East Asia Forum

Auteur: Vinay Kaura, Université Sardar Patel de police, sécurité et justice pénale

La confrontation entre les forces indiennes et chinoises est devenue plus laide avec la mort récente de 20 soldats indiens et d’un nombre inconnu de soldats chinois. Il s’agit du premier incident de ce type en plus de quatre décennies et il est probable qu’il changera de façon décisive la perception de la Chine par l’Inde. Le président américain Donald Trump a initialement proposé une médiation pour aider à résoudre la crise frontalière menaçant la paix dans la région himalayenne au sens large. Trump savait que les deux rejetteraient sa proposition de médiation. Mais sa décision de le faire doit être comprise dans le contexte de sa vision indo-pacifique « libre et ouverte », de la rivalité stratégique des États-Unis avec la Chine, et de son objectif diplomatique de pousser l’Inde vers une position plus conflictuelle vis-à-vis de la Chine.

La riposte américaine de plus en plus vigoureuse contre la Chine implique de caractériser la Chine comme la principale menace à la paix et à la stabilité mondiales au 21e siècle. Pour dissuader les ambitions croissantes de la Chine, les États-Unis se sont fait les champions de la renaissance d’une solide alliance quadrilatérale (le Quad) de pouvoirs démocratiques aux vues similaires – les États-Unis, le Japon, l’Australie et l’Inde.

Les liens entre l’Inde et les États-Unis continuent de croître malgré certains obstacles dans leurs relations. Il y a eu une expansion importante de la coopération en matière de sécurité entre New Delhi et Washington. Le commerce entre les deux au cours des deux dernières décennies est passé de 16 milliards de dollars à 142 milliards de dollars. Mais les tensions commerciales ont également augmenté depuis que Trump a pris ses fonctions en 2017, en particulier en ce qui concerne les tarifs, les limitations des investissements étrangers, les droits de propriété intellectuelle, les appareils médicaux, le commerce électronique et la localisation des données, et le plafond des visas H-1B pour les professionnels indiens.

Le Premier ministre indien Narendra Modi est conscient des défis de dépendre des États-Unis, compte tenu en particulier du potentiel de changement de la position extérieure des États-Unis avec un changement d’administration. Cette dynamique incertaine a injecté une dose de prudence dans le comportement stratégique de l’Inde et dans ses relations avec les États-Unis.

La vision indo-pacifique de l’Inde est moins musclée et plus nuancée diplomatiquement que celle des États-Unis. Dans son discours d’ouverture au Dialogue de Shangri-La 2018, Modi a projeté l’Inde comme un «  État pivot  » transcontinental qui croit en la liberté de navigation à travers les eaux internationales, embrassant ainsi l’émergence de l’Indo-Pacifique et de l’Inde en tant que puissance mondiale. Il a également salué la longue tradition d’autonomie stratégique de l’Inde en soulignant sa capacité à naviguer dans les lignes de fracture géopolitiques, démontrée en mentionnant à la fois « l’ampleur extraordinaire » des relations indo-américaines et la « maturité et la sagesse » des relations indo-chinoises.

L’Inde continue de marcher sur cette corde raide en traitant avec la Chine plus doucement que les États-Unis. Son rejet de l’offre de médiation de Trump souligne l’engagement stratégique de New Delhi avec Pékin et sa préférence pour utiliser les voies diplomatiques établies pour résoudre pacifiquement l’impasse.

Cependant, Modi et Trump semblent partager une croyance commune selon laquelle la Chine a des intentions hostiles. Modi lui-même n’a jamais exprimé une telle croyance en public, mais les membres de son parti l’ont fait, suggérant que son gouvernement considère la Chine comme un défi. L’Inde a montré une plus grande prudence quant à la compromission de son engagement économique avec la Chine que les États-Unis avec sa guerre commerciale.

Mais les États-Unis n’ont pas abandonné leurs efforts pour faire de l’Inde un allié engagé dans la lutte contre l’agression de la Chine dans la région indo-pacifique. Le secrétaire américain à la Défense, Mark Esper, a exprimé son engagement envers le leadership de l’Inde dans la région indo-pacifique. Ce soutien public de plus en plus visible est une tentative américaine de faire des tensions frontalières entre l’Inde et la Chine une partie intégrante du comportement révisionniste de la Chine à travers l’Indo-Pacifique.

De multiples affrontements récents à différents endroits dans l’est du Ladakh le long de la frontière contestée entre l’Inde et la Chine indiquent clairement une tendance dans le comportement de Pékin et une certaine planification préalable. Le président chinois Xi Jinping a adopté une approche de plus en plus conflictuelle à l’égard de l’Inde, marquant un nouveau creux pour sans doute la relation régionale la plus importante de l’Inde.

Et le déploiement militaire chinois le long de la ligne de contrôle réelle a été beaucoup plus important que ce qui a été observé lors de l’impasse de Doklam en 2017. Alors que l’Inde peine à réagir de manière appropriée, Trump a saisi l’occasion d’obtenir un engagement plus solide de la part de l’Inde concernant son rôle dans le Quad.

Les zones de tensions et de divergences entre l’Inde et la Chine – différends frontaliers, corridor économique sino-pakistanais (CPEC) et déséquilibres commerciaux – semblent gérables. Mais ces points d’éclair pourraient se transformer en conflits explosifs combinés. New Delhi a tenté de trouver un modus vivendi avec Pékin avec des sommets informels entre Modi et Xi à Wuhan en avril 2018 et Mamallapuram en octobre 2019, mais il est peu probable que cela fasse une grande différence, car l’Inde a souvent trouvé la Chine insensible à ses problèmes de sécurité.

La «puissance nationale globale» croissante de la Chine signifie que les options de New Delhi sont sérieusement limitées dans la gestion de la crise malgré les proclamations publiques de calme par les responsables gouvernementaux et les commandants militaires. À la suite des derniers affrontements physiques entre soldats, qui ont fait 20 victimes indiennes, le dilemme du gouvernement est aggravé. Dans cette atmosphère suralimentée, la question ne doit pas être de savoir si les Chinois ont subi des pertes, mais à quoi pourrait ressembler une «désescalade».

Toute décision du gouvernement Modi de reculer sous la pression chinoise serait un coup psychologique pour le moral national de l’Inde. Trump comprend cette situation stratégique, poussant de plus en plus Modi à prendre fermement position contre la Chine.

L’invitation de Trump à Modi à participer au prochain sommet du G7 et les discussions sur la frontière indo-chinoise continueront de faire pression sur Modi pour qu’il remodèle radicalement les coordonnées de l’engagement de l’Inde avec la Chine. L’art de l’accord de Trump est stratégique et non impulsif en ce qui concerne le rôle de l’Indo-Pacifique et de l’Inde dans celui-ci.

Vinay Kaura est professeur adjoint au Département des affaires internationales et des études de sécurité à l’Université Sardar Patel de police, sécurité et justice pénale, Rajasthan.

Source : East Asia Forum

Laisser un commentaire