La flambée des prix de l’énergie freine la décarbonisation du secteur électrique indien

Auteur : Venkatachalam Anbumozhi, ERIA

L’Inde est le deuxième plus grand importateur de charbon au monde. Elle importe également 80 % de son pétrole brut et 45 % de sa demande de gaz naturel. 1 milliard de dollars de charbon et 2 % de la demande indienne de pétrole, de réacteurs nucléaires et d’engrais sont fournis par la Russie.

Le conflit en cours entre la Russie et l’Ukraine fait grimper les prix mondiaux du pétrole brut, du gaz et du charbon. Les prix du charbon sont à un niveau record à plus de 230 $ US la tonne et le pétrole se négocie à 104 $ US le baril. La flambée des prix de l’énergie frappe durement les économies émergentes comme l’Inde.

Les prix de l’énergie sont un défi permanent pour l’économie indienne. L’impact le plus évident des prix élevés de l’énergie est sur l’inflation en Inde. Il y a eu une forte hausse de Rs 25 par litre des prix du diesel et de l’essence en juillet 2022 seulement. Cela a un impact direct sur l’inflation, augmentant le coût de production à chaque étape de la production agricole et industrielle ainsi que dans le développement du secteur des services.

L’impact de la flambée des prix de l’énergie combiné à une forte inflation a de graves répercussions sur la balance des paiements de l’Inde. En 2021, le pétrole brut représentait environ 20 % des importations totales de l’Inde. La nature inélastique de la demande d’énergie combinée aux difficultés d’importation de charbon signifie que toute nouvelle augmentation des prix du charbon et du pétrole entraînera invariablement une augmentation des factures d’importation pour l’Inde. Cela aggravera le déficit du compte courant. L’augmentation des volumes d’importation de gaz naturel entraînera également une hausse des subventions aux engrais, qui s’élèveront à environ 1,3 milliard de dollars EU par an.

Ce problème est plus aigu pour les entreprises énergétiques et les sociétés commerciales, qui connaissent l’une des sorties les plus importantes d’investissements directs étrangers depuis le déclenchement de la pandémie de COVID-19. Pourtant, l’Inde a acheté plus de deux fois plus de pétrole brut à la Russie entre avril et juillet 2022 qu’elle n’en a acheté pendant toute l’année 2021, avec un prix réduit non divulgué à payer en roubles russes.

Si les autres partenaires commerciaux de la Russie adoptent des accords commerciaux similaires basés sur la devise pour les importations d’énergie, l’abandon du financement du commerce basé sur le dollar s’accélérera dans la région. Cela aura des implications considérables sur le marché mondial de l’énergie et l’architecture d’intégration économique.

La guerre russo-ukrainienne et la hausse des prix de l’énergie ont révélé que la dépendance continue à l’égard des combustibles fossiles importés pose des risques pour la sécurité énergétique, freine la croissance économique et retardera la transition de l’Inde vers une économie à faibles émissions de carbone. Depuis janvier 2021, les centrales au charbon qui dépendent du charbon importé ont ralenti la production d’électricité, entraînant de graves pénuries d’électricité dans plusieurs États. L’Inde devrait tirer parti de ses énormes réserves de charbon et alimenter sa croissance économique en remplaçant la demande de charbon et de pétrole importés par des alternatives comme les énergies renouvelables et l’hydrogène vert.

Dans le cadre de sa stratégie de sécurité énergétique et de transition énergétique bas carbone, l’Inde a établi des objectifs ambitieux en matière d’énergies renouvelables, visant à quadrupler sa capacité actuelle de 110 gigawatts d’ici 2030. Avec la baisse du prix de l’électricité solaire et éolienne, la décarbonation de l’énergie secteur évolue rapidement. Mais plus d’impulsion est nécessaire pour le développement de systèmes de stockage de batterie pour compléter l’énergie renouvelable variable. L’amélioration de l’efficacité énergétique dans des secteurs complexes comme les transports, l’acier et le ciment grâce à l’absorption prioritaire de nouvelles technologies comme l’électrification, l’ammoniac et l’hydrogène est impérative pour la transition énergétique durable.

L’Inde s’est fixé un objectif de 15 % de gaz en tant que carburant de transition à faible émission de carbone dans le bouquet énergétique d’ici 2030. Cela nécessite des investissements massifs dans les infrastructures dans des créneaux en amont. Mais les régimes de prix actuels continuent de favoriser les importations et ne sont pas propices à l’augmentation des investissements dans les domaines fonctionnels en amont tels que la nouvelle exploration, le transport et le stockage du carbone.

Bien que les centrales au charbon émettent de fortes émissions de carbone et provoquent une pollution locale, ces centrales sont intégrées dans le tissu socio-économique de l’économie indienne en termes d’emploi, de fret et de recettes fiscales. L’offre croissante d’énergies renouvelables a commencé à éliminer progressivement les centrales électriques au charbon de manière opportuniste. Les centrales au charbon propre les plus compétitives seront nettement plus efficaces et conçues pour s’adapter à une pénétration d’énergie variable dans les réseaux.

Parvenir au meilleur mix énergétique et décarboner le secteur de l’énergie en Inde est impossible sans réformer les contrats d’achat d’électricité. Celles-ci existent actuellement sous la forme d’un contrat fixe entre les établissements de production d’électricité et les sociétés de distribution d’électricité au niveau de l’État, dont la plupart sont en faillite. Des marchés de l’électricité concurrentiels et des prix de l’énergie carbone basés sur le marché enverraient le bon signal pour le développement de nouvelles sources d’énergie propres.

Atteindre la sécurité énergétique, la résilience économique et la décarbonation profonde du secteur de l’électricité au milieu de la guerre russo-ukrainienne et de la volatilité…

Source : East Asia Forum