East Asia Forum

Auteurs : Hosuk Lee-Makiyama, ECIPE et Shada Islam, Collège d’Europe

Le Premier ministre indien Narendra Modi a annulé la plupart de son programme de sommet bien rempli avec d’autres dirigeants mondiaux pour s’occuper de la crise dévastatrice du COVID-19 chez lui. Néanmoins, le sommet UE-Inde à Porto s’est déroulé le 8 mai – bien que par vidéo – sur l’insistance de l’Union européenne. Certains dirigeants européens sont impatients de cultiver l’Inde comme contrepoids à l’influence politique et économique croissante de la Chine en Asie et au-delà, et sont prêts à passer sous silence les critiques de Modi sur les droits fondamentaux.

A première vue, les conclusions du sommet n’ont pas déçu. Pour commencer, l’Europe saute dans le train de la « connectivité » avec un nouveau partenariat d’infrastructure UE-Inde qui promet d’impliquer la Banque européenne d’investissement dans des projets en Inde. L’Union européenne et l’Inde promettent également de coopérer pour mettre en place des chaînes d’approvisionnement médicales résilientes, des vaccins et leurs ingrédients.

Bruxelles et Delhi ont été intensément critiquées pour la mauvaise gestion de l’urgence COVID-19 et enclines à blâmer les puissances extérieures et étrangères. L’Inde a demandé une dérogation sur les brevets pharmaceutiques et autres propriétés intellectuelles, tandis que les dirigeants européens comme la chancelière allemande Angela Merkel ont clairement exprimé leur désapprobation d’une telle décision, citant des craintes d’entraver l’innovation.

Ce qui a retenu l’attention, c’est la décision de relancer les négociations UE-Inde en vue d’un accord de libre-échange. Après huit années d’« exercice de bilan » (un euphémisme diplomatique pour désigner l’échec), les pourparlers ont longtemps été considérés comme une cause perdue. Les critiques remettent en question la sagesse de l’UE dans l’ouverture de négociations commerciales avec l’Inde à un moment où le gouvernement fait face à des critiques croissantes dans son pays.

Bien que l’Union européenne et l’Inde s’entendent sur les mérites d’un accord de libre-échange, elles ont des idées très différentes sur son contenu et la manière de procéder. L’Inde souhaite que l’Union européenne réduise immédiatement les tarifs et augmente les achats de produits agricoles indiens et d’autres biens lors d’une «récolte précoce» en guise de gage de bonne foi. En revanche, l’Union européenne a proposé un accord d’investissement comme tremplin et des réformes pour protéger des indicateurs géographiques comme le champagne, Parme et le thé d’Assam.

Ce que demande l’Union européenne, c’est essentiellement le paquet de concessions qu’elle a récemment négocié avec Pékin. Les exigences de l’UE ne sont pas surprenantes étant donné que les restrictions de l’Inde sur les investissements étrangers sont similaires à celles de la Chine, en particulier dans les principaux secteurs d’exportation de l’UE.

Pour Bruxelles, beaucoup de choses ont changé depuis 2013. Pour commencer, l’Union européenne a signé une série d’accords commerciaux de haute qualité, et l’Inde est la dernière étape de l’Europe. Après avoir ouvert des négociations avec la Corée du Sud, le Canada, le Japon, le Mercosur (le marché commun du Sud en Amérique du Sud), l’Australie et la plupart des pays de l’ANASE, les exportateurs de l’UE n’ont plus que très peu de marchés avec lesquels négocier. Hormis l’Inde, seul l’accès en franchise de droits à la Chine ou aux États-Unis pourrait avoir un impact tangible sur les perspectives de croissance macroéconomique de l’Europe.

Pendant ce temps, beaucoup moins a changé à New Delhi. L’Inde a adopté une politique de localisation de la fabrication via son programme Make in India. Son ministère du Commerce compte certains des négociateurs les plus habiles ou les plus acharnés au monde. Ils n’hésitent pas à se retirer de négociations de dix ans, comme ils l’ont fait lorsque l’Inde a quitté le Partenariat économique régional global lors de ses derniers cycles. L’Inde a même refusé un pacte de commerce et de sécurité proposé par les États-Unis, s’oppose à la libéralisation d’autres pays et a contesté la légalité des accords volontaires dans des domaines comme le commerce électronique au sein de l’Organisation mondiale du commerce.

L’Inde et l’Europe peuvent ne pas être d’accord sur qui devrait verser le premier acompte pour faire avancer le processus, mais elles partagent également certaines similitudes. Les deux sont des démocraties complexes et fédéralisées, composées d’États ayant des intérêts acquis vitaux. L’Union européenne est bien connue dans toute l’Asie pour sa position défensive sur l’acier, l’automobile, le textile, l’économie numérique et les matières premières agricoles. Pendant ce temps, les États indiens ont des intérêts dans les produits agricoles, les boissons, la vente au détail, les textiles, les services, les produits pharmaceutiques et les machines industrielles. Dans les pourparlers UE-Inde, les intérêts particuliers nationaux qui se chevauchent d’un côté correspondent presque parfaitement aux demandes d’accès au marché de l’autre.

Les similitudes entre l’Inde et l’Union européenne ne s’arrêtent pas là. Les deux parties sont également ancrées dans leurs convictions quant à la justesse de leur cause. L’Inde est un champion des pays en développement qui attendent à juste titre une part équitable des richesses mondiales et le respect de sa démocratie et de son autodétermination.

Pendant ce temps, certains pays européens sont de plus en plus confiants quant au pouvoir normatif de leurs pratiques commerciales – le soi-disant effet Bruxelles – estimant que les négociations commerciales devraient être utilisées comme levier sur une série de questions allant de la fin du travail forcé en Chine à la lutte contre la déforestation au Brésil. En regardant…

Source : East Asia Forum

Newsletter Hebdo

Recevez notre sélection hebdomadaire d'articles publiés sur InfoAsie

You May Also Like

Le secteur bancaire indien: un handicap pour l’efficacité de la politique monétaire?

Auteur: Rajeswari Sengupta, IGIDR L’efficacité de la politique monétaire dépend largement de…

La canicule intense de l’Asie du Sud est un “signe des choses à venir”

La canicule intense de l’Asie du Sud est un “signe des choses…

L’Inde échangera-t-elle l’Est contre l’Ouest ?

Auteur : Debashis Chakraborty, Institut indien du commerce extérieur. Après avoir poursuivi…