Catégories
Inde

Le reconditionnement de l’ancienne politique industrielle par Modi ne sauvera pas l’Inde

Auteur: Anita Prakash, ERIA

Le 12 mai 2020, le Premier ministre indien Narendra Modi a annoncé un deuxième paquet économique pour contrer les retombées financières de la crise des coronavirus. Le paquet de 20 000 milliards de roupies (264 milliards de dollars américains) représente environ 10% du PIB nominal de l’Inde en 2018.

Les travailleurs migrants couvrent leurs enfants de saris en attendant de monter à bord d'un bus pour se rendre dans leur État d'origine de l'est du Bihar pendant un verrouillage prolongé afin de ralentir la propagation de COVID-19, Ahmedabad, Inde, 20 mai 2020 (Photo: Reuters / Amit Dave).

Le plan de relance comprend 1,7 billion de roupies (22 milliards de dollars EU) en transferts directs d’avantages aux salariés et aux travailleurs agricoles. Il comprend également 7,8 billions de roupies (103 milliards de dollars américains) de liquidités fournies par la Reserve Bank of India pour soutenir les actions et les fonds communs de placement. Le soutien budgétaire aux régimes de protection sociale et les avantages fiscaux font également partie de ce paquet.

Dans une série de discours prononcés sur quatre jours, le ministre des Finances, Nirmal Sitharaman, a annoncé cinq tranches de soutien financier pour différentes sections de l’économie – terre, travail, liquidité et lois. Les garanties de crédit pour les micro, petites et moyennes entreprises (MPME) représentent la plus grande partie du programme de secours à 3 000 milliards de roupies (40 milliards de dollars américains). Ce secteur est au cœur de l’économie indienne et le plus grand employeur de main-d’œuvre migrante du pays.

Les autres bénéficiaires notables de la garantie de crédit sont les sociétés financières non bancaires et les sociétés de distribution d’électricité. Les réformes importantes du côté de l’offre comprennent des changements dans la définition des MPME pour leur permettre de se développer sans perdre d’avantages, ainsi que le privilège des MPME par rapport aux entreprises étrangères lors des appels d’offres pour les marchés publics.

Les travailleurs migrants ont reçu gratuitement des céréales alimentaires pendant deux mois, tandis que le programme One Nation One Ration Card fournit à tout travailleur migrant une carte de rationnement avec accès aux céréales subventionnées et aux produits essentiels par le biais du système de distribution public. Les mesures pour le secteur agricole consistent en des réformes administratives et commerciales qui étaient préexistantes ou déjà à l’étude. Les plans de secours pour les infrastructures, la pêche et l’élevage font également partie des programmes budgétaires antérieurs.

Huit secteurs ont été identifiés pour la réforme des investissements: charbon, minéraux, production de défense, gestion de l’espace aérien, projets d’infrastructures sociales, sociétés de distribution d’électricité, secteurs spatiaux et énergie atomique. Mais la plupart des réformes proposées étaient déjà sur la table – la seule nouvelle annonce est une augmentation de la limite d’investissement direct étranger pour l’approbation automatique à 74 pour cent de 49 pour cent dans la production de défense.

Après avoir déduit les dispositions précédentes – y compris celles concernant la liquidité dans le système financier – et actualisé les mesures soutenues par le budget annuel et les garanties de crédit, il reste environ 16% du paquet global de 264 milliards de dollars US pour honorer les principales annonces de politique de Modi. Certaines autres mesures importantes du côté de la demande comprennent les prêts sans garantie, les réductions d’impôts pour les paiements non salariaux et les transferts monétaires directs. Mais il n’y a pas de voies concrètes en place pour ceux qui sont sans emploi, déplacés et susceptibles d’être accablés par la dette. Au contraire, la fusion du paquet économique avec une politique industrielle d’il y a longtemps reflète une confusion politique dans différentes parties du gouvernement d’union et entre le gouvernement central et les gouvernements des États.

En apportant la relance économique, Modi a reconditionné sa politique industrielle «Make in India» dans le film néhruvien d’une Inde autonome (Atma-Nirbhar Bharat). Il a mis en garde contre la confusion entre l’autosuffisance et l’égocentrisme et espérait que le succès de l’Inde à devenir autonome sera également le succès du monde. Mais la plupart n’ont pas vu le lien, surtout lorsque l’autosuffisance était assimilée à la production locale et à la demande locale. Pour Modi, l’autosuffisance, avec Atma Bal (force intérieure) et Atma Vishwas (confiance en soi) est la voie à suivre pour l’économie indienne.

Sa vision d’une Inde autonome repose sur cinq piliers: l’économie, l’infrastructure, les systèmes technologiques, la démographie et la demande. Sa détermination sur la fabrication locale et les chaînes d’approvisionnement locales peut être résumée par l’expression «faire entendre sa voix sur le local» – produire et utiliser localement, mais vendre mondialement. La façon dont ce modèle de fabrication est censé converger avec les investissements et les marchés mondiaux n’a pas été expliquée.

Les entreprises nationales n’ont pas perdu de temps pour approuver la politique, qui est essentiellement Make in India 2.0. Mais ceux qui ont suivi l’engagement décroissant de l’Inde avec les économies régionales – le retrait du Partenariat économique régional global (RCEP) en est un exemple – n’ont toujours aucune indication claire de ce que l’Inde ferait avec une politique commerciale régionale indépendante et la liberté d’assigner des réglementations tarifaires et non tarifaires.

Étant donné que l’Inde a plusieurs problèmes non résolus avec le RCEP, le discours politique actuel favorise le découplage des chaînes de valeur régionales (RVC) étroitement intégrées à la Chine. Il existe maintenant une politique industrielle dans laquelle les industries manufacturières doivent être locales d’abord et mondiales par la suite, en s’appuyant sur les chaînes d’approvisionnement locales et la demande locale. La manière dont cela converge avec les plans de l’Inde pour faire de nouvelles incursions dans les chaînes de valeur régionales et interrégionales et bénéficier de la délocalisation des investissements et de la fabrication n’est pas claire.

Une politique de croissance économique qui ne fait qu’augmenter les chaînes d’approvisionnement locales et la demande locale est contraire aux responsabilités nationales, régionales et mondiales de l’Inde. Il réitère le retrait de l’Inde des partenariats régionaux et signifie qu’elle ne bénéficiera pas de réorientations des investissements et des CVR à un moment où la possibilité de partager le dynamisme économique de l’Asie est à sa porte.

On dit souvent que les dirigeants doivent avoir des objectifs fermes et des stratégies flexibles. Pour faire face à la croissance fulgurante de l’Inde, en particulier face à la crise des coronavirus, il faut les deux. Le reconditionnement de stratégies de croissance économique réduites et l’attente de résultats différents est une confusion politique aux proportions épiques.

Le gouvernement Modi aura-t-il une nouvelle chance de repenser sa stratégie de croissance industrielle et d’aligner son économie nationale avec l’Asie et l’Afrique? Va-t-elle également reconsidérer son rôle dans l’architecture régionale? Si l’Inde doit devenir une économie de 5 billions de dollars américains, si l’architecture régionale indo-pacifique doit prospérer, si le RCEP et le Corridor de croissance Asie-Afrique doivent être pleinement réalisés, alors la réponse aux deux questions doit être oui.

Anita Prakash est directrice des relations politiques à l’Institut de recherche économique pour l’ANASE et l’Asie de l’Est (ERIA), Jakarta.

Cet article fait partie d’un Série spéciale EAF sur la nouvelle crise des coronavirus et son impact.

Source : East Asia Forum


En savoir plus sur Info Asie

Subscribe to get the latest posts sent to your email.

En savoir plus sur Info Asie

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading