentaux les plus proches ainsi que des médias internationaux et de l’opinion publique peu flatteurs.

L’Inde n’a pas pu être persuadée de se joindre aux sanctions économiques dirigées par les États-Unis contre la Russie, car elle est généralement contre les sanctions unilatérales imposées en dehors des Nations Unies. La décision de New Delhi d’accepter l’offre russe de pétrole à prix très réduit n’est pas tout à fait surprenante, bien que des responsables et des commentateurs occidentaux aient accusé l’Inde de prendre des “bons plans” à une Russie par ailleurs diplomatiquement isolée et de financer indirectement la machine de guerre de Poutine.

La pression de l’Occident sur l’Inde est passée de l’argent pur aux valeurs en qualifiant le conflit d’autoritarisme et de démocratie. Dans une interaction très regardée entre la visite de la ministre britannique des Affaires étrangères Liz Truss et du ministre indien des Affaires extérieures Subrahmanyam Jaishankar, Truss a pris un coup à la position neutre de l’Inde, affirmant qu'”il est d’une importance vitale pour la liberté et la démocratie en Europe, que nous défiions Poutine et que nous veillons à ce qu’il perde en Ukraine”.

Les liens stratégiques de l’Inde avec les États-Unis et son adhésion au Quad suggéraient autrefois une acceptation croissante de l’ordre libéral dominé par les États-Unis et un affaiblissement de l’engagement envers un monde multipolaire. Les relations conflictuelles croissantes entre l’Inde et la Chine ont également mis en évidence les limites de leur coopération en matière de gouvernance et de réforme mondiales.

Mais l’Ukraine montre que le désir de multipolarité de l’Inde demeure. L’Inde continue d’être un membre insatisfait de l’ordre mondial libéral bien qu’il ait réalisé des gains grâce à cet ordre. Au Forum de Bratislava de juin 2022, Jaishankar a fait valoir que “L’Europe doit sortir de l’idée que ses problèmes sont les problèmes du monde, mais que les problèmes du monde ne sont pas les problèmes de l’Europe”.

L’Inde est la seule grande puissance à être membre d’organisations généralement perçues par l’Occident comme compétitives, voire antagonistes. Avec les BRICS, il fait partie du Sommet de l’Asie de l’Est, du Forum régional de l’ANASE, du Quad et de l’Organisation de coopération de Shanghai.

Cette large adhésion illustre la décision de l’Inde de représenter et de protéger son autonomie en matière de politique étrangère et de poursuivre un plus grand partage du pouvoir mondial. La déclaration Russie-Chine – publiée après les Jeux olympiques d’hiver de Pékin en 2022 – reconnaît l’autonomie indienne et donne la priorité aux relations entre les trois grandes puissances au sein des BRICS. Dans un dernier paragraphe révélateur, il déclare que la Russie et la Chine “ont l’intention de développer la coopération au sein de la ‘Russie–Inde–Chine‘formater’.

La décision de l’Inde de participer à l’exercice militaire d’une semaine organisé par la Russie en septembre 2022 n’était pas bien assis avec ses partenaires Quad. Les États-Unis ont exprimé leur mécontentement face à la participation de l’Inde aux exercices, déclarant qu’ils craignaient qu’un pays “s’entraîne avec la Russie pendant que la Russie mène une guerre brutale et non provoquée contre l’Ukraine”. Mais la secrétaire de presse américaine Karine Jean Pierre a ajouté que “chaque pays participant prendra ses propres décisions”, suggérant que les États-Unis n’interféreraient pas.

Le Japon s’est vivement opposé aux exercices en mer d’Okhotsk et en mer du Japon, les qualifiant de “inacceptable‘. Par déférence pour les sensibilités du Japon, l’Inde a choisi de rester à l’écart de la composante maritime des exercices Vostok et n’a pas envoyé ses navires de guerre.

L’équilibre entre la Russie et l’Occident semble porter ses fruits. Il y a eu une rafale de visiteurs de haut niveau à New Delhi en mars et avril 2022, dont les Premiers ministres du Japon et du Royaume-Uni, les ministres des Affaires étrangères de Chine et de Russie et un sommet virtuel avec le Premier ministre australien. Mais les décisions de politique étrangère de l’Inde sont essai ces partenariats et ces attentes.

L’Inde et ses partenaires sont confrontés à des champs de mines politiques. Les tensions OTAN-Russie augmenteront sûrement lorsque les demandes d’adhésion de la Suède et de la Finlande seront acceptées. Une intensification de la guerre russo-ukrainienne pourrait forcer l’Inde à choisir entre ses partenaires du Quad et la Russie.

L’intention antérieure de l’Inde de parvenir à la multipolarité par le biais des BRICS sera encore moins tenable si les relations russo-chinoises deviennent à toute épreuve. La notion d’un système d’alimentation plus distribué se heurtera à la réalité selon laquelle des liens plus étroits avec les États-Unis peuvent sembler une meilleure option pour l’Inde.

Au début de la guerre russo-ukrainienne, l’Inde craignait que la Chine ne gagne une Russie affaiblie et dépendante comme partenaire junior. New Delhi risquait de perdre la Russie en tant que partenaire géopolitique solide et fiable. Sur le plan économique, les sanctions contre la Russie enclenchent un processus de dédollarisation qui profite à la Chine. Le conflit ukrainien pourrait offrir à la Chine des avantages qu’elle n’aurait pas pu obtenir autrement.

Les décideurs indiens font le pari que la Russie ne voudra pas mettre tous ses œufs dans le même panier et qu’elle continuera à respecter l’indépendance de l’Inde. Une Russie affaiblie aura encore le pouvoir de véto au Conseil de sécurité de l’ONU, dont l’Inde a toujours été bénéficiaire.

L’Inde fait le pari que le niveau de convergence avec les membres du Quad sur l’agression de la Chine dans l’Indo-Pacifique est suffisamment fort pour qu’ils tolèrent la dissonance sur d’autres terrains. Il compte sur ses amis pour s’en rendre compte pression prendre parti a peu de chances de produire des résultats et peut se retourner contre vous.

L’Inde a consolidé son autonomie stratégique sans coûts économiques ou stratégiques. Ses partenaires du Quad semblent disposés à tolérer les différences – après tout, il n’y a pas d'”Indo-Pacifique” sans l’Inde.

New Delhi a su fixer les termes de l’engagement mondial dans la constellation géopolitique actuelle. Mais selon l’issue de la guerre en Ukraine, la conception indienne du type d’ordre mondial qui protège son autonomie stratégique devra peut-être être affinée à contrecœur.

Deepa M Ollapally est professeure de recherche en affaires internationales et directrice de la Rising Powers Initiative à la Elliott School of International Affairs de l’Université George Washington.

Source : East Asia Forum

Laisser un commentaire

Newsletter Hebdo

Recevez notre sélection hebdomadaire d'articles publiés sur InfoAsie

You May Also Like

La Chine signale 175 nouveaux cas de COVID-19

La Chine signale 175 nouveaux cas de COVID-19 Source link

Trump contre Huawei: une bonne cible mais une stratégie désastreuse

Auteur: William H Overholt, Harvard Kennedy School Les États-Unis ont des revendications…

Elle prépare plus de 1000 zongzi par jour !

<!–enpproperty http://french.china.org.cn/china/txt/2017-05/15/content_40818121.htmfrench.china.org.cnDepuis dix ans, Sun Shu’e, 44 ans, tient une boutique de…