Le programme d’accès commercial de l’Australie devrait profiter de Taïwan

Auteur : Benjamin Herscovitch, ANU

Même en tant qu’étranglement de la coercition économique de Pékin se desserrediversification des échanges reste le mantra à Canberra. Le gouvernement d’Anthony Albanese a repris, avec enthousiasme, la mission de son prédécesseur Scott Morrison consistant à orienter les exportations australiennes vers davantage de marchés pour compenser une dépendance excessive à l’égard de la Chine.

La présidente taïwanaise Tsai Ing-wen s'entretient avec le député australien Josh Wilson, qui fait partie d'un groupe de législateurs australiens en visite au bureau présidentiel de Taipei, Taiwan, le 26 septembre 2023 (Photo : Reuters/Bureau présidentiel de Taiwan/document à distribuer).

En un peu moins de 18 mois au portefeuille, le ministre du Commerce Don Farrell a présidé à l’entrée en vigueur des accords de libre-échange avec Inde et le Royaume-Uniainsi que faire pression pour progresser sur les négociations avec l’Union européenne. Pendant ce temps, l’accord de libre-échange entre l’Australie, l’ASEAN et la Nouvelle-Zélande est en cours de mise à niveau et le Le Royaume-Uni a rejoint l’Accord de partenariat transpacifique global et progressiste (CPTPP).

Malgré ces victoires commerciales, il existe toujours un grand trou, en forme de Taïwan, dans les efforts de l’Australie pour modérer sa dépendance à l’égard de ses exportations à l’égard de la Chine.

L’économie taïwanaise aspiré une valeur colossale de 30 milliards de dollars australiens de produits australiens en 2022, ce qui en fait la quatrième destination des exportations de marchandises de l’Australie. En plus d’éclipser même l’Inde et l’Union européenne, il était près de 10 fois plus lucratif pour les exportateurs de marchandises australiens que le Royaume-Uni et plus du double de la valeur de la Nouvelle-Zélande. Les exportations de marchandises de l’Australie vers le marché taïwanais d’un peu moins de 24 millions de personnes représentaient environ 40 pour cent du total des exportations de marchandises vers le marché de l’ASEAN, composé de 10 États membres et de 667 millions de personnes.

Cela ne signifie pas que l’Australie devrait abandonner ou minimiser l’importance de accords de libre-échange avec l’Inde, l’Union européenne, le Royaume-Uni et d’autres. Les avantages à long terme pour les exportateurs australiens seront probablement particulièrement importants dans le cas des accords commerciaux avec l’Union européenne et les marchés indiens, compte tenu de la taille et richesse de l’ancien et du merveilleux potentiel de croissance du dernier.

Mais s’il vaut la peine de consacrer l’énergie de l’Australie à conclure un accord commercial bilatéral avec le Royaume-Uni ou à l’intégrer au CPTPP, alors il existe des arguments économiques convaincants pour faire de même avec Taiwan – un marché bien plus important pour les exportateurs australiens. Cet oubli de Taiwan est particulièrement flagrant si l’on considère le tableau d’ensemble des relations commerciales de l’Australie.

Malgré son appartenance commune à l’Organisation mondiale du commerce et à la Coopération économique Asie-Pacifique, Taiwan est visiblement absent des accords de libre-échange australiens. De l’Australie 10 principales destinations d’exportation en 2022, Taïwan était le seul pays dans lequel les exportateurs australiens ne bénéficiaient des avantages d’un accord de libre-échange bilatéral ou régional.

Il est vrai que les exportations australiennes vers Taiwan, en valeur, sont dominées par énergie et minéraux, qui ne sont pas confrontés à des tarifs élevés. Mais les importations agricoles à Taiwan étant soumises à des taux de droits moyens de près de 16 pour centun accord de libre-échange donnerait aux producteurs primaires australiens un avantage concurrentiel dans l’un des marchés asiatiques. le plus riche marchés de consommation. Étant donné qu’il s’agissait de l’Australie vignerons et pêcheurs de homard qui a le plus souffert aux mains de La coercition économique de la Chineil existe de solides arguments en faveur d’un meilleur accès des produits agricoles australiens à des marchés d’exportation fiables comme celui de Taiwan.

Quelle que soit la logique économique, toute initiative en faveur d’un commerce plus libre avec Taiwan ne peut échapper aux contraintes géopolitiques.

Faire adhérer Taïwan au CPTPP restera probablement un projet invraisemblablement long étant donné la décision de Pékin. offre concurrente et opposition à l’adhésion de Taipei combinée à l’accord commercial basé sur le consensus processus d’adhésion. Mais cela laisse encore ouverte la possibilité de conclure un accord de libre-échange bilatéral beaucoup plus réalisable avec Taiwan. Avec l’Australie déjà Taiwan septième plus grand partenaire commercial, c’est une option que Taipei prend également en charge.

Ayant Canberra sous pression Par rapport à son précédent projet de négocier un accord de libre-échange avec Taipei sous le gouvernement de Malcolm Turnbull, Pékin s’opposerait aux mesures visant à libéraliser formellement le commerce.

Bien que Singapour et Nouvelle-Zélande avons déjà des accords de libre-échange avec Taiwan, ceux-ci ont été signés en 2013, alors que le gouvernement nationaliste, plus favorable à Pékin, était au pouvoir et que la Chine ne faisait pas autant d’efforts pour isoler à l’échelle internationale Taïpeh. Malgré l’opposition probable de Pékin, le gouvernement albanais ne devrait pas permettre que son programme d’accès commercial soit l’otage des préoccupations du gouvernement chinois. Notamment parce que l’enthousiasme de Pékin pour réparation de la relation donne probablement à Canberra plus de latitude pour prendre des positions que la Chine n’aime pas.

Depuis mi-2022, Pékin s’est déplacé vers normaliser les relations diplomatiques et progressivement démanteler les restrictions commerciales bien que Canberra continue de mener des politiques qui décevoir le gouvernement chinois – tout de titrisation L’industrie australienne des minéraux critiques va criant Les violations des droits de l’homme par la Chine aux Nations Unies. Même si Pékin pourrait réprimander Canberra diplomatiquement et émettre des avertissements privés s’il concluait un accord de libre-échange avec Taipei, les 17 derniers mois de réparation des relations bilatérales suggèrent que la Chine ne sera pas dissuadée d’adopter des relations plus chaleureuses avec l’Australie.

À une époque où l’interdépendance est de plus en plus régulièrement utilisée comme arme, la politique commerciale n’est pas uniquement motivée par les complémentarités économiques. La confiance compte aussi. Heureusement, la relation Australie-Taïwan présente les deux en abondance. Non seulement les économies australienne et taïwanaise ont déjà des échanges commerciaux importants, mais une plus grande dépendance à l’égard des exportations vis-à-vis de Taïwan s’accompagne de risques négligeables de coercition économique.

Les économies australienne et chinoise pourraient être liées par de profondes complémentarités économiques pendant les décennies à venir. Mais contrairement à la Chine, l’Australie peut être sûre que Taiwan n’utilisera pas ses relations commerciales comme une arme pour faire valoir des arguments politiques.

Benjamin Herscovitch est chercheur à l’Université nationale australienne et auteur de Pékin à Canberra et retourun bulletin d’information relatant les relations Australie-Chine.

Source : East Asia Forum