Volonté politique et ambition géopolitique en Inde

Auteur : Comité de rédaction, ANU

S’il est un cliché que tout observateur de l’Inde s’efforce – et échoue généralement – ​​d’éviter, c’est le fameux « rendez-vous avec le destin » de Jawarhalal Nehru. L’expression fait allusion à l’idée que l’Inde est trop grande et trop peuplée pour être un acteur de second rang dans les affaires mondiales. L’Inde a le droit, comme l’a dit récemment le ministre des Affaires extérieures S Jaishankar, “de peser [its] côté propre ».

Mais la dure réalité est que depuis l’indépendance, l’Inde n’a jamais vraiment joué dans les meilleures ligues géopolitiques. Battue d’abord par l’effusion de sang de la partition, puis affaiblie par des décennies de croissance médiocre, ses ambitions ont toujours dépassé ses moyens. L’élévation du Quad au niveau des pourparlers au niveau des dirigeants laisse présager un rôle de leadership plus important dans les affaires mondiales, mais les événements de cette année, et en particulier la détérioration dramatique des relations occidentales avec la Russie, un allié de longue date de l’Inde, soulèvent des questions sur le rôle exact que l’Inde pourrait jouer.

Le rêve de l’Inde de rejoindre les rangs des grandes puissances dépendra de manière cruciale de sa trajectoire économique, qui a toujours été la contrainte majeure à son accession au statut de grande puissance. Les grands pays pauvres peuvent encore faire sentir leur présence, bien sûr, mais une croissance économique rapide et soutenue n’est pas négociable si l’Inde veut améliorer son pouvoir dur et doux. Pour le bien-être de sa propre population également, l’Inde a besoin de plusieurs décennies de taux de croissance élevés, de préférence à deux chiffres.

La tâche est difficile, mais peut-être est-elle à portée de main. Tout comme les changements favorables aux entreprises dans les années 1980 et les réformes de libéralisation des années 1990 ont montré que le soi-disant «taux de croissance hindou» n’était en aucun cas une fatalité indienne, le récent succès du voisin oriental du pays, le Bangladesh, montre que l’exportation La voie de la prospérité dirigée par l’Asie de l’Est et à forte intensité de main-d’œuvre est également accessible à l’Asie du Sud, si les paramètres politiques sont appropriés. Ce type de croissance permettra à l’Inde de rejoindre les rangs des grandes puissances et de devenir un précieux contrepoids stratégique à la Chine alors que l’influence des États-Unis en Asie diminue.

Gouverner l’Inde démocratique n’est pas une tâche facile, mais le Premier ministre Narendra Modi est un politicien hautement qualifié. Sous sa direction, son parti Bharatiya Janata Party (BJP) a élargi son attrait en dehors de son noyau historique de soutien du nord de l’Inde, remportant le gouvernement dans les États du nord-est et prenant des sièges au Bengale occidental. Bien que les gains dans le territoire historiquement moins favorable du Sud aient été moins spectaculaires, le BJP y fait également campagne de manière concertée.

La réélection de Modi en 2024 semble pour l’instant probable — l’autre grand parti, le Congrès national indien, reste dans un état de désarroi politique et intellectuel aigu — mais pas assurée.

Les récentes élections d’État ont montré des résultats généralement bons mais mitigés pour la coalition de Modi : au Bengale occidental, où le BJP espérait marquer un revers contre le ministre en chef de longue date Mamata Banerjee du All-India Trinamool Congress, il n’a fait que des gains limités ; dans l’Uttar Pradesh, le gouvernement dirigé par le BJP cherchait à être réélu et a gagné, mais avec une majorité réduite. Il reste encore beaucoup de temps avant les prochaines élections fédérales de mai 2024 pour que Modi tienne ses promesses de réforme avant d’affronter les électeurs.

La défaite par Modi d’un gouvernement moribond du Congrès en 2014 promettait de faire sortir l’Inde de sa léthargie réformiste. Huit ans plus tard, le tableau de bord de son gouvernement est toujours en chantier. Le premier mandat du gouvernement de Modi a vu une importante libéralisation des investissements étrangers ainsi que l’introduction d’une taxe sur la valeur ajoutée rationalisée qui a contribué à simplifier le système fiscal archaïque de l’Inde. Son deuxième mandat a également vu la libéralisation des investissements et une réduction de l’impôt sur les sociétés, mais les réformes du travail, de la terre et du commerce dont l’Inde a besoin pour soutenir la prochaine décennie de croissance rapide sont incomplètes.

Un fléau majeur sur le bilan de Modi en tant que Premier ministre a été sa réticence à contenir ses partisans les plus extrêmes de la droite indienne et sa volonté d’attiser les flammes du sectarisme lorsque cela est politiquement opportun. Cela peut être politiquement opportun à court terme, mais en plus du bilan humanitaire, sa poursuite nuira à la réputation de l’Inde aux yeux de ses voisins musulmans et du monde occidental. Une Inde qui ne peut pas établir de relations stratégiques efficaces dans son propre voisinage a peu de chances de couper beaucoup de moutarde stratégique ailleurs.

Un autre blocage majeur sur la voie de l’Inde vers la prééminence géopolitique est son manque de progrès en matière d’intégration commerciale régionale. Le refus de l’Inde à la dernière minute de rejoindre le Partenariat économique global régional (RCEP), la zone de libre-échange et de coopération économique la plus importante au monde, a été une erreur stratégique et une opportunité économique manquée. Donner le pouce vers le bas au RCEP a peut-être encouragé le lobby nationaliste et protectionniste en Inde, mais l’intellectuel…

Source : East Asia Forum