Catégories
Thaïlande

Derrière le partenariat stratégique Australie-Thaïlande

Auteur: John Blaxland, ANU

Le partenariat stratégique Australie-Thaïlande a été signé le 13 novembre 2020. Pourquoi at-il eu lieu et comment cela s’est-il passé? La déclaration commune couvre une coopération renforcée dans les domaines de la défense et de la sécurité, des affaires informatiques, de la lutte contre le blanchiment d’argent et de la criminalité transnationale. Mais il est mieux compris dans le contexte d’une histoire partagée, d’une géographie commune, d’intérêts qui se chevauchent et de préoccupations stratégiques mutuelles.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, plus de 13 000 prisonniers de guerre australiens ont été forcés par le Japon à construire un chemin de fer entre la Thaïlande et le Myanmar. Avec le début de la guerre froide, l’importance mutuelle de la Thaïlande et de l’Australie a changé. Pour des raisons différentes mais complémentaires, les deux ont choisi de s’aligner sur les États-Unis.

Les relations diplomatiques ont été établies en 1952 et tous deux étaient membres fondateurs de l’Organisation du traité de l’Asie du Sud-Est (SEATO) en 1954. L’Australie a également déployé un escadron d’avions F-86 Sabre dans la province d’Ubon Ratchathani au nord-est de la Thaïlande pendant une grande partie des années 1960.

Pendant la guerre du Vietnam, les soldats australiens ont combattu aux côtés des soldats thaïlandais dans les provinces voisines du sud du Vietnam.

L’Australie et la Thaïlande se sont soutenues mutuellement et ont travaillé en collaboration, notamment pour informer menaces émergentes les uns aux autres. Depuis lors, les deux ont établi de bonnes relations avec le Vietnam, en grande partie grâce à la rôle constructif de l’ASEAN. Partout, la connexion entre l’Australie et la Thaïlande a perduré.

De nombreux Thaïlandais ont étudié en Australie, y compris le roi de Thaïlande, Maha Vajiralongkorn, qui a étudié au Collège militaire royal de Duntroon, aux côtés du gouverneur général David Hurley. Aujourd’hui, les échanges comprennent un éventail d’institutions et de disciplines.

Quelque chose qui témoigne de la fiabilité d’une amitié, c’est quand, dans une crise, un véritable ami donne un coup de main. Lors de la crise au Timor oriental de 1999, la Thaïlande était le premier pays d’Asie du Sud-Est se porter volontaire pour aider l’Australie à résoudre la crise.

D’autres en Asie du Sud-Est ont suivi, y compris les Philippines, la Malaisie et Singapour, mais c’est la Thaïlande qui a fait le premier pas risqué, créant un précédent à suivre pour d’autres.

La Thaïlande a reconnu que l’Australie était un partenaire de confiance dans la région – comme ce fut le cas pendant le processus de paix au Cambodge quelques années plus tôt – et s’est porté volontaire pour prendre la direction, ainsi que pour fournir le commandant adjoint de la force de la coalition internationale connue sous le nom de Force internationale au Timor oriental (INTERFET). La Thaïlande a ensuite déployé une équipe spéciale importante au Timor oriental avant que d’autres ne le fassent.

Compte tenu de la géographie partagée, il n’est pas surprenant que l’Australie soit activement engagée en Asie du Sud-Est depuis la Seconde Guerre mondiale, étant largement reconnue comme le premier partenaire de l’ASEAN.

Pour démontrer son importance continue, l’Australie participe activement à une série d’initiatives régionales qui incluent la Thaïlande. Celles-ci vont des arrangements de la Réunion plus des ministres de la Défense de l’ASEAN (ADMM +), y compris leurs divers groupes de travail d’experts, au Forum régional de l’ASEAN et au Sommet de l’Asie de l’Est. L’Australie est également un partenaire proche de toute une gamme d’initiatives régionales de lutte contre le terrorisme qui impliquent des agences de défense, de police et de sécurité. Cet espace commun partagé – la géographie qu’ils habitent tous les deux – est lié à leurs intérêts communs.

Ces intérêts tournent autour des exigences essentielles de sécurité et de stabilité.

Le développement économique et la prospérité de la Thaïlande, par exemple, contrastent avec le statut de pays voisins à prédominance bouddhiste Theravada: le Myanmar, le Laos et le Cambodge. Pour l’Australie, les liens de sécurité occidentaux de la Thaïlande ont facilité une proximité entre leurs forces armées que peu réalisent. Ces liens de sécurité s’accompagnent de solides liens commerciaux et éducatifs bilatéraux.

La Thaïlande et l’Australie sont membres fondateurs de APEC. En 2005, la Thaïlande et l’Australie ont signé le Accord de libre-échange Thaïlande-Australie (TAFTA) et le Accord de libre-échange ASEAN-Australie-Nouvelle-Zélande (AANZFTA) en 2010. Tous deux ont également coopéré à la récente Partenariat économique régional global (RCEP). Cela montre que les intérêts de la Thaïlande et de l’Australie se chevauchent – indiquant des domaines de préoccupation commune.

Comme l’Australie (et malgré des rapports contraires) La Thaïlande reste un allié du traité américain. Tout comme la Thaïlande, l’Australie s’investit dans le grand projet asiatique de coopération régionale et un avantage mutuel. En tant que puissances moyennes, toutes deux ont des raisons de partager leurs idées et de travailler en collaboration – comme elles l’ont fait auparavant au Timor oriental en 1999 et au Cambodge au début des années 90. Ce partage de points de vue est devenu particulièrement important à la lumière du retrait transactionnel américain apparent du leadership idéationnel observé ces dernières années.

Réflexion sur l’Australie forces, faiblesses, opportunités et menaces géostratégiques, La Thaïlande et l’Australie sont confrontées à des défis similaires liés à une combinaison de contestation de grande puissance, de catastrophe environnementale imminente et d’un éventail de défis de gouvernance. Cette confluence de facteurs et d’intérêts communs anime le désir d’un partenariat stratégique entre ces deux nations.

En réfléchissant à la politique intérieure de la Thaïlande, certains peuvent se demander pourquoi l’Australie a signé un partenariat stratégique global avec la Thaïlande à ce stade.

Une collaboration récente Centre de gravité Un article entre l’ANU et l’Université Thammassat a montré que l’Australie a un intérêt pour la réforme politique en Thaïlande, mais cet intérêt est modéré par un calcul stratégique. En substance, les dirigeants australiens cherchent à rester en bons termes avec leurs homologues thaïlandais, les gouvernements thaïlandais successifs ayant été en bons termes avec leurs homologues australiens.

Dans un calcul impertinent, le gouvernement australien reconnaît un alignement d’intérêts qui motive une volonté de maintenir des liens aussi étroits que possible avec la Thaïlande, malgré des turbulence politique intérieure et divergence de vues. À son tour, après près de 70 ans de relations diplomatiques officielles, le gouvernement thaïlandais apprécie cette position calculée. Il y a plus en commun pour justifier le partenariat stratégique que beaucoup ne le pensent.

John Blaxland est professeur d’études sur la sécurité internationale et le renseignement au Centre d’études stratégiques et de défense de l’Université nationale australienne.

Source : East Asia Forum


En savoir plus sur Info Asie

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

En savoir plus sur Info Asie

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading