Catégories
Thaïlande

Les Thaïlandais votent au milieu du spectre d’un coup d’État post-électoral

Auteur : Paul Chambers, Université de Naresuan

Le 14 mai 2023, la Thaïlande organisera des élections générales. Selon la plupart des sondages, le parti le plus populaire est à nouveau le Pheu Thai – la troisième incarnation (après la dissolution de deux partis) d’un parti fondé par l’ancien Premier ministre populiste Thaksin Shinawatra. Shinawatra et sa sœur, l’ancien Premier ministre Yingluck Shinawatra, ont été chassés lors de coups d’État militaires en 2006 et 2014 respectivement. Pourtant, le plus grand danger pour la démocratie thaïlandaise est que le résultat électoral de 2023 soit balayé par un coup d’État judiciaire.

La Thaïlande a connu 14 coups d’État réussis menés par l’armée, qui jouit d’une impunité juridique presque totale. En 2023, la démocratie thaïlandaise reste fondamentalement défaillante. En effet, un « triangle de fer » comprenant des membres de la Commission électorale, qui supervise les élections, des juges de la Cour constitutionnelle, qui interprète le droit constitutionnel, et des sénateurs, qui peuvent participer à la sélection du Premier ministre, a été nommé par la junte 2014-2019. De nombreux Thaïlandais pensent avec découragement que des corps «indépendants» empilés «couperont» l’élection des électeurs via la dissolution des partis.

Deux des partis en lice pour les élections de 2023 sont des mandataires pro-junte de généraux à la retraite – Palang Pracharat, dirigé par le vice-Premier ministre Prawit Wongsuwan, et l’archi-royaliste Ruam Thai Sang Chart, dirigé par le Premier ministre Prayut Chan-o-cha. Prawit est un négociateur opportuniste politique désireux de négocier avec Thaksin. Prayut est un archi-royaliste beaucoup plus proche de l’ancienne reine de Thaïlande que du roi actuel et ne coopérera pas avec Thaksin.

Pendant ce temps, le roi est omnipotent en Thaïlande. Il jouit de l’impunité en vertu de la loi thaïlandaise et est indirectement en mesure de choisir les hauts dirigeants de l’armée et de la police. Tout nouveau gouvernement doit être approuvé par lui. Compte tenu de son autorité sur le système politique, les partis considérés comme archi-royalistes pourraient avoir de meilleures chances d’être favorisés par le palais et ses loyalistes.

Alors que d’autres partis de taille moyenne, y compris le Parti démocrate et le Parti Bhumjaithai, faisaient partie du gouvernement pro-militaire post-2019, le grand Pheu Thai et Move Forward de taille moyenne sont les seuls partis progressistes en compétition dans le scrutin de 2023 suffisamment important pour construire une coalition.

Mais la commission électorale pourrait priver ces partis de la victoire, comme cela s’est produit lors des élections de 2019. Lors du scrutin de 2019, le Pheu Thai a initialement formé une coalition de 255 sièges sur 500 – une majorité digne de gouverner. Quelques jours plus tard seulement, la Commission électorale a annoncé un changement dans l’interprétation des calculs de la liste des partis, laissant la coalition dirigée par le Pheu Thai avec 245 sièges sur 500. Le Palang Pracharat pro-militaire a alors pu former une coalition au pouvoir.

Une autre possibilité est que la Cour constitutionnelle royaliste puisse organiser un «coup d’État» judiciaire en dissolvant les partis, comme elle l’a fait en 2007 et 2020. Parmi les violations présumées déjà signalées figurent le fait que certains politiciens interdits ont pris la parole publiquement lors de rassemblements pour Pheu Thai ou Move Forward. Parmi les autres accusations portées contre le Pheu Thai, il y a celle d’avoir illégalement promis de donner des actifs aux électeurs. Des allégations de dons illégaux ont également été faites contre Bhumjai Thai et Palang Pracharat.

Les plaintes font actuellement leur chemin jusqu’à la Cour constitutionnelle. Si la Cour dissout un parti, ses dirigeants perdent leur statut de députés et sont interdits de politique pendant 10 ans. Les députés non exécutifs pourraient passer à un autre parti. Mais immédiatement après une élection, ces députés pourraient ne pas siéger à la chambre basse, ce qui pourrait affecter le résultat électoral.

Il est révélateur que les principales affaires de dissolution visent les partis non gouvernementaux très populaires – le Bhumjaithai et le Palang Pracharat de Prawit. Il n’y a qu’une affaire mineure contre le parti de Prayut. Les démocrates royalistes – dont certains s’opposent aux partis affiliés à la junte Palang Pracharat et Ruam Thai Sang Chart – n’ont encore fait face à aucune accusation. Le Pheu Thai a anticipé sa possible destruction et a déclaré que sa dissolution priverait les électeurs de leurs droits, nuirait à la démocratie et conduirait à un nouveau cycle de crise politique en Thaïlande.

Mais si Pheu Thai et Move Forward remportent suffisamment de sièges, leur dissolution pourrait conduire à des manifestations massives contre le gouvernement. En réponse, le roi peut approuver un coup d’État, qui serait mené par le commandant de l’armée, le général Narongphan Jitkaewthae, qui est plus proche du roi que Prayut. Le conseiller principal du palais et ancien chef de l’armée Apirat Kongsompong deviendrait probablement le Premier ministre nommé.

Si les élections de 2019 offrent une autre leçon, une forme d’assurance plus sûre pourrait consister à éviter de bouleverser le statu quo. Après l’élection, Pheu Thai pourrait soit rejoindre l’opposition parlementaire, soit une coalition au pouvoir sous le parti de Bhumjai Thai ou de Prawit. Compte tenu de son histoire de négociation, Pheu Thai pourrait accepter cette voie. Parce que Move Forward donnerait la priorité au maintien de son image pro-démocratique en restant dans l’opposition plutôt qu’en travaillant avec des partis pro-militaires, c’est le parti le plus susceptible d’être dissous comme son prédécesseur Future Forward.

A l’approche des élections du 14 mai, la concurrence démocratique entre les partis et les candidats s’est superficiellement révélée forte. Mais comme en 2019, c’est en période post-électorale en Thaïlande que les institutions archi-royalistes peuvent intervenir. Si un autre coup d’État judiciaire se produit en 2023, la Thaïlande pourrait bientôt se retrouver avec un autre Premier ministre affilié à l’armée. Une deuxième élection non démocratique consécutive intensifiera la frustration des Thaïlandais à la recherche de changements politiques majeurs.

Le Dr Paul Chambers est chargé de cours au Centre d’études communautaires de l’ASEAN, à l’Université de Naresuan, en Thaïlande, et a publié de nombreux articles sur les affaires militaires en Asie du Sud-Est. Il est également co-auteur avec Napisa Waitoolkiat de Khaki Capital: The Political Economy of the Military in Southeast Asia.

Source : East Asia Forum


En savoir plus sur Info Asie

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

En savoir plus sur Info Asie

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading