Complexités institutionnelles européennes et relations UE-Taiwan

Auteurs : David Camroux et Earl Wang, CERI Sciences Po

La pratique de la politique étrangère de l’Union européenne implique de multiples institutions et une gouvernance à plusieurs niveaux. La résultante complexité dans sa prise de décision en matière de politique étrangère lui a permis de rester agnostique et d’interpréter la politique « Une seule Chine » pour répondre à de multiples intérêts.

Une délégation du Parlement européen conduite par l'eurodéputé français Raphael Glucksmann (à gauche) rencontre la présidente taïwanaise Tsai Ing-wen à Taipei, Taïwan, le 4 novembre 2021 (Photo : Reuters/Eyepress)

En septembre 2022, le directeur du Centre de renseignement et de situation de l’Union européenne (INTCEN), José Casimiro Morgado, a annulé une visite à Taïwan. Source anonyme rapports a suggéré que Pékin avait appris la réunion prévue et l’avait fait annuler. Une autre explication est que Morgado lui-même a annulé la réunion étant donné le belligérant de Pékin réaction à la visite à Taïwan de la présidente de la Chambre des représentants des États-Unis, Nancy Pelosi.

Quelle qu’en soit la cause, l’annulation de la visite de Morgado doit être comprise dans le contexte de la politique taïwanaise de l’Union européenne et de ce que le président français Emmanuel Macron a qualifié de fin à européen la naïveté sur Chine. Au cours des dernières années, l’Union européenne et Taïwan ont ajouté une dimension politique — impliquant les interactions des fonctionnaires — à leur solide et prochemais largement fonctionneldes relations basées sur le commerce et l’investissement.

Un changement de paradigme concret vers la Chine peut être observé à partir de 2019. L’Union européenne, en coordination avec ses États membres, était devenue de plus en plus préoccupée par l’affirmation croissante de Pékin. Les institutions de l’UE et les capitales des États membres ont également renforcé leurs capacités à résister aux défis de la Chine.

Le COVID-19 et la guerre en Ukraine ont fourni élan pour un rapprochement européen avec Taïwan. Il existe un consensus général en Europe sur la nécessité d’approfondir la collaboration avec partenaires partageant les mêmes idées. En tant que puissance moyenne démocratique et férue de technologie, Taïwan est considérée comme un fiable, allié informel dans l’Indo-Pacifique.

Contrairement aux États-Unis, l’adhésion européenne à la politique «Une Chine» a toujours signifié que les responsables des pouvoirs administratif et législatif s’abstenaient de se rendre à Taipei. Alors que Pékin peut exiger l’adhésion au principe “Une Chine” des pays ou des organismes régionaux avec lesquels il entretient des relations diplomatiques, une politique “Une Chine” est simplement la façon dont chaque régime interprète et mène ses relations avec la Chine et Taïwan.

Seulement moins de 30 pour cent des pays dans le monde ont adapté leurs politiques « Une Chine » pour se conformer au principe « Une Chine » de Pékin. Les autres pays, y compris Australiea établi des relations diplomatiques avec Pékin mais n’a pas abordé la question de Taiwan ou n’a pas respecté le principe « Une seule Chine » en n’affirmant tout simplement pas que « Taiwan fait partie de la Chine ».

En 1975 le Vice-président de la Commission européenne (en charge des relations extérieures) a délicatement contourné la question de Pékin sur le dossier taïwanais en affirmant simplement que ce n’était pas une prérogative de la Communauté économique européenne. En même temps, il pouvait affirmer que ces institutions n’entretenaient pas de relations officielles avec Taipei. L’Union européenne a réaffirmé sa politique “Une Chine” dans son 2016 et 2019 communications officielles sur les relations avec la Chine. Ces documents ont simplement évité le problème de la reconnaissance de Taiwan.

Ces dernières années, il y a eu une normalisation progressive des visites à Taiwan, tant des membres du Parlement européen que des parlementaires des États membres de l’UE. Jusqu’à présent en 2022, Taïwan a reçu des délégations parlementaires du Parlement européen, un pays baltes communs groupe, le République tchèque, France , Allemagne, Slovaquie et Suède. Presque toutes ces délégations à Taiwan avaient une composition multipartite.

Du côté de l’exécutif, il y a eu des visites à Taïwan de deux tchèqueune Allemandquatre lituanien et une slovaque hauts fonctionnaires.

Tous les États membres maintiennent toujours leurs politiques et relations diplomatiques «Une Chine» exclusivement avec Pékin plutôt qu’avec Taipei. Mais ils souhaitent également renforcer leurs relations avec Taïwan, y compris les échanges et la coopération sur des sujets tels que le maintien de la paix et de la stabilité dans le détroit de Taïwan. Le Haut Représentant de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Josep Borell, a déclaré que “nous devons continuer à nous engager avec Taiwan sur le plan économique et politique”. Le fait que nous maintenions notre politique d’une seule Chine ne nous empêche pas d’intensifier notre coopération avec Taïwan ».

Les membres du Parlement européen sont les représentants élus au suffrage direct de leurs circonscriptions et ont particulièrement exprimé leurs graves préoccupations concernant le comportement chinois considéré comme une menace pour les valeurs et les intérêts européens. Alors que les questions de droits de l’homme concernant les Ouïghours et la disparition du « un pays, deux systèmes » à Hong Kong ont attiré l’attention des médias, le comportement coercitif de la Chine vis-à-vis de Taïwan a également été souvent présenté. Depuis septembre 2021, le Parlement européen a adopté huit résolutions ou recommandations exprimant un soutien à Taïwan. Ceux-ci incluent le recommandation sur les relations politiques et la coopération entre l’UE et Taïwan et le résolution sur la situation dans le détroit de Taiwan.

Compte tenu de la coopération plus étroite entre l’Union européenne et Taïwan ces dernières années, la visite annulée de Morgado à Taïwan a soulevé des sourcils et suggéré une limite aux relations UE-Taïwan.

Adhésion à un ‘La politique d’une seule Chine rend toujours les visites officielles de la branche exécutive à Taipei difficiles à entreprendre. Pékin scrute et cherche à empêcher toute interaction “officielle” avec Taïwan de toute politique avec laquelle elle entretient des relations diplomatiques.

L’annulation de Taipei par Morgado peut également être attribuée à son patron Josep Borrell, qui a déclaré une posture retenue au « plus haut niveau politique » de l’Union européenne sans projet de se rendre à Taïwan. Cela suggère que le bras exécutif de l’Union européenne souhaite adopter une approche équilibrée.

La nature byzantine de la pratique de la politique étrangère de l’Union européenne permet à différents acteurs de développer diverses approches à l’égard de Taiwan. L’Union européenne et ses États membres renforcent progressivement leurs relations politiques avec Taïwan. Mais cela vient plus expressément de l’action de ses pouvoirs législatifs que de ses acteurs exécutifs. Les questions de reconnaissance diplomatique sont simplement évitées.

David Camroux est chercheur principal honoraire et professeur auxiliaire au Centre d’études internationales (CERI) SciencesPo. Il est également co-coordinateur du Observatoire franco-allemand de l’Indo-Pacifique.

Earl Wang est chercheur doctorant et maître de conférences au CERI Sciences Po. Il est également chercheur à l’Observatoire franco-allemand Indo-Pacifique et est associé à l’Institut de recherche stratégique (IRSEM).

Source : East Asia Forum