Poser les BRICS pour un ordre mondial remodelé

Auteurs : Joseph Bouchard, Université Carleton et Sophie Egar, Université Johns Hopkins

Lors du sommet des BRICS à Johannesburg le 24 août 2023, les cinq membres du bloc – le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud – ont annoncé l’invitation de six nouveaux pays : l’Argentine, l’Égypte, l’Éthiopie, l’Iran, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis. . À compter du 1er janvier 2024, les pays BRICS représenteront près de la moitié de la population mondiale.

Alors que les BRICS ont eu du mal à obtenir des résultats concrets, la dynamique pourrait désormais changer. Cette expansion permettrait aux BRICS de dépasser le G7 en termes de produit intérieur brut total, les économies des BRICS connaissant une croissance démographique et économique plus élevée que les membres du G7.

L’expansion des BRICS pourrait contribuer à réduire les tensions entre les pays du Moyen-Orient, mais pourrait également provoquer les États-Unis et l’OTAN, compte tenu de l’admission de l’Iran et de l’adhésion actuelle de la Russie et de la Chine.

Un nombre croissant de pays ont exprimé leur intérêt à rejoindre le groupe BRICS. Il existe pourtant des désaccords internes sur la manière dont le groupe doit avancer. La Chine et la Russie ont poussé à une expansion rapide des BRICS pour renforcer leur influence géopolitique, tandis que l’Inde a exprimé ses inquiétudes quant à l’admission trop rapide de nombreux nouveaux membres.

Les inquiétudes de l’Inde ont beaucoup à voir avec ses conflits frontaliers historiques et amers avec la Chine, ainsi qu’avec la force actuelle des relations bilatérales de l’Inde avec les États-Unis. La contribution de l’Inde pour empêcher les BRICS de devenir ouvertement anti-occidentaux ne fait que renforcer l’importance géopolitique du pays pour les États-Unis : le président américain Joe Biden a littéralement retiré le tapis rouge au Premier ministre indien Narendra Modi lors de sa visite à la Maison Blanche en juin 2023.

De nombreux pays considèrent les BRICS comme une alternative aux groupes comme le G7 ou le G20, qui conditionnent leur adhésion à des valeurs spécifiques et à des engagements de politique étrangère. L’Inde, par exemple, risque de subir des réactions négatives du système commercial international en raison de ses politiques ethnonationalistes renouvelées.

Grâce à l’expansion des BRICS, la Chine renforcera sa présence dans le monde en développement, contribuant ainsi à diffuser son modèle de « non-interventionnisme ». Ce modèle s’aligne sur celui de membres tels que le Brésil et l’Éthiopie, qui ont indiqué leur désintérêt pour les querelles économiques sino-américaines et géopolitiques entre les États-Unis et la Russie, préférant profiter d’autres opportunités économiques offertes par les BRICS.

Des projets d’élargissement de l’adhésion sont en préparation, avec 20 pays candidats à l’adhésion. La participation n’est limitée par aucune base politique ou idéologique. Le Nigeria, l’Angola, le Mozambique et la République démocratique du Congo, tous dotés d’un bilan très préoccupant en matière de droits de l’homme mais d’un poids géopolitique régional, ont été proposés à l’adhésion.

Les dirigeants du monde en développement remarquent déjà les divergences d’approche entre les BRICS et le G7, certains soulignant que les BRICS représentent une opportunité pour les États souhaitant se dissocier de l’Occident.

Il existe néanmoins d’importantes réserves quant à l’expansion des BRICS. Le groupe s’efforce de se dissocier de la dollarisation en faveur de monnaies alternatives, comme le yuan chinois et le réal brésilien. Certains pays, comme le Brésil et l’Argentine, ont pris de grandes mesures pour dédollariser, tandis que d’autres ont été plus lents.

Il semble également y avoir peu d’unité entre les dirigeants des grandes puissances du bloc et ses plus petits membres. Le Brésil, l’Inde et l’Afrique du Sud visent tous à devenir membres du Conseil de sécurité des Nations Unies, avec peu de soutien matériel de la part de la Chine et de la Russie, toutes deux membres permanents. Contrairement au G7, il y a également peu de points communs avec de nombreux membres des BRICS sur les plans culturel, économique et géopolitique, au-delà de leur souhait de remodeler l’ordre mondial.

Pourtant, les BRICS ont fait preuve de cohérence, rongeant lentement mais méticuleusement l’influence de l’Occident sur l’ordre mondial. Les membres des BRICS ont repris des institutions mondiales auparavant dirigées par les libéraux et ont créé de nouvelles institutions avec le soutien de la Chine, de la Russie et parfois de l’Inde.

Les pays BRICS offrent une voie d’engagement aux États qui ne souhaitent pas se conformer aux valeurs et aux normes libérales tout en cherchant à récolter les avantages économiques d’un ordre mondial. Les nouveaux membres bénéficieront également d’un meilleur accès au financement de projets chinois par l’intermédiaire de la banque BRICS et d’autres institutions financières dirigées par la Chine.

Une autre mise en garde concerne la posture non interventionniste et la projection de valeurs de la Chine. Les États alignés sur la Chine sont prêts à accepter le message de Pékin et à ignorer ses politiques expansionnistes à Taiwan, à Hong Kong, au Tibet, au Xinjiang, en mer de Chine méridionale et en Afrique, en échange d’avantages diplomatiques et économiques. Pourtant, la posture de la Chine semble trouver un écho auprès de certaines parties du monde précédemment lésées par les campagnes impérialistes occidentales, notamment certaines parties du Moyen-Orient, de l’Afrique, de l’Asie du Sud-Est et de l’Amérique latine.

Le G7 est souvent regroupé avec ces campagnes en raison de…

Source : East Asia Forum