Catégories
Chine

Équilibrer les obligations internes et externes dans la politique étrangère des Maldives

Aux Maldives, la politique intérieure est souvent suffisamment importante pour supplanter l’influence étrangère et privilégier des approches indépendantes en matière de coopération au développement. Le président Mohamed Muizzu vise à maintenir un soutien interne tout en renforçant ses relations avec les pays étrangers.

Depuis qu’elles ont obtenu leur indépendance de la Grande-Bretagne en 1965, la politique étrangère des Maldives a été basé sur les principes de l’égalité souveraine des États, de l’ordre international fondé sur des règles, de la non-ingérence dans les affaires intérieures des autres États, de la diplomatie dans la résolution des problèmes et des relations amicales avec les autres États.

Les Maldives ont réalisé des progrès significatifs en matière de gouvernance démocratique, en passant à une démocratie multipartite en 2008, et en matière de développement économique, la priorité du pays. industrie touristique riche générant désormais 80 pour cent du revenu national. En 2021, les Maldives ont été placées dans la catégorie de développement humain élevée dans l’Indice de Développement Humain.

Mais les Maldives ont continué à être confrontées à des défis économiques en raison des changements du marché mondial, des crises sanitaires telles que la COVID-19 et changement climatique. Pour rester sur la voie du développement, il a besoin de l’aide étrangère. En conséquence, la demande de partenariats étrangers pour aider au développement des méga-infrastructures, les investissements ont augmenté. Cela a créé une compétition géopolitique entre les principaux donateurs, qui souhaitent tous devenir les partenaires privilégiés.

Mais considérer les partenariats étrangers des Maldives sous l’angle de la compétition géopolitique ne parvient pas à intégrer la politique intérieure et les attitudes du public qui façonnent l’orientation de la politique étrangère du pays. Au lieu de cela, cela suscite des soupçons quant aux implications sécuritaires des affaires étrangères des Maldives.

De 2013 à 2018, la Chine a investi dans plusieurs mégaprojets d’infrastructures aux Maldives, notamment la construction du premier pont sur l’océan pour relier la capitale, Malé, l’aéroport international et la deuxième plus grande île résidentielle, Hulhumalé. Malgré le pont prestations domestiquesau niveau régional, l’expansion économique de la Chine aux Maldives a rendu L’Inde inquiète. Les politiques des Maldives ouvrent potentiellement « la voie à la Chine pour établir sa présence militaire aux Maldives » et sapent Le rôle régional de l’Inde dans le maintien d’un ordre fondé sur des règles.

Ce récit stratégique est contré par la demande que les relations entre les Maldives et la Chine constituent « une étape importante dans le développement des relations économiques et commerciales entre la Chine et les Maldives ». La défaite de l’ancien président Abdulla Yameen aux élections de 2013 n’était pas principalement due à sa politique chinoise. Le soutien du public a plutôt été perdu en raison de allégations de corruption, qui ont créé une méfiance à l’égard de la dette générée par les investissements chinois. Après sa défaite électorale, Yameen a été arrêté pour blanchiment d’argent.

Le successeur de Yameen, l’ancien président Ibrahim Mohamed Solih, a suivi une « Politique privilégiant l’Inde » de 2018 à 2023. L’Inde a fourni des fonds pour alléger la dette et a aidé mégaprojets de développement d’infrastructures notamment la construction d’un méga-pont pour relier Malé, Villimalé et deux autres îles. Mais l’expansion de la présence diplomatique de l’Inde aux Maldives n’a pas été bien accueillie par le public. Élection de 2023. Une opposition Campagne « L’Inde dehors » ont obtenu le soutien du public lorsque leurs affirmations sur l’influence présumée de l’Inde dans le gouvernement de Solih et la présence d’un petit contingent militaire indien aux Maldives étaient pas bien contré par Solih. La présence de ce contingent militaire a contribué à la défaite électorale de Solih.

Mais les relations entre les Maldives et l’Inde n’ont pas privilégié les intérêts militaires et sécuritaires de l’Inde. Les Maldives et l’Inde ont bénéficié d’une sécurité militaire coopération depuis 1988 et des exercices conjoints axés sur la sécurité maritime, y compris Exercice trilatéral Dosti, depuis les années 1990. La coopération militaire avec des pays autres que l’Inde, comme les États-Unis, Australie et Japona été important pour la sécurité nationale des Maldives.

La perte de Solih ne peut être attribuée uniquement à la présence militaire indienne. Déception du public face au manque de résultats en matière d’investissement, comme celui de l’Inde travaux de pont incompletsà la fin du quinquennat de Solih, a également aidé le campagne de l’opposition contre sa politique.

Muizzu a pris ses fonctions en novembre 2023 avec la promesse électorale de répondre aux préoccupations concernant l’influence présumée de l’Inde, en commençant par une demande à l’Inde de retirer son armée. Après son entrée en fonction, le premier pays visité par Muizzu fut la Turquie plutôt que l’Inde, ce qui pourrait être le signe d’une tentative de s’éloigner de un allié traditionnel. Mais une suite dispute diplomatique entre les deux pays aurait pu rendre leurs engagements mutuels cahoteux.

Malgré cette méfiance initiale, Muizzu a adopté une approche inclusive.approche de développement national« , y compris le maintien de liens plus étroits avec l’Inde après sa rencontre avec le Premier ministre indien Narendra Modi en marge de la COP28 des Nations Unies. Muizzu a également poursuivi ses partenariats avec des partenaires traditionnels de développement et de sécurité, notamment les États Unis, Australie et Le Royaume-Uni.

Affirmant que les Maldives sont trop petites pour être « empêtrées dans ce soi-disant combat géopolitique entre de plus grandes nations », Muizzu a engagé à travailler avec tous les pays, en se concentrant sur la confiance et les avantages mutuels. Avec cette politique, la Chine « devrait faire d’énormes progrès aux Maldives ». Les vingt accords clés signés en Visite de Muizzu en Chine en janvier 2024 indiquent une augmentation potentielle des projets soutenus par la Chine.

Le gouvernement de Muizzu continuera de bénéficier du soutien de l’opinion publique si ses affaires intérieures et étrangères continuent de respecter la sécurité nationale, la souveraineté et les droits de sa population. Comprendre les intérêts nationaux peut bénéficier à des partenariats continus et mutuellement bénéfiques.

Athulla A Rasheed est doctorante au Département des affaires du Pacifique de l’Université nationale australienne.

Source : East Asia Forum


En savoir plus sur Info Asie

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

En savoir plus sur Info Asie

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading