Le gouvernement birman a décidé de ne pas autoriser l’Organisation de la coopération islamique (OCI) à ouvrir un bureau de liaison en Birmanie pour aider les Rohingyas.

Le président birman Thein Sein a décidé de rejeter la requête exprimée par l’OCI d’ouvrir un bureau dans le nord de l’Etat Rakhine, où des affrontements entre Rakhines bouddhistes et Rohingyas musulmans ont causé la mort de 77 personnes en juin. « Le gouvernement ne va pas autoriser l’ouverture d’un bureau de liaison (en Birmanie) car cela n’est pas conforme au désir de la population », indique un communiqué posté sur le site du président le 15 octobre. Le même jour, des milliers de moines bouddhistes birmans accompagnés de laïcs avaient défilé dans les deux plus grandes villes du pays, Rangoon et Mandalay, pour exprimer leur refus d’une présence de l’OCI. Certains des manifestants portaient des pancartes avec la mention : « OCI, dehors ! ».

L’organisation avait envoyé en septembre une mission dans l’Etat Rakhine pour évaluer la situation humanitaire des Rohingyas, lesquels ont été chassés des villes et cantonnés dans des camps à proximité de la capitale provinciale Sittwe ou dans le nord de l’Etat. Sa demande d’ouverture d’une antenne sur place était fondée sur la nécessité d’apporter une assistance humanitaire aux centaines de milliers de Rohingyas dans les camps. Selon des journalistes qui ont pu visiter ces camps en septembre, les conditions sanitaires et alimentaires y sont très précaires et les Rohingyas ne peuvent pas sortir des enceintes sous peine d’être arrêtés par les militaires. Les violences de juin ont débouché sur une campagne nationaliste de la part des habitants d’ethnie birmane, et tout particulièrement des bonzes, qui considèrent les 800.000 Rohingyas de l’Etat Rakhine comme des immigrants illégaux et réclament leur départ du pays.

 

Laisser un commentaire