East Asia Forum

Auteur: Padmanesan Narasimhan, UNSW

Au 30 mars 2020, 901 cas et 27 décès de COVID-19 avaient été signalés par le ministère indien de la Santé et du Bien-être familial. Les cas ont été inégalement répartis entre les États, le Maharashtra et le Kerala enregistrant les nombres les plus élevés. L’Inde a une population estimée à 1,35 milliard d’habitants, soit 17,5% de la population mondiale, mais moins de 1% des cas de COVID-19 dans le monde. Ces chiffres pourraient indiquer que l’Inde a réussi à lutter contre la pandémie. Mais il est critiqué que les cas soient sous-déclarés en raison des rapports unilatéraux des centres gouvernementaux.

Le nombre relativement faible de cas de COVID-19 en Inde pourrait être dû à sa pratique de contrôle aux frontières consistant à contrôler les passagers. Des mesures telles que la fermeture rapide des frontières pour les passagers aériens des pays touchés et l’interdiction de visiteurs de certains pays auraient pu aider à contrôler la propagation de la pandémie. L’Inde a également un taux de trafic aérien inférieur à celui de la Chine et des États-Unis. L’Inde a transporté 4% de tous les passagers aériens en 2014, contre 14,5% pour la Chine et 21,1% pour les États-Unis. L’initiative du gouvernement et des médias visant à faire connaître le virus, y compris les pratiques d’hygiène, pourrait également avoir contribué à ces faibles effectifs.

Mais la majorité du dépistage a été effectué dans les aéroports et les tests ne sont effectués que dans les centres gouvernementaux pour les cas symptomatiques et ceux ayant des antécédents de voyage à l’étranger. Dans un pays à forte migration interne, à forte densité de population et où une grande partie des soins de santé est fournie par le secteur privé, ces chiffres sont discutables. Le secteur public de la santé dessert généralement les couches pauvres et moyennes de la société. La plupart des cas découverts font partie de ceux qui ont des antécédents de voyage, principalement de la classe moyenne et supérieure.

L’Inde passe maintenant au stade trois de la courbe épidémique et une auto-isolation à l’échelle du pays pendant 21 jours a été imposée. Il est nécessaire d’étendre les tests aux cas asymptomatiques pour comprendre l’ampleur de la pandémie.

Des mesures politiques accrues seront essentielles pour contenir la propagation.

Les dépenses de santé publique en Inde sont faibles – juste au-dessus de 1% du PIB. La demande de soins de santé est satisfaite par le secteur privé (contribuant à 4,8% du PIB). Près de 80 et 60 pour cent des personnes demandent respectivement des soins ambulatoires et des patients hospitalisés dans le secteur privé. Le secteur privé représente respectivement 74 et 60% des hôpitaux et des lits d’hôpitaux. Plus de 80% des médecins et 70% des infirmières et sages-femmes travaillent dans le secteur privé.

Ces statistiques montrent que la participation du secteur privé est cruciale. Cependant, il existe une méfiance entre les secteurs public et privé lorsque la collaboration sur les programmes de santé et l’engagement est en deçà de la moyenne. Les efforts du gouvernement pour impliquer le secteur privé dans les programmes de surveillance des maladies ont été accueillis avec peu d’enthousiasme et de critiques quant à la manière dont les prestataires privés étaient traités.

La pandémie de COVID-19 est une opportunité pour le gouvernement d’engager le secteur privé alors que les tests sont étendus aux personnes sans antécédents de voyage et aux cas asymptomatiques. En cas de suspicion de transmission dans la communauté, le régime d’assurance du Premier Ministre, où plus de 19 000 hôpitaux de santé privés ont été renforcés pour élargir l’accès aux soins de santé, sera bien utilisé.

La loi la plus largement utilisée concernant les pandémies en Inde a été promulguée sous le règne britannique. L’Epidemic Diseases Act, 1897 a été appliquée pour COVID-19, mais sa portée est dépassée pour gérer les urgences de cette ampleur et de cette complexité. Par exemple, la majeure partie de la loi constitue une restriction aux frontières dans les ports maritimes qui étaient un mode de transport courant il y a 70 ans. Les modes de transport ont beaucoup changé et aucun amendement n’a été apporté pour refléter cela.

Quatre autres cadres juridiques sont également en place actuellement, mais un examen récent a révélé qu’ils ne sont pas suffisants pour couvrir les aspects nécessaires de la gestion d’une pandémie. Un projet de loi sur la santé publique est toujours à l’étude. Le Parlement et les législateurs devraient saisir cette occasion pour discuter et adopter ce projet de loi sans délai afin de permettre à l’État et aux gouvernements centraux de prendre les mesures nécessaires pour réduire la pandémie.

Les efforts actuels du gouvernement indien pour contenir la pandémie de COVID-19 ont été fructueux jusqu’à présent, mais il existe des défis fondamentaux à venir dans les infrastructures de santé. Le plus grand de ces défis comprend l’engagement du secteur privé de la santé et la mise en œuvre de lois mises à jour régissant la santé publique. La situation COVID-19 offre une opportunité d’améliorer les soins de santé indiens et les lois de pandémie à l’épreuve du temps, et à son tour aplanir la courbe épidémique.

Padmanesan Narasimhan est chargé de cours à la School of Public Health and Community Medicine de l’Université de New South Wales. Il est docteur en médecine spécialisé dans la transmission de maladies infectieuses, la gestion de la santé et les systèmes de santé internationaux.

Cet article fait partie d’une série spéciale de l’AEP sur la nouvelle crise des coronavirus et son impact.

Source : East Asia Forum

Newsletter Hebdo

Recevez notre sélection hebdomadaire d'articles publiés sur InfoAsie

You May Also Like

Gérer le risque lié à la chaîne d’approvisionnement dans un monde post-COVID-19

Auteur: Stephen Olson, Hinrich Foundation La pandémie de coronavirus a remis en…

COVID-19 révèle la faiblesse des soins de santé publics en Inde

Auteur: Ranjan Ray, Université Monash Le nombre de cas de COVID-19 en…

La vaccination mondiale est toujours hésitante

Auteur: Jeremy Youde, Université du Minnesota Duluth Moins d’un an après que…