East Asia Forum

Auteur : Thong Anh Tran, ANU

Le fleuve Mékong est l’élément vital des pays de la région du Mékong, mais ces dernières années ont vu les débits d’eau diminuer de manière récurrente et les processus d’intrusion d’eau salée s’accélérer dans le delta vietnamien du Mékong. Ces défis hydrologiques transfrontaliers ont des effets néfastes sur des millions de personnes vivant dans le delta, dont les moyens de subsistance dépendent du Mékong.

Le changement climatique a joué un rôle à travers les effets de la réduction des précipitations, de la hausse des températures et des phénomènes météorologiques extrêmes. Mais de nombreux chercheurs soutiennent que ces transformations ne peuvent pas être uniquement attribuées au changement climatique – et qu’une partie importante de l’explication réside dans l’exploitation de barrages hydroélectriques à grande échelle dans les tronçons supérieurs du fleuve.

Avec un rôle de contrôle dans le delta, certains affirment que la Chine retient une quantité importante d’eau pour le bien de son propre développement, avec des répercussions et des coûts pour les utilisateurs en aval. L’Accord du Mékong de 1995 confère à la Chine l’autorité et les mécanismes statutaires pour retenir l’eau pour son propre « usage raisonnable et équitable », bien que cette définition soit nuancée et compliquée, comme l’a noté la Commission du Mékong. Les pays en aval, notamment le Laos, contribuent également au problème en poursuivant la construction d’un large éventail de barrages, tant dans les affluents que dans le courant principal.

Le débat en cours sur le rôle médiateur des barrages chinois dans la régulation des débits d’eau en aval se poursuit. Beaucoup expriment leurs doutes quant au rôle que joue la Commission du Mékong dans la surveillance des régimes hydrologiques sur toute l’étendue géographique du Mékong, en dehors du centre de connaissances qui fonctionne bien qu’elle fournit aux pays du Mékong.

La fragmentation du Mékong due à la construction de barrages hydroélectriques à grande échelle illustre l’incapacité des États en aval à façonner la définition de l’utilisation « raisonnable et équitable » en une définition axée sur des objectifs régionaux, plutôt que centrée sur les intérêts nationaux.

Mais il y a eu quelques succès. Plus particulièrement, le moratoire sur la construction de deux grands projets hydroélectriques – Sambor et Stung Treng – par le gouvernement cambodgien est un signe positif que les pays en aval reconnaissent et réagissent aux implications transfrontalières négatives. Cela dit, la décision ne peut être qu’à court terme, car il s’agit d’un engagement national avec des limites juridictionnelles étroites. La complexité des implications des eaux transfrontalières ne peut être abordée de manière significative par des actions nationales fragmentées.

On se demande si le Vietnam est en mesure de faire face à la complexité des défis liés à l’eau transfrontalière auxquels sont confrontées les communautés agraires du delta. Les barrages hydroélectriques dans les hauts plateaux du centre du Vietnam ont un impact dévastateur sur les zones en aval. Cela place le Vietnam dans une position délicate compte tenu de l’engagement des entreprises vietnamiennes dans la construction du barrage hydroélectrique principal de Luang Prabang et d’autres barrages au Laos. Quelle que soit la logique de cet investissement dans le projet de Luang Prabang, bénéficier ainsi des développements en amont remet en cause tous les arguments que le Vietnam pourrait faire valoir sur les conséquences négatives en aval dans le delta.

Il y a beaucoup d’incertitude quant aux changements à plus long terme du régime hydrologique du Mékong. Mais une émigration importante du delta se produit déjà, les ruraux pauvres abandonnant le delta à la recherche d’un emploi dans les zones urbaines. Cependant, la manière dont les gouvernements nationaux réagiront aux effets du changement climatique n’est pas claire. Le Cambodge, par exemple, décidera-t-il de réactiver ses projets de construction de barrages ? Si c’est le cas, les processus qui sont déjà en cours dans le delta s’accéléreraient, avec des implications importantes pour la population du delta.

Les transformations hydrologiques transfrontalières présentent des risques sans précédent pour le delta. À l’échelle locale, une combinaison de mesures de contrôle et d’adaptation a été entreprise pour faire face aux externalités. Mais ces efforts locaux sont insuffisants en tant que solution à long terme aux défis émergents. Au contraire, cela exige la forte détermination du gouvernement vietnamien à faire avancer un programme qui établira une plate-forme de dialogue à l’échelle du Mékong pour diagnostiquer et résoudre les défis de la gestion des eaux transfrontalières. Une coopération significative en vue d’améliorer les conditions hydrologiques du Mékong doit également être facilitée et les bénéfices partagés entre les pays en amont et en aval.

À l’échelle régionale, il est temps pour les pays riverains du Mékong et la Commission du Mékong de regarder au-delà de leurs pratiques habituelles. Au lieu de compter uniquement sur des projets hydroélectriques qui ont causé des conséquences transfrontalières préjudiciables, les solutions énergétiques alternatives doivent être renforcées. Il existe un grand potentiel d’investissement dans des projets solaires et éoliens, en particulier sur la côte vietnamienne. Mais alors que ces voies de développement énergétique progressent, la vie de millions d’habitants du Mékong reste suspendue à l’incertitude caractérisée par la bienveillance sporadique des pays en amont ainsi qu’à leur forte volonté politique de comprimer de plus en plus les flux du Mékong.

Thong Anh Tran est maître de conférences honoraire à la Fenner School of Environment and Society, College of Science, The Australian National University et chercheur à la Fulbright University Vietnam.

Ce travail s’inscrit dans le cadre du projet « Gouvernance durable des biens communs environnementaux transfrontaliers en Asie du Sud-Est », financé par le Conseil de recherche en sciences sociales du ministère de l’Éducation de Singapour.

Source : East Asia Forum

Newsletter Hebdo

Recevez notre sélection hebdomadaire d'articles publiés sur InfoAsie

You May Also Like

Mitsubishi se retire de la centrale à charbon du Vietnam en raison des préoccupations climatiques

TOKYO – La maison de commerce japonaise Mitsubishi Corp. a décidé jeudi…

La voie du Vietnam sur le COVID-19 et la corruption

Auteur : David Brown, Californie Le COVID-19 s’est déchaîné au Vietnam en…

Vietnam : des instructions pour se suicider sur la Toile

Des Vietnamiens ont récemment découvert sur la Toile, à la portée d’adolescents, des sites qui décrivent différentes façons de se suicider. Un véritable choc.