L'équilibrage du COVID-19 en Inde |  Forum Asie de l'Est

Auteur: Shamika Ravi, New Delhi

L’Inde a une structure de gouvernance fédérale où la prestation des services de santé incombe principalement aux gouvernements des États. Le gouvernement central a formulé des politiques nationales pour gérer l’épidémie de COVID-19, notamment en instituant quatre verrouillages nationaux consécutifs et en établissant des protocoles de test et des avis aux voyageurs. Mais les expériences des citoyens indiens sont en grande partie fonction des capacités administratives locales des États et des districts.

L’Inde a imposé un verrouillage national strict et a interdit les voyages internationaux lorsque le nombre total de cas au niveau national était inférieur à 1 000. Ceci est différent de ce qui a été observé en Europe et aux États-Unis où les verrouillages n’ont été imposés qu’après une augmentation significative du nombre de cas. Bien que cette décision ait été remise en question, son caractère pratique est enraciné dans la mauvaise infrastructure sanitaire de l’Inde.

Des mesures de distanciation physique strictes devraient ralentir la propagation d’un virus en limitant les contacts entre les personnes. Cela donne aux nations et aux États le temps de renforcer les infrastructures de santé et de se préparer à une éventuelle augmentation de la demande pour les établissements hospitaliers. Au cours des trois derniers mois, presque tous les districts de l’Inde ont signalé des installations dédiées au COVID-19 et chaque État a construit des laboratoires d’essais.

Le nombre total de cas de COVID-19 augmente dans chaque état. L’Inde dans son ensemble rapporte un nombre record de cas quotidiens avec plus de 888 000 cas au total. L’Inde occupe désormais la troisième place mondiale, juste derrière les États-Unis et le Brésil. Il y a 644 cas par million d’habitants, nettement moins que dans les autres pays hotspot. Mais ce chiffre augmente régulièrement chaque jour. Environ 40% de tous les nouveaux cas proviennent de deux États du Maharashtra et du Tamil Nadu. Le taux de prévalence de Delhi est plus de neuf fois supérieur au taux national et similaire à celui de l’Italie.

La connaissance de la propagation dépend de l’ampleur des tests effectués dans tous les États. Bien que les niveaux de test aient été considérablement augmentés dans tous les États, l’infection reste en avance et cela se reflète dans l’augmentation du taux de positivité des tests. Le public est soumis à un examen approfondi, car le niveau des tests est devenu un indicateur populaire des efforts du gouvernement pour gérer la pandémie. Les rapports des médias se sont concentrés sur les tests et les citoyens et les groupes de la société civile suivent attentivement le nombre de tests quotidiens dans chaque État.

Il existe également une pression importante sur les gouvernements des États en raison des comparaisons constantes entre États, en particulier entre les États appartenant à différents partis politiques. Le fédéralisme compétitif et une structure de gouvernance démocratique ont donc assuré une plus grande transparence des données en Inde par rapport à plusieurs pays autoritaires. Chaque État effectue plus de tests et établit des rapports sur des variables clés telles que le nombre total de cas, le nombre de cas actifs, les cas récupérés et les décès liés au COVID-19.

Malgré ces efforts, la capacité limitée de l’État en matière de recherche et de systèmes de données s’est traduite par des connaissances limitées sur le virus. L’Inde a besoin de données granulaires sur des variables critiques telles que la période d’incubation, l’intervalle de série et les taux de reproduction qui sont régulièrement estimés par les États. Les politiques de confinement doivent être élaborées conformément à ces indicateurs. La connaissance de ces indicateurs est nécessaire pour passer des verrouillages généraux à des verrouillages de précision ciblant les villes et les quartiers.

Les enquêtes sur les anticorps dans les grandes villes du monde ont révélé que l’étendue réelle du virus est beaucoup plus large que ce qui est détecté par les tests courants. Cela est également vrai pour l’Inde – confirmé par des enquêtes sur les anticorps effectuées par le Conseil indien de la recherche médicale.

Les décès liés au COVID-19 sont mieux analysés comme des décès par million de personnes plutôt que par le taux de létalité des cas qui est limité par le niveau et l’exactitude des tests. Le 13 juillet, l’Inde faisait état d’un taux de mortalité de 17 par million, ce qui est nettement inférieur à celui des pays européens comme le Royaume-Uni (660) et l’Italie (578) ou les États-Unis (416). Il peut y avoir sous-déclaration des décès en Inde en raison des taux de dépistage plus faibles ou des incidences élevées de décès à domicile dans de nombreux États dotés d’une infrastructure de santé médiocre, mais même dans ce cas, il ne s’agit encore que d’une fraction des taux de mortalité dans les pays des points chauds mondiaux.

Une baisse des nouveaux cas dépendra de l’efficacité de la stratégie d’endiguement dans chaque État. Les verrouillages ultérieurs ont eu un impact significatif sur le ralentissement de la propagation du virus dans le pays.

Mais les verrouillages sont un instrument politique brutal avec des coûts d’opportunité substantiels. L’Inde a été témoin d’un grand exode inversé de la main-d’œuvre migrante de ses États industriels vers des États ruraux plus pauvres. Après trois mois, de nombreux travailleurs sont maintenant prêts à retourner au travail. Les entreprises fonctionnent à moindre capacité depuis des mois et les prévisions futures de l’économie prévoient de fortes contractions. Le fardeau économique croissant du verrouillage fait obstacle au taux d’infection croissant.

Une intervention politique réussie à chaque niveau de gouvernement exigera un équilibre entre ces deux phénomènes de composition. En reconnaissance de cette triste réalité, les grandes annonces de politique économique du gouvernement central se sont concentrées sur le soutien humanitaire sous forme de céréales alimentaires, de transferts monétaires et d’assurance maladie pour le quintile inférieur de la population. La relance économique a ciblé le secteur des micro, petites et moyennes entreprises qui emploie la majorité des Indiens en dehors du secteur agricole. L’Inde se prépare à une longue reprise – à la fois du virus et du ralentissement économique.

Shamika Ravi est une économiste basée à New Delhi et ancienne membre du Conseil consultatif économique du Premier ministre en Inde.

Cet article fait partie d’un Série de fonctions spéciales EAF sur la crise du nouveau coronavirus et son impact.

Source : East Asia Forum

Laisser un commentaire