Tirer parti de la technologie pour soutenir les entreprises des économies émergentes

Auteur : Sauradeep Bag, Observer Research Foundation

Les micro, petites et moyennes entreprises (MPME) constituent l’épine dorsale des économies émergentes : elles alimentent l’entrepreneuriat, génèrent des emplois et stimulent la croissance économique avec des investissements en capital modestes. Même si le manque d’accès aux ressources financières continue d’entraver la prospérité de ces entreprises, les progrès des infrastructures publiques numériques, comme l’Open Credit Enablement Network (OCEN) en Inde, offrent de l’espoir aux MPME en quête de financement.

Un vendeur de légumes attend des clients affichant un code-barres pour Paytm, une plateforme indienne de paiement numérique basée sur téléphone portable, Calcutta, Inde, 4 juillet 2023 (Photo : Reuters/Debajyoti Chakraborty).

Les MPME ont historiquement joué un rôle crucial dans le développement des économies émergentes en stimulant l’innovation et l’expansion économique. En Inde, ils représentent plus de 29 pour cent du PIB et sont responsables de la moitié des exportations totales du pays. Ils contribuent également à un tiers de la production manufacturière indienne, fournissant de l’emploi à plus de 110 millions de personnes, avec l’objectif d’augmenter ce nombre à 150 millions dans un avenir proche.

Il existe actuellement 64,2 millions de MPME en Indonésie, représentant 61 pour cent du PIB du pays. Ces entreprises emploient une grande partie de la main-d’œuvre du pays, dont environ 97 pour cent (119,6 millions) sont employés dans le secteur des MPME. Pourtant, seulement 17,5 millions de MPME environ en Indonésie ont fait la transition vers le domaine numérique et ont exploité les opportunités du commerce électronique.

Il est impératif de combler le fossé en matière d’accès au financement pour libérer le véritable potentiel des MPME dans les économies émergentes. Le financement joue un rôle central dans la croissance et la durabilité des MPME, mais celles-ci sont généralement exclues des canaux de crédit traditionnels. Les institutions financières traditionnelles, telles que les banques et les sociétés financières non bancaires, sont souvent confrontées à des coûts d’exploitation élevés qui rendent impossible la possibilité de répondre aux besoins des emprunteurs ayant des besoins de prêt moindres. Les MPME sont obligées de se tourner vers des prêteurs informels et des institutions de microfinance coûteuses.

Les progrès récents dans l’infrastructure publique numérique de l’Inde offrent une lueur d’espoir aux MPME en quête de crédit. L’infrastructure publique numérique constitue la base numérique qui permet à diverses solutions technologiques de prospérer. L’expérience de l’Inde en matière d’infrastructure publique numérique, illustrée par India Stack, fournit des informations précieuses et des solutions numériques qui peuvent profiter aux pays du monde entier, en particulier à ceux qui sont aux prises avec des défis similaires en matière d’accessibilité à Internet et de culture numérique.

L’OCEN constitue une force de transformation dans le paysage financier indien, offrant une solution potentielle aux MPME. L’OCEN vise à combler le déficit de crédit estimé entre 2 et 2,5 millions de crores de roupies (350 milliards de dollars américains) dans le secteur indien des MPME en permettant aux prêteurs distants d’opérer dans des régions éloignées et en proposant des durées de courte durée et des prêts de faible montant. OCEN est intimement intégré à l’interface de programmation d’applications ouverte d’India Stack.

L’OCEN a démocratisé l’accès à un crédit abordable, se positionnant comme un phare de l’inclusion financière. Cette innovation simplifie l’accès au crédit et adopte les principes de la finance intégrée. Il agit comme un langage universel, reliant les prêteurs et les médiateurs pour créer des produits financiers évolutifs.

Les prestataires de services non financiers, notamment les prestataires de services de prêt, sont habilités à créer les éléments fondamentaux d’un cycle de crédit. Les prestataires de services de prêt agissent comme des agents numériques pour les emprunteurs, garantissant leurs intérêts en leur donnant accès à un crédit rentable. En simplifiant le processus de prêt, l’OCEN rend les produits financiers plus attrayants tant pour les emprunteurs que pour les prêteurs, favorisant ainsi la croissance économique et la prospérité pour tous.

OCEN réinvente la chaîne de valeur des prêts, permettant aux prestataires de services non financiers de se transformer en marchés compatibles fintech. Par exemple, une entreprise de logistique peut proposer de manière transparente des produits de prêt aux MPME au sein de sa plateforme, évitant ainsi aux MPME d’avoir à s’aventurer en dehors de l’écosystème logistique pour obtenir un crédit.

Ce cadre innovant, renforcé par l’infrastructure publique numérique, a un effet d’entraînement dans divers secteurs, de la logistique et des néo-banques aux passerelles de paiement et aux plateformes agrotechnologiques. Les entités de ces secteurs peuvent exploiter l’OCEN pour devenir des prestataires de services de prêt. Ces prestataires de services de prêt comblent le fossé entre les prêteurs et les emprunteurs, permettant aux prêteurs de proposer des produits financiers plus attrayants tout en réduisant leurs coûts opérationnels.

L’impact de l’OCEN ne doit pas nécessairement se limiter à la seule Inde : il peut potentiellement remodeler les écosystèmes financiers des pays en développement du monde entier, ouvrant ainsi la voie à une économie mondiale plus inclusive et plus prospère. En tant que membre du G20, l’Inde se considère comme un catalyseur du changement mondial, offrant l’OCEN comme guide aux autres pays en développement cherchant à élever leurs MPME vers de nouveaux sommets. Les économies émergentes partagent souvent des caractéristiques similaires, notamment la pénétration d’Internet, la possession de smartphones et la contribution substantielle de leurs secteurs de MPME à leurs économies….

Source : East Asia Forum