East Asia Forum

Auteur : Juthathip Jongwanich, Université Thammasat

L’invasion sans précédent de l’Ukraine par la Russie menace la reprise économique post-COVID de l’Asie du Sud-Est. Bien que ces pays aient peu de liens économiques directs avec la Russie ou l’Ukraine, le conflit fait flamber les prix de diverses matières premières, notamment le pétrole, le nickel, le blé et le maïs. Cela est particulièrement préoccupant pour la Thaïlande, le Vietnam et Singapour en tant qu’importateurs nets de ces produits.

Les prix du brut West Texas Intermediate et du pétrole brut Brent ont presque doublé par rapport à la même période l’an dernier, tandis que l’indice Thomson Reuters/Core Commodity a grimpé de 33 % depuis le début de 2022. prix, affectant à la fois les producteurs et les consommateurs de la région.

L’inflation des prix à la production et à la consommation en Thaïlande, par exemple, a atteint 11,44 % et 5,73 % en glissement annuel en mars, contre 8,7 % et 3,23 % respectivement en janvier. Bien que l’effet ne se soit pas encore fait sentir sur l’inflation globale des prix à la consommation au Vietnam, en Malaisie et en Indonésie, leur inflation se situant toujours autour de 2,2 à 2,6 %, l’impact de la hausse des prix du pétrole se fait sentir dans des sous-groupes de prix à la consommation, tels que les transports , logement, électricité, gaz et autres combustibles. Au Vietnam, la pénurie d’essence laisse certaines stations sans essence à vendre, et il est allégué que les entreprises accumulent de l’essence en attendant la flambée des prix.

Les hausses des prix des produits de base ont eu des effets différents dans la région. Cela n’est pas surprenant car divers facteurs, notamment le rythme de leur rebond économique post-COVID et le rythme différent de reprise de la demande, influencent les effets de flux. L’intervention du gouvernement, comme les subventions énergétiques, pourrait aider à atténuer les effets de la flambée des prix du pétrole sur l’inflation, en particulier en Indonésie. Selon la Fossil Fuel Subsidies Database – IEA, les subventions aux carburants en Indonésie représentaient environ 0,6 % du PIB en 2020, contre 0,1 % en Thaïlande et au Vietnam la même année.

En Indonésie, en Malaisie et aux Philippines, la consommation de pétrole et d’énergie est relativement faible, ce qui pourrait contribuer à limiter les effets de la hausse des prix du pétrole sur l’inflation. À Singapour et en Thaïlande, la consommation relativement élevée d’essence et d’énergie se traduira probablement par une hausse des prix du pétrole qui se répercutera plus rapidement sur les prix intérieurs.

En ce qui concerne les prix alimentaires, l’Indonésie, la Malaisie, les Philippines et le Vietnam souffriront probablement plus que d’autres, car la consommation par habitant d’aliments de base comme le blé est relativement élevée. Néanmoins, le contrôle des prix et les subventions directes aux ménages contribueront à atténuer l’impact des hausses des prix alimentaires et à limiter la capacité des entreprises à répercuter ces coûts plus élevés sur les consommateurs.

Les prix des matières premières devraient rester élevés dans un contexte de sanctions économiques imposées à la Russie et de lenteur des progrès concernant un cessez-le-feu en Ukraine. Alors que la demande des consommateurs continue de se remettre du COVID et des hausses prolongées des prix des matières premières, les craintes de « stagflation » dans la région ont été ravivées. Alors que la pandémie a interrompu les efforts visant à réduire la pauvreté et à accroître les inégalités, une nouvelle détérioration du pouvoir d’achat des citoyens à revenu faible et intermédiaire suscite des inquiétudes quant à la réalisation d’une reprise harmonieuse et durable dans la région.

À court terme, des systèmes de soutien gouvernementaux conçus pour protéger les personnes à faible revenu sont nécessaires pour assurer une reprise en douceur et durable. Ce soutien devrait inclure des contrôles des prix alimentaires, des subventions aux carburants et des plafonds sur les prix départ raffinerie et de détail.

L’Indonésie et la Malaisie, en tant qu’exportateurs nets de pétrole, sont dans une meilleure position que d’autres, car les hausses des prix du pétrole contribueront à atténuer dans une certaine mesure les dettes publiques liées à la pandémie. Pour les autres pays d’Asie du Sud-Est, des plans concrets visant à générer des revenus solides devraient être mis en œuvre après avoir montré des signes plus forts de reprise économique pour répondre aux craintes concernant le surendettement public. Singapour, par exemple, prévoit d’augmenter la TPS, avec un système de remboursement pour les personnes à faible revenu, à partir de 2023 – et de l’étendre à davantage de produits, y compris les biens importés de faible valeur et les ventes en ligne de biens de faible valeur par des fournisseurs étrangers.

Les banques centrales doivent être prudentes quant au resserrement de la politique monétaire, en particulier en Thaïlande, où les signes de reprise de la croissance sont plus faibles qu’ailleurs dans la région, et où les chocs d’offre continuent d’influencer fortement les prix et les anticipations d’inflation. Les taux de change doivent être surveillés de près afin d’éviter des hausses déraisonnables des prix à l’importation et de soutenir les exportations, qui ont jusqu’à présent été le principal moteur de la reprise économique dans la région. La poursuite de la libéralisation du commerce et de l’investissement pourrait, dans une certaine mesure, contribuer à alléger les charges à l’importation et, à terme, améliorer la capacité d’exportation des entreprises de la région.

Les gouvernements des pays d’Asie du Sud-Est, en particulier les pays importateurs de pétrole, peuvent essayer d’obtenir des fournisseurs de pétrole alternatifs tels que le Venezuela et l’Arabie saoudite, mais doivent être prudents lorsqu’ils réagissent à une éventuelle réorientation des exportations d’énergie de la Russie vers l’Asie. Ils peuvent également fournir un soutien via l’ASEAN pour pousser les pays membres de l’OPEP et de l’AIE à augmenter l’offre afin d’atténuer les pressions sur les prix. Coopérer avec plusieurs secteurs pour améliorer l’efficacité énergétique pourrait également aider à freiner la flambée des prix intérieurs. Diversifier les approvisionnements énergétiques, en particulier en encourageant une énergie plus verte, serait également un moyen plus durable de lutter contre la volatilité des prix du pétrole à l’avenir.

Juthathip Jongwanich est professeur agrégé à la Faculté d’économie et au Pôle de recherche sur la compétitivité internationale de l’Université Thammasat.

Source : East Asia Forum

Newsletter Hebdo

Recevez notre sélection hebdomadaire d'articles publiés sur InfoAsie

You May Also Like

Chronique de Thaïlande : la grande bavarde

Face aux critiques, l’armée thaïlandaise réagit par la menace de la force. Une attitude inchangée depuis des décennies.

Thaïlande : une mystérieuse unité brutalise des prisonniers

Des violences ont été exercées dans plusieurs prisons du royaume par des policiers vêtus de noir alors que les autorités carcérales multiplient les fouilles.

Thaïlande : un roi en Suisse, une plongée dans la jeunesse de Bhumibol

Un ouvrage précis décrit l’enfance et l’adolescence helvétiques du roi de Thaïlande et enrichit la connaissance de ce sujet peu traité.