« Pression maximale » sur les relations de l’Inde avec l’Iran

Auteur: Muhsin Puthan Purayil, Université de Hyderabad

La dynamique actuelle de la politique étrangère entre l’Inde et l’Iran est façonnée par la confrontation stratégique entre les États-Unis et l’Iran. Il illustre la faiblesse de la politique d’équilibre stratégique de l’Inde entre l’Iran et les États-Unis.

Le ministre iranien des Affaires étrangères Javad Zarif s'entretient avec les médias en marge d'une conférence sur la sécurité à New Delhi, en Inde, le 15 janvier 2020 (Photo: Reuters / Alasdair Pal).

L’Iran est important pour la sécurité énergétique de l’Inde et ses plans de connectivité en Afghanistan et en Eurasie. Le couloir de transport international Nord-Sud (INSTC) a le potentiel de stimuler le commerce de l’Inde avec l’Eurasie par le biais d’infrastructures navales, ferroviaires et routières. Les intérêts économiques de l’Inde en Iran comprennent également des investissements dans le secteur pétrolier et gazier iranien et le développement du port de Chabahar dans le sud-est de l’Iran.

L’Iran a récemment augmenté son enrichissement d’uranium au-delà du seuil de l’accord nucléaire iranien, permettant au pays de produire une seule arme nucléaire en trois à quatre mois. Cela arrive à un moment où l’administration Trump continue de faire pression pour un «nouvel accord» avec l’Iran. Mais certains experts considèrent les actions de l’Iran comme conçues pour faire pression sur les États-Unis et les gouvernements européens plutôt que de faire pression pour une bombe en soi.

La confrontation frémissante entre Washington et Téhéran a pris fin en mars lorsque les États-Unis ont lancé plusieurs frappes aériennes en Irak contre des milices pro-iraniennes après qu’une roquette a tué deux soldats américains. Sans surprise, Washington a imposé plus de sanctions à Téhéran.

Tout cela donne de bonnes raisons de craindre que les États-Unis n’étendent davantage les sanctions à d’autres domaines du commerce et de l’investissement, mettant potentiellement en péril les intérêts économiques et géopolitiques de l’Inde en Iran.

La chimie personnelle entre le Premier ministre indien Narendra Modi et le président américain Donald Trump n’aidera pas l’Inde à atténuer l’impact des sanctions américaines. L’amitié de l’Inde avec les États-Unis peut ne pas avoir d’avantages. Les exemples les plus récents des limites de la relation Modi-Trump incluent l’échec de l’accord commercial entre l’Inde et les États-Unis, associé à la suppression par Washington du statut commercial préférentiel de l’Inde.

Dans le même temps, les relations de l’Inde avec les États-Unis ont révélé des failles dans les relations entre l’Inde et l’Iran. L’Inde a tenté d’équilibrer ses relations avec les États-Unis et l’Iran depuis l’accord nucléaire nucléaire entre l’Inde et les États-Unis en 2005. Mais les relations bilatérales de l’Inde avec l’Iran sont tombées sur l’accord, qui, selon Téhéran, a sapé l ‘«universalité» de la non-prolifération nucléaire Traité. Les relations se sont améliorées après la signature du Plan d’action global conjoint (JCPOA) entre l’Iran et les pays du P5 + 1 (Chine, France, Russie, Royaume-Uni, États-Unis, Allemagne et Union européenne) en 2016.

Mais sous l’administration Trump, l’inclinaison de l’Inde vers les États-Unis est redevenue une source de frictions énormes dans les relations bilatérales Inde-Iran. Les déclarations iraniennes formulées avec fermeté critiquant la récente politique intérieure de l’Inde et la violence croissante contre les musulmans en sont un exemple. Le député iranien Naqavi Hosseini a déclaré que l’Inde s’incarne auprès des États-Unis par le biais de la violence antimusulmane après la visite de Trump en Inde.

La rivalité américano-iranienne est un test de résistance pour la politique indienne au Moyen-Orient qui repose sur un équilibre délicat entre les États arabes du Golfe, Israël et l’Iran. Si les tensions croissantes débouchent sur une instabilité politique prolongée, les intérêts stratégiques et économiques de l’Inde pourraient être fortement affectés. Le Moyen-Orient est la principale source d’énergie et de transferts de fonds de l’Inde d’une diaspora d’environ 8 millions d’Indiens travaillant dans le Golfe.

La grave épidémie de COVID-19 en Iran intensifie encore le défi auquel l’Inde est confrontée. En suivant la ligne de Trump, New Delhi reste largement un spectateur dans la lutte de l’Iran contre l’épidémie. Et ce, malgré le fait que Téhéran a officiellement demandé l’aide de New Delhi. D’un autre côté, la Chine a dénoncé les sanctions américaines et a aidé l’Iran.

En gardant le silence à l’heure d’une grave crise humanitaire qui se déchaîne contre l’Iran, l’Inde prend parti dans le conflit entre les États-Unis et l’Iran. C’est ce que l’Inde a fait preuve de prudence pendant toutes ces années et qu’elle a évité grâce, dans une large mesure, au respect du principe de l’autonomie stratégique.

La confrontation continue entre Washington et Téhéran a des conséquences délétères pour l’Inde qui tente de gérer ses relations avec l’Iran. Le resserrement supplémentaire des sanctions de Washington contre l’Iran malgré l’épidémie de COVID-19 montre son attachement à sa campagne de «pression maximale» et le regain de friction entre les deux pays.

Pris dans un état d’incertitude prolongée, la perspective d’une nouvelle confrontation entre l’Iran et les États-Unis reste élevée, du moins pendant l’ère Trump. Que New Delhi le veuille ou non, elle doit naviguer dans ces eaux troubles en recalibrant sa stratégie et en tenant compte de l’impact que les sanctions pourraient avoir sur ses intérêts économiques et stratégiques.

Muhsin Puthan Purayil est doctorant en sciences politiques à l’Université de Hyderabad, en Inde.

Source : East Asia Forum

Image par défaut
East Asia Forum
Publications: 104

Newsletter Updates

Enter your email address below to subscribe to our newsletter

Laisser un commentaire