La lente reprise économique de la Thaïlande

Auteur: Juthathip Jongwanich, Université Thammasat

Les performances économiques de la Thaïlande au troisième trimestre de 2020 ont montré des signes prometteurs de reprise au milieu de la pandémie de COVID-19 en cours.

La contraction du PIB est tombée à 6,4 pour cent d’une année sur l’autre, contre 12 pour cent au deuxième trimestre.

Les signes de reprise dans des secteurs clés tels que l’électronique et l’électroménager, le secteur automobile et les plastiques sont des points positifs.

Le rythme de la reprise économique en Thaïlande a été plus lent que dans les pays voisins tels que la Malaisie, le Vietnam et la Chine, notamment en termes de production industrielle et de services.

Cela s’explique en partie par l’inadéquation des politiques de la Thaïlande pendant le verrouillage, en particulier ses mesures fiscales et ses initiatives de prêt spéciales pour aider les entreprises vulnérables à maintenir leurs flux de trésorerie et à réduire les coûts de production.

Il n’y avait pas non plus de politique claire visant directement le maintien de l’emploi dans des industries telles que le tourisme qui ont été durement touchées par le COVID-19.

Les mesures fiscales destinées à soutenir les entreprises se limitaient pour la plupart à un report de trois mois de paiement des impôts et à une accélération des remboursements d’impôts, tandis que d’autres comme la Malaisie, la Chine, la Corée du Sud et le Japon ont proposé des réductions d’impôts.

La Corée du Sud a autorisé le report du paiement des impôts pendant neuf mois; le Japon l’a offert pendant près d’un an.

Singapour, la Malaisie et le Vietnam ont tous offert des subventions salariales aux petites et moyennes entreprises (PME) pour aider à retenir les employés.

La politique de la Thaïlande se limitait à réduire le taux de cotisation à la Caisse de sécurité sociale (SSF), à prolonger la durée de soumission des formulaires de cotisation et à fournir des fonds spéciaux pour la formation professionnelle.

Heureusement, les travailleurs enregistrés auprès de la SSF, les travailleurs indépendants, les personnes vulnérables et les travailleurs à faible revenu ont reçu une aide financière du gouvernement, bien que les paiements aient été retardés.

La banque centrale a offert 500 milliards de bahts (16,7 milliards de dollars EU) de prêts à des conditions de faveur dans le cadre d’un budget de 1,9 billion de bahts (63,4 milliards de dollars EU) (environ 14% du PIB) pour apporter des remèdes, stimuler l’économie et améliorer le potentiel de production dans plusieurs secteurs.

L’accessibilité de ces prêts a été remise en question – en novembre 2020, seuls 25% d’entre eux avaient été contractés. Les conditions d’éligibilité à l’emprunt, la durée du prêt, la rapidité du processus d’approbation des prêts et les conditions de garantie des prêts restent en discussion.

Après avoir complètement levé son verrouillage en juillet 2020, le gouvernement a introduit une série de mesures plus ciblées pour stimuler l’économie.

Par exemple, la banque centrale a étendu les mesures d’allégement de la dette des PME qui ont commencé en avril 2020, mais uniquement pour certaines entreprises qui ne peuvent pas rembourser les prêts aux institutions financières. Ces mesures ciblées prendront fin le 30 juin 2021.

Environ 25 milliards de bahts (835 millions de dollars EU) ont été alloués pour soutenir le tourisme et les industries connexes. Le plan de relance «  We Travel Together  » lancé en juillet 2020 et se terminant en avril 2021 verra le gouvernement subventionner en partie certaines dépenses touristiques, notamment l’hébergement à l’hôtel, les billets d’avion et d’autres activités touristiques. De telles mesures soutiendront probablement la reprise économique.

En octobre, le gouvernement a offert une quote-part inconditionnelle à 10 millions de citoyens thaïlandais pour l’achat de produits quotidiens, à l’exclusion de l’alcool et du tabac, dans l’espoir de stimuler la consommation privée. Dans le cadre de ce programme, le gouvernement subventionne la moitié du coût des achats avec une quote-part quotidienne maximale de 150 bahts (5 USD) par jour, soit un total de 3000 bahts (100 USD) par personne, pendant trois mois maximum.

Le programme était extrêmement populaire et, en décembre, le Cabinet l’a étendu pour couvrir 5 millions de personnes supplémentaires et a porté le montant total de la subvention à 3500 bahts (117 $ US) par personne. Les 10 millions de personnes d’origine ont également reçu 500 bahts supplémentaires (17 $ US) chacun.

En l’absence de conditions de revenu, l’égalité d’accès au régime posait problème et de nombreux candidats se plaignaient de perdre leur chance de bénéficier du régime. Dans quelle mesure le régime stimulera la consommation reste à voir puisque les subventions durent jusqu’à trois mois. Plutôt que de stimuler l’économie comme prévu, le programme peut être simplement palliatif.

Bien qu’une série de mesures aient été mises en œuvre, certains aspects clés de la performance économique de la Thaïlande semblent sombres.

Le nombre de chômeurs est passé à plus de 800 000 en octobre 2020 contre 370 000 seulement en 2019, tandis que la part de l’investissement privé dans le PIB au troisième trimestre 2020 est tombée à son plus bas niveau (14%) depuis 2003. La dette des ménages a atteint 83,8. pour cent du PIB en octobre, le niveau le plus élevé en 18 ans.

Pour résoudre ces problèmes, la Thaïlande a besoin de davantage de politiques de stimulation de l’emploi, d’un programme approprié de restructuration de la dette et de mesures de stimulation de la croissance à moyen et long terme.

Le gouvernement thaïlandais a préparé un budget de 400 milliards de bahts (13,3 milliards de dollars EU) pour améliorer le potentiel de production et la compétitivité dans plusieurs secteurs. Mais le projet de budget ne représentait que 17 pour cent de ce chiffre et ne mentionnait que trois industries: l’agriculture, le tourisme et le textile. Les projets concernant l’économie numérique, l’économie «verte» et la logistique sont insuffisants.

Pour faire avancer ces projets, le gouvernement thaïlandais doit continuer à développer le capital humain du pays dans le climat actuel de transformation numérique. Le chevauchement des politiques et les échecs de coordination entre les institutions doivent être résolus.

Les infrastructures, y compris la gouvernance électronique, les investissements dans la 5G et le haut débit abordable et fiable dans les zones reculées doivent être prioritaires. La gestion appropriée de la pandémie, y compris les tests, le traçage et la manipulation des vaccins, ainsi que les récents défis politiques du pays sont également essentiels pour faire avancer l’économie en 2021.

Juthathip Jongwanich est professeur associé à la Faculté d’économie et au pôle de recherche sur la compétitivité internationale de l’Université Thammasat.

Cet article fait partie d’un EAF série de fonctions spéciales sur 2020 en revue et l’année à venir.

Source : East Asia Forum