Nouvelles intimidations chinoises à l’égard du Vietnam

Un nouveau contentieux s’est ouvert en mer de Chine du Sud concernant la recherche pétrolière. Il implique, cette fois, Pékin, Hanoï et New-Delhi.

Le Vietnam a accusé un bateau de pêche chinois d’avoir sectionné un câble de recherche sismique attaché à l’un de ces bâtiments dans le golfe du Tonkin. Hanoï a annoncé dans la foulée, le 4 décembre, multiplier les patrouilles de protection contre les bateaux chinois en mer de Chine du Sud. De son côté, l’Inde a fait savoir qu’elle envisageait d’envoyer des navires dans cette mer afin de protéger ses propres intérêts.

La raison de l’implication de New-Delhi est claire : les Indiens ont formé plusieurs sociétés mixtes, avec la compagnie nationale vietnamienne Petro-Vietnam, en vue de l’exploration et de l’exploitation conjointes de gisements d’hydrocarbures en mer de Chine du Sud. Pékin revendique la quasi-totalité des eaux de cette mer méridionale alors que Hanoï déclare qu’une partie de cette mer, comprenant les deux archipels des Paracels et des Spratleys, est sous sa souveraineté.

L’incident dans le golfe du Tonkin est intervenu après l’annonce chinoise que la police maritime de la province de Hainan avait reçu l’autorisation «d’aborder, de saisir et d’expulser les bateaux étrangers qui pénètrent illégalement dans les eaux de la province». Mais l’application de cette mesure ne doit commencer qu’en 2013 et le fautif est un bateau de pêche, non la police maritime chinoise. Il reste que ce type d’agression semble indiquer que la nouvelle direction chinoise, sous la houlette de Xi Jinping, ne manifeste guère l’intention de détendre la situation dans des eaux que six Etats riverains se disputent (outre la Chine et le Vietnam, les Philippines, la Malaisie, Brunei et Taïwan).

Laisser un commentaire

Must Read