East Asia Forum

Auteur: Raina MacIntyre, UNSW

Les impacts sanitaires, économiques, sociaux et géopolitiques sans précédent de COVID-19 se poursuivent. Elle est souvent comparée à la grippe espagnole de 1918 car les deux pandémies ont des taux de mortalité similaires, mais le monde est devenu beaucoup plus dépendant des chaînes d’approvisionnement mondiales, des voyages et du commerce.

La lutte contre une maladie hautement infectieuse nécessite un contrôle mondial des maladies. Les gouvernements ne peuvent pas séparer proprement les populations et appliquer sélectivement des mesures de lutte contre les épidémies. Singapour a appris cette leçon avec une résurgence de cas dans les dortoirs des travailleurs migrants. Un mauvais contrôle de l’infection dans n’importe quelle partie d’une société affectera l’ensemble de la société et un mauvais contrôle dans n’importe quel pays aura des impacts mondiaux. C’est pourquoi la réponse de l’Asie au COVID-19 est importante pour le reste du monde.

Le nouveau coronavirus est beaucoup plus difficile à contrôler que le SRAS. Premièrement, la maladie est plus contagieuse juste avant l’apparition des symptômes. Il est également transmissible chez les personnes qui ne développent jamais de symptômes. En revanche, le SRAS n’était infectieux que lorsque les personnes infectées présentaient des symptômes. Deuxièmement, il est de plus en plus évident que le virus peut être transmis par de fins aérosols respiratoires.

Sans vaccin, les sociétés doivent s’appuyer sur cinq mesures pour contenir la propagation: dépistage, recherche de contacts et mise en quarantaine, interdiction de voyager, distanciation sociale et utilisation de masques faciaux.

Les capacités de dépistage des pays à faible revenu peuvent être limitées et de faible qualité, de sorte que leur nombre officiel de cas n’est que la pointe de l’iceberg. L’Indonésie est devenue un centre d’intérêt en février car elle n’avait encore signalé aucun cas de COVID-19. Pourtant, la modélisation a prédit qu’au 4 février, l’Indonésie aurait dû avoir au moins cinq cas.

L’identification des cas de maladies infectieuses dépend de l’infrastructure de santé publique, des systèmes de surveillance systématique des maladies, de la capacité des tests de diagnostic et de la notification. De nombreux pays à faible revenu d’Asie et du Pacifique ne peuvent se conformer aux réglementations de l’OMS en matière de surveillance et de notification, car leurs systèmes de santé et leurs outils de diagnostic sont faibles. D’autres omettent de signaler des cas par crainte que cela n’affecte le tourisme, le commerce et l’économie. Cela pourrait créer une épidémie silencieuse en Asie du Sud-Est.

Le taux de tests par tête est faible en Inde et encore plus faible en Indonésie. Les données indiennes montrent une augmentation constante des cas détectés, suggérant un faible respect de la distance sociale malgré le verrouillage.

L’Indonésie a adopté une approche plus douce, avec des fermetures localisées à Jakarta, mais d’autres centres restent ouverts. La courbe épidémique montre un taux plus constant de nouveaux cas, reflétant les limites de la capacité de test, si seulement un nombre fixe de tests est administré chaque jour.

La disponibilité des kits de test serait faible et leur prix élevé en Indonésie. On craint également que l’Indonésie n’utilise des tests d’anticorps peu fiables, de sorte que l’ampleur réelle de l’infection est inconnue. Malgré cela, il est prévu de rouvrir Bali aux touristes d’ici juillet.

Les bidonvilles urbains sont une autre préoccupation pour la transmission amplifiée et les flambées explosives. Les bidonvilles de l’Inde ont été fermés à clef, empêchant les gens de travailler et de vivre dans des conditions qui rendent impossible l’éloignement social. Dans ces conditions, l’utilisation d’un masque facial universel peut être utile pour atténuer la propagation.

Des tests approfondis et la capacité de placer les personnes malades en isolement sont également importants pour réduire la transmission. Les conditions surpeuplées et insalubres dans les bidonvilles urbains sont un problème de santé publique en tant que source de propagation épidémique – le virus est éliminé dans les fèces. Le bidonville de Dharavi à Mumbai compte plus de 1800 cas confirmés et Mumbai est un point chaud pour COVID-19 en Inde. Ce nombre et le nombre total de cas signalés actuellement en Inde – plus de 200 000 – sont probablement une sous-estimation significative du véritable fardeau.

En Indonésie, COVID-19 se répand dans kampungs (bidonvilles urbains) mais les tests sont limités et reposent sur le dépistage des anticorps, qui ne peut pas identifier les infections actives. Un manque d’assistance pour les personnes qui ne sont pas en mesure de travailler peut aggraver encore la lutte contre les épidémies car les gens ne respectent pas les mandats de lutte contre les maladies à travailler. Si les gens doivent rester enfermés dans des bidonvilles surpeuplés, des provisions pour la nourriture, l’eau et l’assainissement – ainsi que des installations de test et d’isolement extensives – sont essentielles.

La solidité des systèmes de santé est cruciale pour la lutte contre les épidémies. Cela comprend les ressources physiques, les ressources humaines et les fournitures médicales essentielles. Un État indien qui se distingue par une excellente réponse de santé publique est le Kerala, qui a l’expérience du virus Nipah. Les États et les pays avec de faibles ratios de médecins et d’infirmières par habitant ne s’en tireront pas aussi bien.

Les pays dotés de systèmes de santé hautement privatisés comme l’Inde auront besoin de partenariats public-privé pour lutter contre les épidémies. L’exemple australien de «nationalisation» des hôpitaux privés en prévision de la pandémie peut être un modèle utile.

Certains ont plaidé en faveur d’une large diffusion de COVID-19 en Inde dans le but d’acquérir une «immunité collective». Ils affirment que le nombre de morts sera faible en raison de la jeune population indienne. Mais une étude indienne a estimé qu’une épidémie non atténuée entraînerait plus de 364 millions de cas de COVID-19 et 1,56 million de décès à la mi-juillet en Inde. L’espoir d’acquérir l’immunité collective par infection est un mythe. Cela n’a jamais été réalisé. En effet, l’Inde a été le dernier bastion de la variole au monde et ne s’est pas éradiquée comme par magie par une propagation non atténuée. COVID-19 non plus. D’autres, dont l’OMS, ont plaidé pour des études sur les défis humains – où les volontaires sont vaccinés puis délibérément infectés. Ces études soulèvent des questions éthiques, sont plus susceptibles d’être effectuées dans des pays à faible revenu tels que l’Inde, et ont le potentiel d’exploiter les personnes vulnérables et de causer des dommages, d’autant plus qu’aucune thérapie éprouvée de sauvetage n’est disponible.

En attendant un vaccin, il est probable que nous vivrons avec des périodes épidémiques intermittentes de COVID-19 pendant deux à cinq ans. Cela peut nécessiter l’application et le relâchement des freins de la lutte contre l’épidémie, avec des restrictions de voyage continues. Un cachet de vaccin COVID-19 peut devenir une exigence pour les voyages, un peu comme pour la fièvre jaune.

Il est possible qu’à moyen terme, des pays ayant des niveaux similaires de contrôle épidémique puissent s’ouvrir les frontières. Cela pourrait être une incitation pour les pays à s’engager dans des approches communes de lutte contre les maladies – y compris une capacité de test accrue et des données sanitaires fiables.

Le Dr Raina MacIntyre est chercheur principal du National Health and Medical Research Council et professeur de biosécurité mondiale à l’Université de New South Wales, Sydney.

Cet article apparaît dans la dernière édition de Forum Asie de l’Est trimestriel, «Immunising Asia», vol. 12 n ° 2.

Cet article fait partie d’un Série spéciale EAF sur la nouvelle crise des coronavirus et son impact.

Source : East Asia Forum

Newsletter Hebdo

Recevez notre sélection hebdomadaire d'articles publiés sur InfoAsie

You May Also Like

Calendrier des fêtes nationales et religieuses en Inde

Les voyageurs qui partent en vacances en Inde ont l’opportunité d’assister aux nombreuses festivités locales nationales.

Renforcement de la marine de guerre américaine en Asie

Leon Panetta a annoncé un renforcement de la marine de guerre américaine en Asie-Pacifique. Face à la Chine, les Etats-Unis poursuivent leur engagement.

L’équilibrage du COVID-19 en Inde | Forum Asie de l’Est

Auteur: Shamika Ravi, New Delhi L’Inde a une structure de gouvernance fédérale…