L'Inde lance son premier porte-avions, symbole de son affirmation militaire

Le premier ministre Narendra Modi a inauguré vendredi le premier porte-avions construit dans le pays. C’est très révélateur de la montée en puissance militaire de l’Inde. La Chine est loin d’être seule à s’affirmer sur ce terrain.

C’était tambour et trompettes, vendredi 2 septembre au matin, à Kochi (ou Cochin) dans le Kerala, au sud de l’Inde. Une cérémonie de plus de deux heures avec le ban et l’arrière-ban de l’état-major et du gouvernement indiens, des télévisions en édition spéciale, et beaucoup d’excitation à l’antenne lorsque le premier ministre Narendra Modi a symboliquement levé le rideau protocolaire sur le nom du porte-avions, le INS Vikrant.

Le Vikrant est d’une taille comparable au Charles-de-Gaulle français : 45 000 tonneaux, 262 m de long, 60 m de large, près de 1 700 hommes à bord, une vitesse de 28 nœuds. L’Inde possède déjà un autre porte-avions toujours en activité, mais il est plus petit. Surtout, il a été fabriqué en Russie, racheté d’occasion par New Delhi, alors que le Vikrant est un produit 100% indien : il a nécessité 13 ans de travaux et l’implication de 500 entreprises dans 18 des 29 États du pays.

Pour l’Inde, c’est donc une source de fierté et un symbole d’indépendance. Son nom, Vikrant, signifie « le courageux » en sanskrit. Seul souci, et non des moindres : il n’a pas encore sa flotte d’avions de chasse. L’Inde semble hésiter entre le Rafale du français Dassault et le FA18 de l’américain Boeing. L’arbitrage est attendu avant la fin de l’année.   

La 4e armée au monde

Au-delà de ce porte-avions, l’Inde monte en puissance sur le plan militaire. Quand on pense puissance militaire, on songe bien sûr aux États-Unis, à la Russie et à la Chine. Mais il y a aussi l’Inde, 4e armée au monde. Quelques chiffres : 1,5 million de soldats d’active, près de 600 avions de combats, 800 hélicoptères, 4 500 tanks et 12 000 véhicules…

Source link