East Asia Forum

Auteur: M V Ramana et Cassandra Jeffery, UBC

En 2011, le Parti travailliste australien (ALP) a voté pour annuler l’interdiction des ventes d’uranium à l’Inde. L’Accord de coopération nucléaire civile entre l’Australie et l’Inde a ensuite été signé en 2014. Le Parlement australien a ensuite adopté un projet de loi autorisant ses sociétés d’extraction d’uranium à fournir des matières nucléaires à l’Inde. Ces efforts étaient censés permettre à l’Australie de profiter des achats d’uranium indiens.

Lors de la conférence nationale 2011 de l’ALP, le premier ministre de l’époque, Julia Gillard, a fait valoir que l’Inde prévoyait de produire 40% de son électricité avec l’énergie nucléaire d’ici 2050. « L’accès à ce marché est bon pour les emplois australiens », a déclaré Gillard lors de la conférence. L’Australian Uranium Association prévoit que «l’Australie pourrait s’attendre à vendre quelque 2 500 tonnes d’uranium par an à l’Inde d’ici 2030, générant des ventes à l’exportation de 300 millions de dollars australiens» (205 millions de dollars américains). Mais près d’une décennie plus tard, quelle est la réalité?

Mis à part une petite cargaison d’uranium envoyée en Inde pour des tests en 2017, aucun uranium ne semble avoir été exporté vers l’Inde depuis l’Australie. En 2018, le ministère indien de l’Énergie atomique a déclaré que le pays avait signé des contrats avec des entreprises du Kazakhstan, du Canada, de la Russie et de la France pour se procurer de l’uranium. Et en mars 2020, l’Inde a signé un contrat avec l’Ouzbékistan. Il n’y a aucune mention de l’Australie.

Une commande importante d’uranium australien semble également peu probable à l’avenir. Avec une capacité de production nette de seulement 6,2 gigawatts (GW), l’Inde n’a pas de gros besoins en uranium en premier lieu. En outre, l’uranium australien ne peut être utilisé que pour les réacteurs sous les garanties de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), qui tentent de garantir qu’aucun matériau n’est utilisé pour les armes nucléaires. Ces réacteurs représentent moins de 2 GW de capacité indienne.

Le parc nucléaire indien ne connaîtra pas non plus une expansion spectaculaire. Le Département indien de l’énergie atomique (DAE) a une longue tradition de fixation d’objectifs ambitieux en matière de production d’énergie nucléaire et ne les atteint pas. En 1984, le DAE avait promis une capacité nucléaire de 10 GW en 2000. Le chiffre réel en 2000 était de 2,7 GW. D’ici là, le DAE avait fixé un nouvel objectif, 20 GW d’ici 2020. Encore une fois, la capacité actuelle (6,2 GW) est loin d’être proche de cet objectif.

Sept autres réacteurs, d’une capacité totale de 4,8 GW, sont en construction. Mais cinq de ces réacteurs ont été considérablement retardés. Quatre d’entre eux devaient être mis en service en 2015 et 2016. Mais ces réacteurs devraient désormais commencer à fonctionner en octobre 2020, septembre 2021, mars 2022 et mars 2023 respectivement.

Le cinquième est le projet phare de l’Inde, le prototype de réacteur rapide d’élevage (PFBR). La construction a commencé en 2004 et le réacteur devait commencer à fonctionner en 2010, mais devrait désormais «commencer à produire de l’électricité en octobre 2022».

Les coûts ont également augmenté. L’estimation du PFBR est passée de Rs 34,9 milliards (US $ 457 millions) à Rs 68,4 milliards (US $ 896 millions). Et les PHWR coûteront environ 40 à 45% de plus que prévu initialement.

En revanche, le secteur indien des énergies renouvelables est une autre histoire. L’énergie éolienne et solaire n’a été introduite que récemment dans le bouquet énergétique de l’Inde, mais les deux technologies se développent rapidement tout en devenant nettement moins chères. Entre 2016 et 2019, la capacité solaire installée est passée de 9,6 GW à 35 GW, tandis que la capacité éolienne est passée de 28,7 GW à 37,5 GW. En 2019, l’énergie éolienne (63,3 térawattheures (TWh)) et l’énergie solaire (46,3 TWh) ont davantage contribué à la production globale d’électricité en Inde que l’énergie nucléaire (45,2 TWh).

Le secteur indien des énergies renouvelables devrait continuer de croître, tandis que l’énergie nucléaire restera probablement stagnante. Récemment, le Département des affaires économiques a constitué un groupe de travail pour «identifier les projets d’infrastructure techniquement réalisables et financièrement viables qui peuvent être lancés au cours des exercices 2020-2025». Le groupe de travail a prévu que la capacité renouvelable passerait de 22% de la capacité électrique totale installée en 2019 à 39% en 2025. À l’inverse, la capacité nucléaire reste d’environ 2% de la capacité installée.

Même le gouvernement indien s’attend à ce que la divergence entre le secteur croissant des énergies renouvelables et le secteur nucléaire stagnant s’accentue, car la baisse rapide du coût de l’énergie solaire rend le nucléaire superflu.

Les décideurs australiens qui ont plaidé pour l’exportation d’uranium vers l’Inde pariaient sur la mauvaise source d’énergie. Peut-être y avait-il des arrière-pensées, notamment la reconnaissance de l’Inde comme puissance majeure. Mais une bonne politique ne peut être établie sur la base de fausses allégations.

Les sociétés australiennes d’uranium continuent d’insister pour que l’Inde accroisse sa capacité d’énergie nucléaire. Le rapport annuel 2017 d’Energy Resources of Australia Ltd affirme que «l’Inde a 22 réacteurs en service et prévoit de produire jusqu’à 25% d’électricité à partir de l’énergie nucléaire d’ici 2050». Paladin et Yellow Cake ont fait des déclarations similaires en 2019.

L’énergie nucléaire n’a jamais constitué plus de quelques pour cent de l’approvisionnement en électricité de l’Inde. Compte tenu des tendances actuelles, cela ne représentera jamais beaucoup plus. Les réacteurs nucléaires sont coûteux et longs à construire, des facteurs qui expliquent pourquoi la part de l’électricité fournie par les centrales nucléaires dans le monde n’a cessé de baisser, passant de 17,5% en 1996 à 10,15% en 2018. Cette tendance mondiale doit être prise en compte par l’Australien les décideurs alors qu’ils traitent avec les lobbyistes pour l’extraction de l’uranium et la poussée là-bas pour construire des centrales nucléaires.

M V Ramana est professeur titulaire de la chaire Simons en désarmement, sécurité mondiale et humaine et directeur du Liu Institute for Global Issues à la School of Public Policy and Global Affairs de l’Université de la Colombie-Britannique.

Cassandra Jeffery est un Master récent«s diplômé en politique publique et affaires mondiales de l’Université de la Colombie-Britannique.

Source : East Asia Forum

Laisser un commentaire