Catégories
Chine

Le piège de la dette à double tranchant de la Chine | Forum Asie de l’Est

Auteur : Toshiro Nishizawa, Université de Tokyo

En tant que plus grand prêteur bilatéral au monde, la Chine est confrontée à des défis pour faire face au surendettement de certains de ses emprunteurs dans le cadre de l’Initiative la Ceinture et la Route (BRI). La capacité de la Chine à soutenir ces débiteurs et à éviter de se retrouver coincée dans des dettes impayées dépendra de ses choix politiques.

Des cargos font la navette entre le port de Suqian, dans la province du Jiangsu, en Chine, le 28 juin 2023. Ces dernières années, Suqian s'est activement intégré à l'initiative nationale « la Ceinture et la Route » et à la stratégie de développement de l'intégration régionale du delta du fleuve Yangtze (Photo : Reuters/ Coûtfoto/NurPhoto).

La BRI chinoise a suscité des critiques de la part de certaines parties du monde occidental. Les États-Unis restent concerné que la montée en puissance de la Chine sapera ses valeurs et ses intérêts. Le prétendu manque de transparence et le coût élevé conditions de prêt de la BRI ont été des questions centrales. UN ‘diplomatie du piège de la detteLe récit persiste dans les médias et dans certains cercles politiques, malgré des recherches récentes montrant qu’il s’agit d’un problème. mythe infondé. Il y a pas de gagnant dans une stratégie de piège de la dette, dans laquelle le débiteur, coincé avec une dette insoutenable, laisse son créancier de sa poche.

Le défi fondamental de la dette souveraine dans le monde en développement n’est pas la Chine, mais plutôt la façon de traiter équitablement la dette insoutenable due à divers créanciers lorsque la composition des créanciers varie d’un pays à l’autre. Le Bangladesh doit 53 pour cent de sa dette publique extérieure envers des créanciers multilatéraux et seulement 7 pour cent envers la Chine. Sri Lanka doit 35 pour cent aux détenteurs d’obligations internationales, tandis que Laos doit 49 pour cent à La Chine seule.

Comprendre les créances d’un débiteur est essentiel pour réussir à restructurer la dette lorsqu’elle devient insoutenable. C’est le cas de certains pays asiatiques, le Sri Lanka déclarant la suspension du paiement de sa dette en avril 2022 et le Laos reste en situation de surendettement.

Les décideurs politiques doivent éviter de répéter la même erreur de tergiversation en raison de leur biais d’optimisme. Depuis les années 1970, une série de restructurations de la dette des pays en développement a abouti à l’annulation de la dette de nombreux pays pauvres très endettés. Cette histoire de allègement de la dette dans le cadre du mécanisme de gouvernance de la dette souveraine au cours des cinq dernières décennies pourrait nous éclairer sur la manière de mieux résoudre les problèmes actuels de la dette.

Le Club Parisien, un forum informel mais établi regroupant pour la plupart des pays occidentaux avancés, coordonne la résolution du surendettement dans les pays en développement depuis 1956. Le nombre de traitements de la dette dans le cadre du Club de Paris a commencé à augmenter dans les années 1980 après une période d’accumulation de dettes au milieu du boom du recyclage des pétrodollars. à la fin des années 1970. Les États-nations nouvellement indépendants depuis les années 1960, principalement en Afrique, ont également accumulé des dettes. Une série de crises de la dette ont alors commencé en Amérique latine et se sont propagées à l’échelle mondiale, pour finalement s’atténuer à la fin des années 1990.

En cette époque de crise de la dette, les créanciers du Club de Paris se sont penchés sur les perspectives non améliorées du service de la dette des pays pauvres très endettés. Ils ont finalement réalisé que les rééchelonnements prolongés étaient dus à des problèmes de solvabilité et non de liquidité. Depuis 1988, le Club de Paris a mis en place diverses conditions de traitement de la dette impliquant l’annulation de la dette. Le Initiative en faveur des pays pauvres très endettés (PPTE) permet une remise de dette allant jusqu’à 100 pour cent, tandis que le Initiative d’allègement de la dette multilatérale (IADM) permet une annulation complète de la dette multilatérale aux dépens des actionnaires, bien que les créanciers multilatéraux se voient conventionnellement accorder de facto le droit statut de créancier privilégié.

Au début de la pandémie de COVID-19, les créanciers du Club de Paris et le Le G20 a convenu de mettre en œuvre le Initiative de suspension du service de la dette. Cela a été suivi par le G20 Cadre commun pour le traitement des dettes en novembre 2020.

En tant que membre du G20, Chine a accepté les principes de base du Cadre commun, tels que la conduite de négociations conjointes entre créanciers « de manière ouverte et transparente » et «comparabilité du traitement», qui encourage « un partage équitable du fardeau entre tous les créanciers bilatéraux officiels » et les créanciers privés. Pourtant certains critiques Les auteurs du Cadre commun affirment qu’il n’y a pas suffisamment de points communs entre la Chine et les autres créanciers officiels en termes financiers pour que le cadre soit efficace.

La Chine a abaissé ses prêts depuis 2017 pour remédier au surendettement, mais l’encours de la dette de certains pays envers la Chine reste élevé et obligera la Chine à prendre des mesures d’allégement de la dette.

La Chine a été proposer des plans de sauvetage aux emprunteurs de la BRI en surendettement tout en réduisant ses prêts. Mais son approche de sauvetage vise généralement simplement à empêcher un défaut immédiat en prolongeant les délais de paiement pour les pays à faible revenu et en apportant de l’argent frais aux pays à revenu intermédiaire. Cette approche corrective sans allégement de la dette ne résout pas le problème de solvabilité, à l’instar des procrastination des créanciers du Club de Paris avant d’adopter l’annulation de la dette dans les années 1990.

Conformément aux principes d’action commune et de partage équitable de la charge, Chine insiste sur la participation des créanciers multilatéraux au traitement de la dette, ainsi que sur leur mobilisation de « ressources concessionnelles nouvelles et supplémentaires ».

Les difficultés économiques et financières actuelles de la Chine, qui comprennent d’importantes surendettement intérieur, peut expliquer sa réticence à accorder un allégement de la dette par crainte de créer un aléa moral au niveau national, ainsi que son insistance sur l’allégement de la dette des créanciers multilatéraux et l’injection de nouveaux capitaux. Pourtant, de nouveaux prêts multilatéraux peuvent être une épée à double tranchant même à des conditions concessionnelles, dans la mesure où la dette multilatérale non rééchelonnable ne peut être annulée qu’aux dépens des pays actionnaires.

Les crises de la dette passées donnent à la Chine une leçon pour envisager un traitement immédiat de la dette des pays dont le fardeau de la dette est insoutenable, en particulier ceux qui sont dus de manière disproportionnée à la Chine. Il vaut la peine d’envisager la réduction de la dette en valeur actuelle nette termes. Une autre option pourrait être une approche centrée sur le climat, telle que échanges de dettes contre des changements climatiquessurtout si la Chine s’engage à promouvoir une BRI verte.

La Chine devrait se libérer le plus tôt possible du risque de se retrouver coincée dans le piège de la dette. Autrement, elle pourrait commettre la même erreur que les créanciers occidentaux et finir par perdre ses créances financières.

Toshiro Nishizawa est professeur à la Graduate School of Public Policy de l’Université de Tokyo.

Source : East Asia Forum


En savoir plus sur Info Asie

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

En savoir plus sur Info Asie

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading