Demonstrators stand next to an effigy depicting Chinese President Xi Jinping before burning it during a protest against China, in Kolkata, India, 18 June 2020 (Photo: Reuters/Rupak De Chowdhuri).

Auteur: Deepa M Ollapally, Université George Washington

L’affrontement frontalier dans la vallée de Galwan entre les deux puissances montantes d’Asie le 15 juin a mis à l’épreuve certaines hypothèses clés concernant leurs relations bilatérales. L’Inde et la Chine pensaient toutes deux qu’elles pouvaient contenir tout désaccord frontalier sans faire de victimes. Ils étaient confiants dans leur capacité à se désescalader rapidement et à isoler leurs liens économiques d’une escarmouche. Il y avait aussi une hypothèse répandue selon laquelle il faudrait beaucoup plus que des bagarres à la frontière pour changer la préférence stratégique de l’Inde pour la couverture et évoluer de manière décisive vers une coalition américaine.

À la base de ces hypothèses, il y avait aussi l’idée que pour s’extirper de confrontations intermittentes, il faudrait un certain talent artistique pour sauver la face. Toutes ces hypothèses ont été annulées à des degrés divers.

Le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi et le conseiller indien à la sécurité nationale Ajit Doval se sont finalement entretenus et ont déclaré leur objectif mutuel de «désengagement complet le plus tôt possible». Mais en exagérant ses revendications de souveraineté, Pékin a considérablement réduit les chances pour les deux États de se négocier en dehors des impasses, laissant leurs options plus étroites et plus risquées. Que l’on le caractérise comme un faux pas tactique ou stratégique, Galwan assure probablement que les relations sino-indiennes ne seront plus les mêmes.

La cause immédiate de cette crise était l’achèvement par l’Inde d’une route clé dans l’est du Ladakh. Il a été entrepris dans le but de faciliter l’accès et de redresser les avantages de la Chine dans la guerre à haute altitude.

La réaction de Pékin suggère un double standard car il s’attend à ce que d’autres États acceptent ses intérêts et capacités croissants comme légitimes compte tenu de son statut de puissance montante, mais cette logique n’est pas étendue à sa puissance montante voisine. Si tel est son message ultime à New Delhi, Pékin a mal calculé, à cause de tout ce qui pourrait rapprocher l’Inde des États-Unis, l’intransigeance stratégique chinoise est en tête de liste.

Bien que l’économie chinoise soit cinq fois plus grande que celle de l’Inde et que son armée soit trois fois plus grande, le gouvernement indien a pris des représailles sans précédent en interdisant 59 applications technologiques chinoises, y compris la populaire application de partage de vidéos TikTok. Cela montre une nouvelle volonté de défier la Chine même si cela nuit à l’économie indienne. Le cloisonnement de l’économie et de la sécurité se désagrège aux coutures, malgré les intentions antérieures du président chinois Xi Jinping et du Premier ministre indien Narendra Modi de consolider les relations sur une base économique.

Avec une frontière de 2167 milles qui n’a pas été mutuellement délimitée sur les cartes, la Chine a préféré accepter simplement de ne pas être d’accord avec l’Inde et de se concentrer sur les relations économiques et les préoccupations mondiales communes telles que le changement climatique et la réforme des organisations multilatérales. Mais cela soulève la question de savoir pourquoi Pékin a été disposé à régler les différences de frontières terrestres avec 13 de ses 14 voisins, à l’exception de l’Inde. New Delhi soupçonne depuis longtemps que la Chine veut déséquilibrer l’Inde.

La dernière poussée chinoise sur le territoire du côté indien de la ligne de contrôle réel (LAC) a fait 20 victimes indiennes. La belligérance persistante de Pékin suggère que son objectif peut désormais aller au-delà de la simple agitation de l’Inde et indique plutôt une nouvelle phase dans l’affirmation de la Chine sous Xi Jinping. Ce nouveau comportement inquiétant se voit le plus vivement dans son voisinage maritime régional. Et il y a eu en effet une augmentation des incidents à la frontière Chine-Inde depuis que Xi est devenu président en 2013, avec des impasses survenant en 2014, 2017 et maintenant 2020.

Fait remarquable, les deux pays ont évité de faire des victimes depuis 1975 et ont pu désamorcer diplomatiquement chaque crise. Le fait qu’ils aient conçu de tels résultats doit en grande partie à la volonté de chacun de ne pas déclarer officiellement un gagnant clair ou un perdant.

Mais officieusement, il y avait une impression croissante que la Chine grignotait toujours dans les zones contestées. Selon des informations non confirmées, les troupes chinoises sont revenues après le retrait initial des forces lors de la crise de 2017. Pourtant, il y avait suffisamment d’ambiguïté dans les déclarations officielles pour masquer les différences qui subsistaient après des négociations apparemment fructueuses. Surtout, la croissance rapide des relations économiques sino-indiennes et les sommets très médiatisés entre Modi et Xi ont eu tendance à apaiser les doutes politiques résiduels.

Après cette série de batailles aux frontières, le recours à l’option traditionnelle de sauvetage de la face semble très douteux et risque de céder la place à des compromis plus stratégiques dont il sera difficile de se remettre. Le dernier accord de désengagement «par étapes» et «par étapes» annoncé par Yi et Doval prend du temps. Mais la Chine aurait resserré son emprise sur Pangong Tso et repousse les efforts de l’Inde pour échanger des cartes sur cette zone frontalière occidentale depuis 2002.

Peut-être que Pékin ne veut pas que les relations s’enlisent dans un long et acrimonieux exercice cartographique. Ou plus vraisemblablement, Pékin veut conserver un avantage de premier arrivé pendant que l’ambiguïté persiste et pendant qu’elle crée un effet de levier encore plus grand. La question stratégique incontournable est alors de savoir si Pékin s’écarte de son ancien scénario diplomatique pour un agenda géopolitique plus difficile. L’indice de ce changement possible réside dans les actions de la Chine indiquant qu’elle n’est pas disposée à accepter une réduction de l’écart de capacités de l’Inde à la frontière. La Chine a montré qu’elle était disposée à défier ouvertement l’Inde même au milieu d’une pandémie mondiale et à risquer sa réputation.

Même avec les accords de désengagement désormais en place, la présence militaire à la frontière s’est déjà accrue et il est probable que les deux parties s’engageront dans des patrouilles plus actives sur le LAC avec des soldats portant du matériel d’autodéfense plus puissant. Plus important encore, avec un changement d’état d’esprit stratégique, en particulier du côté indien, associé à un nouvel éloignement économique, les deux puissances émergentes d’Asie doivent apprendre à gérer de plus grandes tensions géopolitiques sans aucune option diplomatique facile pour sauver la face.

Deepa M Ollapally est professeur de recherche en affaires internationales et directeur de l’initiative Rising Powers à l’Elliott School of InteAffaires nationales, Université George Washington.

Source : East Asia Forum

Laisser un commentaire