lundi, septembre 24, 2018

Philippines : Manille prône le réarmement japonais

Que s’est-il passé pour que Manille, qui a gardé un souvenir détestable de l’occupation japonaise, se prononce pour le réarmement du Japon ? Demandez-le à Pékin.

Albert del Rosario n’est pas n’importe quel ministre puisqu’il est le chef de la diplomatie des Philippines depuis février 2011. Au Financial Times de Londres, il a affirmé que son gouvernement, celui du président Aquino, approuverait fermement le Japon si ce dernier se débarrassait de sa Constitution pacifiste et se réarmait afin de faire contrepoids à l’effort d’armement colossal entrepris par la Chine. Et del Rosario l’a dit à un moment où la question n’est plus forcément théorique : le Japon se trouve à l’avant-veille d’élections générales anticipées dont les résultats pourraient être favorables à Shinzo Abe, un ancien premier ministre qui s’est rallié à une révision de la Constitution et à un renforcement militaire nippon.

Le ministre a été très explicite : «Nous recherchons des facteurs de rééquilibrage des forces dans la région et le Japon pourrait être un facteur significatif de rééquilibrage». Manille considère comme une provocation la revendication chinoise de souveraineté sur au moins 80% des eaux de la mer de Chine du sud, dont la partie orientale est qualifiée de mer Occidentale par les autorités philippines.

Dans l’enceinte de l’Asean, del Rosario monte régulièrement au créneau contre ce que les Philippines et le Vietnam considèrent sans le dire comme la politique chinoise de la canonnière : intimidations, patrouilles de police, droit de fouille des bâtiments étrangers, annexion administrative, refus de négociation multilatérale, non-respect des zones économiques exclusives. En juin dernier, il y a eu de durs échanges avec le Cambodge, allié de Pékin qui assurait alors la présidence de l’Asean, à telle enseigne qu’un communiqué final commun n’a pas pu être publié pour la première fois depuis la formation de l’Association en 1967.

Ancien diplomate de carrière, aujourd’hui âgé de 73 ans, del Rosario n’a jamais mâché ses mots. Ambassadeur à Washington sous la présidence de Gloria Arroyo, il avait démissionné en 2006 parce qu’il s’opposait au recrutement de lobbys par le gouvernement philippin et parce que Manille ne tenait pas compte de ses objections à la proclamation d’un état d’urgence, qu’il jugera plus tard «injustifiable».

Que les Philippines, qui ont gardé un terrible souvenir de l’occupation japonaise (1942-1945), réclament désormais un réarmement nippon en dit long sur les effets de la gestion un peu brutale de la montée en puissance de la Chine : ces effets commencent à estomper, dans l’opinion asiatique, le souvenir de la sinistre «sphère de co-prospérité» nippone. En juillet dernier, Manille et Tokyo ont passé un accord de coopération militaire de cinq ans et la livraison de douze nouveaux patrouilleurs japonais aux Philippines est en cours.

Laisser un commentaire

Must Read