Une combinaison de deux procédés devait ramener le père-époux dans le droit chemin. Et surtout, redonner vie éternelle à une tendresse disparue.

Son époux rentrait tard le soir, fatigué, de mauvaise humeur. Ingénieur, il avait passé quelques années sur un chantier à Son La, dans le nord du Vietnam. Une fois le projet terminé, il avait regagné son domicile et sa famille à Hanoï. Mais, depuis son retour, les querelles étaient incessantes. Lê Thi Huong avait alors soupçonné son mari de la tromper. Des inspections discrètes de son téléphone portable et les rapports d’un détective privé avaient confirmé ses inquiétudes.

Après en avoir déniché la publicité sur la Toile, Huong s’était donc rendue dans une épicerie de la capitale pour y acheter un philtre d’amour, l’équivalent de 35€. Elle versa aussitôt la potion dans la tasse de son mari, grand consommateur de café. Ensuite, suivant les instructions du vendeur de la potion, elle fit revenir dans une casserole les sous-vêtements sales de son époux chaque jour, pendant une semaine.

Devant l’absence d’effets de la formule, rapporte le site VietnamNet, Huong rappela le vendeur, sans succès. En changeant de téléphone, elle l’eût aussitôt au bout du fil. L’homme lui répondit d’une voix lasse, à propos de la potion : «je n’en sais rien, j’ai seulement entendu dire qu’elle était efficace et c’est pourquoi je la vends». Il faut croire que les clients, aisés, continuent d’affluer.

Laisser un commentaire