La NDB et les BRICS dans la réforme de la gouvernance mondiale

Auteur : Silvia Menegazzi, LUISS

Le 7 décembre 2022, l’Égypte a ratifié sa participation à la New Development Bank (NDB) – une banque multilatérale de développement (MDB) créée en 2015 sous la direction directe du Brésil, de la Russie, de l’Inde, de la Chine et de l’Afrique du Sud (BRICS). L’Égypte a suivi après l’admission du Bangladesh, des Émirats arabes unis et de l’Uruguay en 2021.

La NDB vise à « mobiliser des ressources pour des projets d’infrastructure et de développement durable dans les pays BRICS et d’autres économies émergentes et pays en développement ». La banque a des partenariats avec d’autres banques multilatérales de développement telles que la Banque mondiale, la Banque africaine de développement et des institutions nationales et mondiales clés, notamment la China Construction Bank et l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture. Depuis sa fondation, la NDB a signé 35 protocoles d’accord avec diverses institutions, telles que des banques nationales de développement, des entreprises et des universités.

En 2015, la NDB a approuvé 84 projets dans les transports, le développement urbain, la santé publique, les technologies de l’information et de la communication, la gestion des ressources en eau et les infrastructures durables. Jusqu’à présent, tous les projets sont dans les pays BRICS. Mais compte tenu de l’élargissement de la composition de la NDB et des déficits d’investissement et de financement des pays en développement pour financer le développement des infrastructures, la banque étendra probablement ses opérations de financement au-delà des BRICS.

En théorie, l’adhésion est ouverte à tout pays au-delà des cinq fondateurs. Mais dans la pratique, il existe des critères d’acceptation spécifiques que les pays doivent posséder. Dans une interview non publiée, un vice-président du NDB a expliqué les trois critères du groupe de travail du NDB sur l’expansion des adhésions. Cela comprend un besoin légitime de financer des projets d’infrastructure durables, un engagement ferme envers le multilatéralisme parallèlement à une solide notation du risque de crédit souverain et un alignement politique clair qui ne contrariera aucun membre de la BND.

Les principaux facteurs qui ont poussé la NDB à accueillir l’Égypte comme nouveau membre sont moins évidents. Selon un rapport du Groupe de la Banque mondiale de 2018, l’Égypte est confrontée à un important déficit de financement des infrastructures au cours des 20 prochaines années, avec un déficit d’investissement global de 230 milliards de dollars. Ceci, ajouté au besoin de modernisation de l’Égypte, a provoqué une concurrence brouillée entre les pays occidentaux, la Chine et la Russie.

L’Égypte ne partage de frontières géographiques avec aucun pays BRICS. Mais il entretient de bonnes relations politiques et économiques avec la Chine et la Russie.

En 2018, le président russe Vladimir Poutine et le président égyptien Abdel Fattah el-Sissi ont signé un traité global de partenariat et de coopération stratégique. El-Sissi l’a défini comme un nouveau chapitre dans l’histoire de la coopération Égypte-Russie. En septembre 2022, Poutine a déclaré l’Égypte comme l’un des partenaires les plus importants de la Russie en Afrique et dans le monde arabe. Alors que les tensions géopolitiques augmentent entre l’Occident et la Russie, les intérêts de Moscou dans le Sud global – comme l’augmentation du nombre de pays qui ne s’opposent pas à la violation par la Russie de la souveraineté de l’Ukraine – ne peuvent être sous-estimés.

La Chine et l’Égypte sont également des partenaires stratégiques et ont intensifié leur coopération économique. La Chine est le premier partenaire commercial de l’Égypte et l’Égypte est le plus grand bénéficiaire des investissements directs étrangers de la Chine en Afrique. L’Égypte est également le premier pays du Moyen-Orient à recevoir une aide financière de la Banque asiatique d’investissement dans les infrastructures, une banque de développement multilatérale dirigée par la Chine. Pékin est même en train de construire une nouvelle capitale égyptienne dans le cadre d’un investissement de 3 milliards de dollars américains dans le cadre de l’initiative “la Ceinture et la Route”.

On s’inquiète de plus en plus de la mesure dans laquelle les BRICS en tant que groupe peuvent encadrer les discours sur le développement international et la gouvernance mondiale. La Déclaration de Beijing du XIVe Sommet BRICS publiée en juin 2022 a réitéré l’engagement du groupe envers le multilatéralisme par le biais du droit international et l’intention de faire progresser le développement durable. Pourtant, la Déclaration signale également l’intention des pays BRICS d’étendre leur portée mondiale. Il le fait en se référant à l’approche BRICS Outreach/BRICS+, un cadre créé pour « une plus grande interaction et des partenariats entre les pays du Sud afin de façonner l’agenda pour effectuer des changements dans l’économie mondiale ».

La mission de la NDB consiste à combler les écarts entre les besoins et le financement des pays en développement et à faible revenu. Pourtant, son implication limitée dans les mesures de gouvernance mondiale qui traitent de la dette insoutenable – comme le Cadre commun approuvé en novembre 2022 par le G20 avec le Club de Paris – soulève des questions sur l’engagement réel de la NDB en faveur de la résolution de la dette.

L’approche des BRICS en matière de gouvernance mondiale et de développement international semble également tout à fait conforme au récit et aux intérêts de la Chine. Pour la Chine, les BRICS en tant que groupe représentent une opportunité de faire avancer sa vision de la réforme de la gouvernance mondiale. C’est la Chine qui a proposé le modèle de coopération BRICS+, envisagé comme…

Source : East Asia Forum