L’aide de camp adjoint de la reine de Thaïlande a indiqué que celle-ci avait donné 20 millions de bahts aux victimes des affrontements de 2010 dans le quartier de Bon Kai, à Bangkok.

En mai 2010, le quartier de Bon Kai (littéralement, la fosse des coqs de combat) avait été l’un des endroits de Bangkok où les affrontements entre Chemises rouges, partisans de l’ancien Premier ministre Thaksin Shinawatra, et les militaires avaient été les plus intenses. Positionnés sur l’avenue Rama IV à hauteur du pont Thai-Belgium, les militaires armés de fusils d’assaut Tavor et de M-16 avaient fait face plusieurs jours durant aux Chemises rouges, qui s’étaient regroupés en dessous du pont de Bon Kai. Beaucoup d’entre eux, y compris des enfants, étaient venus du bidonville voisin de Klong Toey. Pour la plupart, ils étaient armés de lance-pierres et de bombinettes artisanales, sortes de pétards modifiés. Plusieurs de ces manifestants ont été tués par l’armée.

Selon le quotidien Bangkok Post, l’aide de camp adjoint de la reine, le général Naphon Buntup, a indiqué le 4 août que celle-ci avait donné vingt millions de bahts (512.284 €) pour compenser les pertes matérielles occasionnées lors des affrontements aux habitants de Bon Kai. Pour la plupart, ceux-ci sont des vendeurs ambulants ou tiennent de petites échoppes et n’ont pas enregistré officiellement leur activité commerciale. Selon le général Naphon, les habitants de Bon Kai « ont été submergés de joie quand (il leur a) dit que Sa Majesté connaissait leurs difficultés et avait donné cet argent pour qu’ils achètent de nouveaux équipements ». La reine Sirikit est impopulaire auprès des Chemises rouges car elle est perçue comme ayant pris parti pour les Chemises jaunes (partisans de l’establishment conservateur) en octobre 2008, lorsqu’elle s’est rendue aux funérailles d’Angkhana Radappanyawut, une militante Chemise jaune tuée par la police. Le 80ème anniversaire de la reine tombe le 12 août prochain.

Laisser un commentaire