Catégories
Thaïlande

Affiner les relations entre l’Australie et la Thaïlande

Auteur : Melissa Conley Tyler, AP4D

Cette semaine, la ministre australienne des Affaires étrangères, Penny Wong, sera en visite en Thaïlande. 2022 marque le 70e anniversaire des relations Australie-Thaïlande, avec un logo spécial d’un kangourou et d’un éléphant «  marchant ensemble  » créé pour célébrer l’occasion.

Des efforts considérables sont déployés dans les relations bilatérales, notamment un plan d’action conjoint pour mettre en œuvre le partenariat stratégique 2020 qui a récemment été annoncé. En complément du travail en cours au niveau officiel, la Fondation Asie et l’Université nationale australienne ont récemment tenu un dialogue sur le renforcement des relations dans les domaines de la sécurité, du commerce, du climat et du développement.

Quelles sont les perspectives et les limites d’une collaboration accrue entre ces deux moyennes puissances asiatiques ?

En surface, la relation est très positive. L’ambassadeur thaïlandais en Australie Busadee Santipitaks fait référence à des « liens d’amitié et de coopération de longue date », tandis que l’ancien ambassadeur australien Bill Paterson décrit la relation comme « de longue date, étroite, chaleureuse, en grande partie sans problème et largement compatible avec les politiques ». Il existe de solides relations entre les peuples grâce à l’éducation et au tourisme.

La relation de défense est également ancienne et profonde. Les Forces armées royales thaïlandaises regorgent d’anciens élèves d’institutions australiennes, notamment du Staff College, de l’UNSW Canberra et – dans le cas de l’ancien élève le plus célèbre, le roi Rama X – du Collège militaire royal de Duntroon.

Il existe une longue histoire d’exercices militaires et de maintien de la paix conjoints. Cela a conduit au respect mutuel et à la facilité de travailler ensemble, par exemple dans les missions au Timor-Leste. La déclaration de partenariat stratégique 2020 couvre une coopération renforcée dans les domaines de la défense et de la sécurité, de la cybersécurité, de la lutte contre le blanchiment de capitaux et de la criminalité transnationale.

Mais la différence fondamentale dans la façon dont l’Australie et la Thaïlande voient les États-Unis et la Chine met un plafond à cette coopération. La Thaïlande ne considère pas la Chine comme une menace de la même manière que l’inquiète Australie. Bien que la Thaïlande soit un allié conventionnel des États-Unis, sa relation avec les États-Unis est beaucoup plus délicate que la relation plus institutionnalisée de l’Australie.

La Thaïlande cherche un équilibre d’influence étrangère plutôt que de s’aligner sur une grande puissance. Il a tendance à éviter la confrontation et à promouvoir l’harmonie, ce qui signifie qu’il craint que la position de l’Australie sur la Chine n’alimente l’escalade.

L’Australie présente maintenant des initiatives comme AUKUS et le Quad comme un acte d’équilibre qui aide à maintenir l’espace pour les pays de la région. Il présente ses objectifs en termes de soutien à un équilibre stratégique « où les pays ne sont pas obligés de choisir mais peuvent faire leurs propres choix souverains… concernant leurs alignements et leurs partenariats ». Cela correspond davantage aux vues thaïlandaises.

Mais la divergence stratégique limite la portée de la coopération. L’autre facteur qui limite la coopération est la tendance autoritaire du système politique thaïlandais. L’Australie est pragmatique dans la façon dont elle s’engage avec le gouvernement post-coup d’État. Mais dans un espace encombré, cela a un impact sur l’endroit où se concentrer et donner de l’énergie.

L’Australie ne peut qu’être déçue de l’incapacité de la Thaïlande à apporter une contribution positive à la détérioration de la situation au Myanmar. Les liens militaires étroits entre la Thaïlande et le Myanmar suggèrent qu’il existe un potentiel d’influence. L’Australie pourrait espérer un soutien thaïlandais aux pays de l’ASEAN qui ont réagi avec force à la crise.

Alors que la Thaïlande reste réticente à jouer un rôle de pacificateur, elle s’est montrée intéressée à poursuivre sa collaboration avec l’Australie sur des programmes de développement dans le Mékong. La Thaïlande et l’Australie se soucient toutes deux du développement dans les autres soi-disant « ACMECS » – le Laos, le Vietnam, le Cambodge et le Myanmar – il est donc possible que l’Australie et la Thaïlande travaillent ensemble dans le cadre des ambitions de la Thaïlande dans la région. Alors que l’Australie stabilise et augmente ses programmes de développement en mettant clairement l’accent sur l’Asie du Sud-Est, la coopération au développement peut fournir un programme positif pour une action commune.

Il est difficile de voir un changement significatif dans le commerce. Le commerce entre l’Australie et la Thaïlande est soutenu non pas par un mais par trois accords commerciaux – l’accord de libre-échange Thaïlande-Australie, la zone de libre-échange ASEAN-Australie-Nouvelle-Zélande et le partenariat économique global régional. Cela donne à penser que les deux gouvernements ont probablement fait tout ce qu’ils pouvaient. Maintenant, l’industrie doit développer un intérêt.

Les entreprises australiennes qui tentent de se diversifier en dehors des marchés chinois pourraient remarquer les opportunités de la deuxième économie de l’ASEAN. Mais la plupart négligeront probablement ces possibilités en raison de contraintes culturelles, linguistiques et réglementaires ainsi que d’un manque de compréhension du marché.

Un domaine de coopération qui suscite l’enthousiasme est celui de l’énergie et de l’eau, dans lequel le changement de la politique climatique de l’Australie a ouvert des opportunités illimitées. Maintenant que Canberra vise à devenir une superpuissance des énergies renouvelables, il existe un soutien officiel à l’engagement dans des domaines tels que les panneaux solaires flottants, le stockage d’énergie par batterie, l’hydrogène vert et l’intégration des énergies renouvelables dans les réseaux.

Étant donné que la plupart des voitures vendues en Australie sont fabriquées en Thaïlande, il existe un réel potentiel pour promouvoir l’adoption des véhicules électriques. Un dialogue sur la politique énergétique entre l’Australie et la Thaïlande explore ces domaines de coopération.

La « méthode de l’ASEAN » consiste à instaurer la confiance en sélectionnant des « fruits à portée de main » plutôt que de se concentrer sur les grandes différences. Pour faire progresser les relations Australie-Thaïlande, l’Australie doit travailler à partir de petits problèmes réalisables plutôt que de se concentrer sur les différences stratégiques très réelles. Cette approche donne au kangourou et à l’éléphant un moyen d’avancer ensemble.

Melissa Conley Tyler est directrice exécutive du dialogue Asie-Pacifique sur le développement, la diplomatie et la défense (AP4D)

Source : East Asia Forum


En savoir plus sur Info Asie

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

En savoir plus sur Info Asie

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading