Catégories
Inde

croquemitaine bangladais de l’Inde | Forum Asie de l’Est

Auteur : Rudabeh Shahid, Centre de l’Asie du Sud du Conseil de l’Atlantique

Le Bangladesh continue de lutter contre la migration forcée des Rohingyas du Myanmar. Les salaires des journaliers ont chuté, l’activité du crime organisé a augmenté et le défrichement de 2 500 hectares de forêts protégées pour abriter les réfugiés a dégradé l’environnement.

Des manifestants sont vus marcher vers Assam Bhavan alors que des manifestations massives ont éclaté alors que deux musulmans ont été tués et 20 autres blessés dans des affrontements entre la police et des empiètements présumés lors d'une campagne d'expulsion soupçonnée de cibler des soi-disant immigrants illégaux du Bangladesh dans des villages sous Sipajhar jeudi selon aux sources.  (Photo : Reuters/Sukhomoï Sen)

Des dynamiques similaires à celles qui ont conduit à la crise des réfugiés rohingyas se préparent actuellement en Inde – et les deux cas reflètent la violence systématique de l’État, la privation de citoyenneté et la menace d’apatridie contre une population « étrangère » imaginaire.

En mai 2022, le ministre bangladais des Affaires étrangères AK Abdul Momen a déclaré que les migrants rohingyas utilisaient des courtiers pour entrer au Bangladesh depuis l’Inde. La frontière poreuse de 4000 kilomètres est une source de discorde depuis des décennies, mais les deux gouvernements ont travaillé pour résoudre le problème en échangeant des enclaves frontalières et en contrôlant les groupes militants transfrontaliers du nord-est. Pourtant, la rhétorique anti-bangladaise continue de dominer la politique intérieure indienne, l’establishment politique affirmant qu’il y a 20 millions de migrants bangladais sans papiers vivant en Inde.

Selon Momen, certains des Rohingyas qui ont émigré en Inde pour échapper aux persécutions au Myanmar viennent au Bangladesh en raison des «bonnes installations fournies à Cox’s Bazar», une région côtière du sud-est du Bangladesh. Pourtant, l’Inde a adopté une politique draconienne en vertu de laquelle de nombreux Rohingyas ont été expulsés de force vers le Myanmar où ils risquent un génocide. Cette peur de l’expulsion pousse les Rohingyas en Inde à chercher refuge au Bangladesh.

Cette évolution fait partie d’une hostilité croissante en Inde envers ceux qui sont jugés « illégaux » et indignes de la citoyenneté. Le mouvement transfrontalier controversé entre le Bangladesh et l’Inde a poussé l’imagination nationale indienne vers la proposition de deux modifications des lois sur la citoyenneté en 2019. Ces propositions ont conduit à la création d’un registre national de la citoyenneté, connu sous le nom de Registre national des citoyens (NRC) et la Citizenship Amendment Act (CAA) – une loi permettant aux étrangers non musulmans de devenir citoyens indiens.

Les racines du NRC remontent à l’Assam, un État du nord-est de l’Inde dans lequel la recherche de la pureté raciale a pris des formes dangereuses. Le NRC d’Assam remonte au mouvement Assam des années 1980 lorsqu’il servait d’outil pour catégoriser les «immigrants illégaux» en vue de leur expulsion. Des progrès substantiels sur le registre ont été réalisés après la victoire aux élections de l’État d’Assam en 2016 par le Bharatiya Janata Party (BJP) dans le cadre d’un programme anti-minorité plus large. Le BJP a introduit la CAA en 2019 pour protéger les personnes jugées plus « dignes » et « précieuses » pour leur conception de la nation indienne.

Les observateurs notent que la CAA et le NRC présentent des similitudes troublantes avec la loi de 1982 sur la citoyenneté du Myanmar qui a privé les Rohingyas de leur citoyenneté. Le gouvernement de la junte du Myanmar de l’époque a décidé que toute personne sans ancêtres des « 135 groupes indigènes » de la Birmanie précoloniale était un immigrant illégal. Cette loi façonne l’imagination publique du Myanmar des Rohingyas en tant que migrants sans papiers du Bangladesh, tout comme le NRC et la CAA peuvent façonner l’imagination publique de l’Inde envers les musulmans bengalis.

Au cours de la campagne électorale nationale de 2014, Narendra Modi, alors candidat au poste de Premier ministre, a fait de la déportation des « Bangladeshis » – un terme qui fait souvent référence aux musulmans parlant le bengali dans les États frontaliers – une promesse électorale. Lors de la campagne électorale de 2019, Amit Shah, alors président du BJP et aujourd’hui ministre de l’Intérieur, a qualifié le groupe de « termites », invoquant le même langage déshumanisant utilisé par Radio Rwanda au début des années 1990. Les membres du BJP au pouvoir ont défendu cette déclaration sur les plateformes médiatiques internationales.

La violence de l’État envers les musulmans de langue bengali se poursuit malgré les efforts de plaidoyer nationaux et internationaux des groupes de la société civile. En septembre 2021, les résidents musulmans bengalis locaux d’Assam ont résisté à l’expulsion forcée et à l’expulsion par la police, se terminant tragiquement par le meurtre brutal de Moinul Haque par la police. La violence contre les musulmans dans les États frontaliers est en train d’émerger à Tripura – un État sans histoire de violence religieuse post-partition.

Les musulmans bengalis de Mumbai ont été persécutés sous l’administration Shiv Sena de Bal Thackeray dans les années 1990, mais la violence était principalement limitée aux États frontaliers ou aux citoyens indiens.. En avril 2022, de nombreuses cabanes et entreprises de la région de Jahangirpuri à Delhi appartenant à des musulmans bengalis (du Bengale occidental qui se sont ensuite installés à Delhi) auraient été démolies par la North Delhi Municipal Corporation. Au cours de l’année écoulée, les descentes de police à Bangalore se sont intensifiées dans le but de traquer les « migrants bangladais illégaux », qui sont victimes de harcèlement et même d’enfermes.

Les détenteurs d’un visa de transit bangladais en Inde sont devenus la cible de harcèlement de la part d’un journaliste de la télévision locale de droite dont l’émission a été partagée sur…

Source : East Asia Forum


En savoir plus sur Info Asie

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

En savoir plus sur Info Asie

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading