lundi, mai 27, 2019

Le sort de 2 prisonniers thaïlandais: le Cambodge plus souple

Le gouvernement cambodgien a annoncé le 10 janvier qu’il accordait des mesures de clémence à deux Thaïlandais condamnés pour « espionnage ».

Cette affaire était l’un des nombreux contentieux empoisonnant les relations entre la Thaïlande et le Cambodge. En décembre 2010, un groupe de Thaïlandais, dont certains étaient membres des Chemises jaunes ultra-royalistes et d’autres affiliés au Parti démocrate, avaient été arrêtés par l’armée cambodgienne alors qu’ils « inspectaient » une zone litigieuse sur la frontière khméro-thaïlandaise. Une vidéo, saisie ensuite par les militaires cambodgiens et postée sur le site Youtube, a montré l’un des membres du groupe en train de téléphoner à Abhisit Vejjajiva, à l’époque Premier ministre de Thaïlande, en lui disant « nous sommes maintenant en territoire cambodgien ».

Tous les membres du groupe avaient été condamnés à des peines de plusieurs années de prison par un tribunal de Phnom Penh en 2011, mais seuls Veera Somkwamkid, un leader des Chemises jaunes, et Ratri Pipattanapaiboon, sa secrétaire, n’avaient pas bénéficié d’un sursis. Veera avait écopé d’une peine de huit ans et Ratri de six ans. Les efforts du gouvernement d’Abhisit pour obtenir leur libération avaient échoué, le Premier ministre cambodgien Hun Sen ne portant guère son homologue thaïlandais de l’époque dans son cœur.

Les mesures de clémence annoncées le 10 janvier constituent l’aboutissement des efforts du gouvernement de Yingluck Shinawatra, laquelle a discuté directement du sujet avec Hun Sen en novembre dernier. Ratri bénéficie d’un pardon et pourra donc revenir sous peu en Thaïlande. La peine de Veera a été réduite de six mois, mais il semble qu’il pourra aussi bénéficier d’un pardon dans quelques mois. Ce geste de bonne volonté de la part de Phnom Penh intervient alors que les Chemises jaunes relancent une campagne de mobilisation sur la question du terrain, revendiqué par les deux pays, autour du temple de Preah Vihear, en prévision d’une décision de la Cour internationale de justice de La Haye à ce sujet annoncée pour octobre prochain.

Laisser un commentaire

Must Read