East Asia Forum

Auteur: Baohui Zhang, Lingnan University

Le 15 juin 2020, un affrontement tragique et violent s’est produit entre les troupes chinoises et indiennes le long de leur frontière litigieuse dans la vallée de Galwan, au Ladakh. Le conflit a fait de nombreuses victimes, dont des morts des deux côtés. Il s’agit du choc le plus grave entre les deux pays depuis la guerre de 1962, qui a semé les germes des tensions frontalières actuelles.

Le ministère indien des Affaires extérieures a publié une déclaration accusant la partie chinoise de violer la ligne de contrôle effective (LAC) et de tenter de « changer unilatéralement le statu quo ». Un communiqué du ministère chinois des Affaires étrangères a répondu lundi que les troupes indiennes « avaient gravement violé le consensus des deux parties en franchissant illégalement la frontière à deux reprises et en menant des attaques provocatrices contre des soldats chinois, provoquant de graves affrontements physiques ».

Ces déclarations contradictoires révèlent le danger de conflits frontaliers entre les deux pays. Le LAC contesté permet aux deux armées d’entrer dans des zones communes et contestées, créant un potentiel de confrontation dangereuse. Lorsque ces occasions de conflit se produisent, la Chine et l’Inde s’accusent mutuellement d’avoir violé la LAC. Le problème est que le «statu quo» est différent pour chaque pays et les deux parties considèrent l’autre partie comme poursuivant des stratégies agressives le long de la frontière.

La dernière chose que les deux pays veulent, c’est une guerre majeure. Il a été signalé que le gouvernement indien a autorisé des modifications aux règles d’engagement qui permettraient à ses militaires d’utiliser des armes à feu en cas de besoin. Et tandis que les deux parties ont tenu trois séries de dialogues au niveau du commandant de corps pour désamorcer la tension, chaque réunion a échoué.

Pékin et New Delhi doivent poursuivre un large éventail de mesures pour éviter de nouveaux conflits. Premièrement, ils doivent accepter un mécanisme qui interdit aux deux parties d’envoyer des militaires près du LAC. La nature trouble et contestée de la ligne est le fondement de confrontations dangereuses. Les deux gouvernements ont déployé des efforts constants pour minimiser les conflits, notamment par le biais d’accords bilatéraux de renforcement de la confiance militaire et de coopération en matière de défense en 1996 et 2013. Ce dernier a expressément déclaré que les deux parties «ne suivront ni ne suivront les patrouilles de l’autre partie dans les zones où il n’y a pas de compréhension commune de la ligne de contrôle effective ».

Pourtant, ces mesures n’ont pas empêché des confrontations de plus en plus fréquentes et dangereuses. Un mécanisme plus important est nécessaire pour désengager véritablement les deux armées. Un mécanisme devrait stipuler que les deux parties maintiennent leurs patrouilles à au moins deux kilomètres de la ligne contestée et qu’aucune des parties ne doit construire de nouvelles infrastructures, comme des routes et des ponts, à moins de cinq kilomètres de la ligne. Cet arrangement signifierait essentiellement une démilitarisation partielle de la zone frontalière. Il représente la solution la plus pratique et la plus réaliste.

Deuxièmement, de nouvelles mesures de confiance sont nécessaires aux niveaux militaire et stratégique. Les deux armées ont mené des exercices conjoints à petite échelle le long de la frontière pour promouvoir l’amitié mutuelle. Le Premier ministre Narendra Modi et le président Xi Jinping se sont également engagés ces dernières années dans de nombreuses réunions au sommet visant à dissiper leurs préoccupations stratégiques mutuelles.

L’affrontement meurtrier du 15 juin 2020 n’invalide pas en soi les valeurs de la confiance. Le Premier ministre Modi, dans un effort pour contenir le nationalisme intérieur indien, a déclaré le 19 juin que « la Chine n’était pas entrée sur notre territoire ». Cette admirable tentative de Modi a montré que le renforcement stratégique de la confiance entre les deux pays a fait une différence. La Chine et l’Inde doivent donc continuer à étendre leurs mesures de confiance actuelles et ne pas se laisser distraire par des affrontements isolés le long de la frontière.

Troisièmement, la Chine et l’Inde doivent faire plus d’efforts pour amortir les contrecoups intérieurs contre toute résolution raisonnable du problème frontalier. La politique intérieure et le nationalisme rendent certainement les concessions de part et d’autre difficiles. Selon Sudheendra Kulkarni, assistant de l’ancien Premier ministre Atal Bihari Vajpayee, en 1960, le premier ministre chinois de l’époque, Zhou Enlai, a proposé à Jawaharlal Nehru que la Chine accepterait le contrôle de l’Inde sur l’Arunachal Pradesh en échange de l’acceptation par l’Inde du contrôle chinois sur l’Aksai Chin. Nehru a rejeté le compromis par crainte de contrecoups intérieurs. Kulkarni fait valoir que cet accord aurait pu produire un règlement permanent de la question des frontières et demeure une solution viable au conflit.

La fréquence et la gravité croissantes des conflits frontaliers – y compris l’impasse de 2017 à Doklam – devraient motiver Pékin et New Delhi à rassembler le courage politique pour régler la question une fois pour toutes. Cela exige que les deux parties adoptent des approches flexibles et soient disposées à limiter les réactions internes contre les compromis. Modi et Xi ont tous deux des positions fortes au sein de leurs systèmes politiques respectifs et sont donc mieux équipés que leurs prédécesseurs pour faire les compromis nécessaires.

Quatrièmement, les États-Unis et la Russie devraient être prêts à servir de médiateurs si une autre crise majeure se produit entre la Chine et l’Inde. Le président Donald Trump a proposé de négocier la montée du conflit ces dernières semaines, mais son offre a été rejetée par erreur par l’Inde. Le conflit actuel constitue le scénario le plus dangereux et le plus probable d’une guerre majeure, précisément en raison d’un manque de retenue par des tiers. Historiquement, les grandes puissances restent fermes dans les conflits majeurs, craignant une perte de réputation. La médiation par une tierce partie offre aux deux parties la possibilité de désamorcer le conflit militaire sans perdre la face ni la crédibilité.

En tant que deux pays dotés de l’arme nucléaire les plus peuplés, la Chine et l’Inde doivent appliquer un large éventail de mesures pour sauvegarder la paix entre elles. Le désengagement des deux forces armées, la poursuite des efforts de renforcement de la confiance et la poursuite du règlement permanent de la LAC font partie de ces mesures. Parmi eux, un mécanisme de désengagement entre les deux armées offre la solution la plus immédiate et la plus réaliste et devrait être au centre des efforts diplomatiques actuels entre la Chine et l’Inde pour éviter une guerre majeure.

Baohui Zhang est professeur de science politique et directeur du Center for Asian Pacific Studies à Lingnan University, Hong Kong.

Source : East Asia Forum

Laisser un commentaire