Tian'anmen : trente ans après, la Chine interdit toute référence aux événements

Il y a trente ans, l’armée chinoise évacuait dans le sang la place Tian’anmen, à Pékin (Chine), mettant ainsi fin à sept semaines de manifestations d’étudiants et d’ouvriers qui réclamaient plus de démocratie. Trois décennies plus tard, le sujet reste tabou. On ignore le nombre de personnes mortes ce jour-là, aucun bilan officiel n’a jamais été communiqué. Même la photo symbolique d’un manifestant s’opposant à une colonne de chars, connue dans le monde entier, ne dit rien à un étudiant interrogé dans la rue.

 

Un millier de morts

 

Les événements de la place Tian’anmen ont été effacés des livres d’histoire. “Ce jour-là, le 4 juin vers 6 heures du matin, les tanks ont attaqué les étudiants alors qu’on quittait la place pacifiquement”, se souvient Fang Zheng, survivant de la répression et réfugié aux États-Unis. “Moi, j’ai perdu mes deux jambes écrasées par les chars”, se souvient-il. On parle d’un millier de jeunes Chinois morts ce jour-là.

Le JT

Source link

Newsletter Hebdo

Recevez notre sélection hebdomadaire d'articles publiés sur InfoAsie

You May Also Like

Xi Jinping en Afrique : "Il y une plus grande dépendance aujourd'hui de l'Afrique envers la Chine"

Le président chinois, Xi Jinping, est arrivé samedi 21 juillet au Sénégal, point…

Covid- 19 : en Nouvelle-Zélande, les frontières resteront fermées "une bonne partie de l'année"

La Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern le 30 novembre 2020 à Wellington…

Taïwan : des "gilets jaunes" manifestent lors du Nouvel An

La présidente de l’île de Taïwan Tsaï Ing-wen assiste à la levée…