L’islamophobie ternit l’image de l’Inde dans le Golfe

Auteur : Hasan Alhasan, IISS

Lorsque les propos désobligeants du porte-parole du Bharatiya Janata Party (BJP) Nupur Sharma à propos du prophète Mahomet ont circulé sur les réseaux sociaux en juin 2022, ils ont incité les six États du Golfe, Bahreïn, le Koweït, Oman, le Qatar, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, à critiquer la croissance Islamophobie en Inde.

Les critiques officielles du Golfe à l’encontre de la politique majoritaire hindoue du gouvernement Modi, qui ont créé un environnement permissif pour le sentiment anti-musulman en Inde, étaient jusque-là rares. Bien que les relations de New Delhi avec les gouvernements saoudien et émirati ne soient pas susceptibles de subir des dommages à long terme, l’image de l’Inde en tant que société pluraliste et tolérante est menacée.

Le Premier ministre indien Narendra Modi a réussi un exploit paradoxal dans les relations avec les États du Golfe. Les relations de l’Inde avec ces États ont atteint leur apogée sous Modi, alors même que le BJP et son ancêtre, le Rashtriya Swayamsevak Sangh, défendent une conception exclusive de l’identité indienne qui dépeint les musulmans indiens comme des envahisseurs étrangers et une cinquième colonne pour le Pakistan.

Même après que le gouvernement Modi a abrogé le statut juridique spécial du Jammu-et-Cachemire en août 2019 en révoquant les articles 370 et 35A de la constitution indienne et en imposant un verrouillage à l’échelle de l’État, Modi a bénéficié d’un accueil chaleureux à Riyad, Abou Dhabi et Manama où il a reçu honneurs d’État.

Modi considère les États du Golfe comme des cibles pour son programme de diplomatie religieuse mondiale, espérant utiliser la construction de l’hindouisme mandirs ou temples à l’étranger pour améliorer sa popularité parmi sa circonscription nationaliste hindoue. En 2018, Modi a posé la première pierre du premier temple hindou officiel des Émirats arabes unis. En 2019, il a lancé un projet de 4 millions de dollars américains pour rénover un temple hindou vieux de 200 ans à Bahreïn qui a alloué un terrain pour la construction d’un deuxième temple hindou.

Les États arabes du Golfe considèrent le programme nationaliste hindou du BJP comme un petit prix à payer pour des relations plus étroites avec l’Inde, une puissance montante et une économie du G20. Depuis le milieu des années 2000, les États du Golfe ont mis l’accent sur le développement de liens plus étroits avec leurs principaux partenaires commerciaux en Asie – la Chine, l’Inde, le Japon et la Corée du Sud.

Sous le prince héritier Mohammed bin Salman, l’Arabie saoudite ne se considère plus comme un champion des causes musulmanes mondiales comme par le passé. Le prince héritier saoudien a l’intention de transformer son pays en une puissance économique au-delà du pétrole, en s’appuyant en partie sur la création de partenariats avec des puissances économiques telles que l’Inde pour accéder aux connaissances et à la technologie nécessaires à la modernisation.

Pendant ce temps, Modi, qui jouit d’une solide majorité au parlement, a investi plus de temps et d’efforts pour entretenir la coopération de l’Inde avec les États du Golfe que ses prédécesseurs. Il a effectué des visites d’État dans tous les pays du Golfe à l’exception du Koweït, tenant des entretiens de haut niveau avec les dirigeants.

En insultant le prophète Mahomet à la télévision, le porte-parole du BJP, Nupur Sharma, a à lui seul renversé la stratégie de Modi. Le 5 juin 2022, le Qatar et le Koweït ont condamné les déclarations de Sharma et ont exigé des excuses du gouvernement indien. Le reste des États du Golfe ont emboîté le pas, soulevant des objections aux commentaires. Au Koweït, des informations ont fait état d’un boycott imminent des produits indiens alors que des images de produits indiens retirés des rayons des supermarchés circulaient sur les réseaux sociaux.

Les remarques de Sharma n’étaient pas la première fois que des remarques islamophobes de l’Inde ont déclenché des condamnations dans le Golfe. En avril 2020, des déclarations islamophobes publiées sur les réseaux sociaux par des ressortissants indiens vivant aux EAU ont failli déclencher une crise diplomatique.

La situation a incité le cabinet koweïtien à demander à l’Organisation de la coopération islamique d’exercer des pressions sur l’Inde face à la montée des discours de haine anti-musulmans. Le ministre des Affaires extérieures, Subrahmanyam Jaishankar, a cherché à faire baisser les tensions diplomatiques en soulignant la force de leurs relations bilatérales respectives avec l’Inde lors d’appels avec ses homologues des Émirats arabes unis et du Qatar.

Compte tenu de la réaction rapide du gouvernement Modi en suspendant Sharma de la liste des principaux membres du BJP, ces remarques islamophobes ne risquent pas de paralyser les relations de l’Inde avec les Émirats arabes unis, l’Arabie saoudite, Oman ou Bahreïn. Des cas antérieurs impliquant des représentations insultantes du prophète Mahomet au Danemark et en France ont déclenché des manifestations de rue et des boycotts de produits danois et français. Mais l’éloignement du gouvernement indien de Sharma a contribué à contenir la crise.

Sur le plan intérieur, le Rashtriya Swayamsevak Sangh a cherché à rassurer les musulmans sur le fait qu’ils ne courent aucun danger de la part des groupes nationalistes hindous. Comme l’illustre le voyage de Jaishankar à Riyad en septembre 2022, les visites de haut niveau entre l’Inde et les responsables du Golfe ont pleinement repris. Pourtant, le Koweït et le Qatar devraient rester des exceptions. La puissante opposition islamiste du Koweït et le plaidoyer du Qatar en faveur de l’islam politique et des groupes islamistes pourraient limiter les relations des deux pays du Golfe avec l’Inde tant que le Modi…

Source : East Asia Forum