La reprise économique post-pandémique de la Thaïlande reste à la traîne

Contrairement à d’autres pays de l’ASEAN, le PIB réel et le PIB par habitant de la Thaïlande n’ont pas encore dépassé les chiffres d’avant la pandémie. L’économie thaïlandaise a été durement touchée par le COVID-19 et a connu une reprise économique relativement lente. L’importante économie informelle de la Thaïlande et sa dépendance à l’égard du tourisme ont rendu l’économie particulièrement vulnérable à la pandémie.

La légère croissance économique en 2023 a été principalement tirée par les activités du secteur du voyage, mais le secteur manufacturier a continué de se contracter. Les exportations de marchandises, qui constituent l’épine dorsale de l’économie thaïlandaise, ont continué de décliner.

Les politiques économiques à court terme du nouveau gouvernement comprennent un paiement unique en espèces numérique à environ 50 millions d’habitants à travers le pays, un allégement de la dette visant à lutter contre les usuriers illégaux et des efforts pour réduire les coûts de l’énergie et des trains électriques. Ses mesures économiques à moyen et long terme comprennent de nouveaux accords de libre-échange, des projets d’industrie verte et un projet de pont terrestre reliant le golfe de Thaïlande à la mer d’Andaman.

Même si le projet de portefeuille numérique a fait l’objet de critiques de la part d’économistes thaïlandais, notamment de deux anciens gouverneurs de la Banque de Thaïlande, le gouvernement a décidé de le poursuivre. Les enjeux économiques sont importants en raison du budget de 500 milliards de bahts (14 milliards de dollars) du projet et du nombre de bénéficiaires.

Ces dépenses financées par la dette ont des implications budgétaires importantes. Après une décennie de ratio dette/PIB stable d’environ 42 % entre 2009 et 2018, le ratio dette publique/PIB de la Thaïlande a fortement augmenté, passant de 41,6 % en 2019 à 62,44 % en 2023. L’époque de la dette publique thaïlandaise est révolue. les faibles coûts d’emprunt, un plan budgétaire crédible est donc nécessaire pour garantir que ce système de portefeuille numérique n’empêchera pas d’autres politiques économiques et sociales.

Depuis plusieurs décennies, le commerce international est un moteur essentiel de la petite économie ouverte de la Thaïlande. La croissance tirée par le commerce a accéléré la transformation structurelle, c’est-à-dire le retrait de la population de l’agriculture. Le gouvernement utilise les accords de libre-échange (ALE) comme outil pour stimuler ce moteur de l’économie. La Thaïlande a signé 14 ALE avec 18 pays et est membre de nombreux ALE régionaux. Le Premier ministre thaïlandais Srettha Thavisin devrait se rendre au Sri Lanka en février 2024 pour signer un ALE.

Même si les tentatives visant à stimuler le commerce sont admirables, les avantages des ALE bilatéraux doivent être pris avec précaution. Depuis 1990, les chaînes de valeur mondiales (CVM) représentent près de la moitié du commerce international de la Thaïlande. Malgré le rôle des CVM dans le développement, il y a eu peu d’activités politiques nationales formelles autour des CVM en 2023.

La signature d’un plus grand nombre d’accords de libre-échange comme alternative à la libéralisation multilatérale n’est peut-être pas la solution miracle comme on l’espérait. Les CVM désignent la dispersion transfrontalière des processus de production au sein d’industries mondiales intégrées, permettant aux entreprises de localiser leurs blocs de production à travers le monde. Les limites juridictionnelles d’un ALE spécifique peuvent ne pas accroître les avantages relatifs en termes de coûts dont bénéficie la Thaïlande.

Les ALE sont compliqués par les règles d’origine. Les CVM signifient que chaque site accomplit des tâches spécifiques au sein du réseau de production, ce qui entraîne une faible valeur ajoutée par unité. L’identification de l’origine des produits pour en déduire des préférences tarifaires peut ne pas être réalisable pour les entreprises des CVM. Cela ne veut pas dire que la plupart des produits sont échangés au-delà des frontières sans droits de douane en raison de l’accord sur les technologies de l’information de l’Organisation mondiale du commerce. L’abaissement des barrières commerciales résultant d’un ALE bilatéral a un effet limité sur la stimulation des CVM et la stimulation des échanges.

Une productivité plus élevée est nécessaire à la reprise économique de la Thaïlande, et il n’est pas certain que la seule stimulation de la demande puisse atteindre l’objectif d’une croissance économique de 5 pour cent en quatre ans. Les contraintes du côté de l’offre pourraient être résolues en favorisant les zones économiques spéciales et les parcs industriels. Un nouveau sous-comité « Facilité de faire des affaires » dans le corridor économique oriental a été créé pour faciliter les investissements en réduisant les formalités administratives et les lourdes procédures administratives. La réalisation ou non des objectifs de croissance économique dépend de la manière dont ces contraintes du côté de l’offre seront résolues.

La politique industrielle est de retour – et pas seulement dans les pays avancés, mais aussi en Indonésie, en Inde et en Malaisie. Ces politiques prennent de nombreuses formes, notamment des injections de capitaux, des prises de participation et des prêts d’État. Les politiques industrielles sont souvent conçues pour accroître la valeur ajoutée nationale. Mais les données recueillies en Indonésie et en Thaïlande montrent que l’accent mis sur la valeur ajoutée nationale est erroné et va à l’encontre du développement issu de la participation aux CVM.

Thavisin a récemment visité des entreprises de l’ASEAN, de Hong Kong et des États-Unis pour attirer les investissements de grandes entreprises telles que Tesla, Microsoft et Google. Mais il n’existe toujours pas de politique industrielle stratégique formelle en Thaïlande, à l’exception de l’accent mis sur les industries de la « courbe en S » et de la « nouvelle courbe en S » dans le cadre de la stratégie de développement industriel Thaïlande 4.0 introduite par l’ancien gouvernement. Le gouvernement devrait veiller à ce que les subventions soient versées aux entreprises plus productives et ayant un effet de création d’emplois élevé.

En 2023, de nombreux groupes d’affaires thaïlandais ont averti que l’instabilité politique pourrait nuire au climat d’investissement, notamment à la confiance des investisseurs étrangers. Le maintien de la stabilité politique est essentiel. L’un des principaux défis pour la Thaïlande en 2024 et au-delà sera de garantir que le gouvernement de coalition actuel dirigé par le parti Pheu Thai puisse garantir une politique stable pour poursuivre les projets économiques comme prévu.

À l’horizon 2024, la Thaïlande est confrontée à plusieurs défis, notamment le vieillissement de la population, les inégalités en matière d’éducation et les tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine. Mais les politiques visant à relever ces défis économiques n’ont pas encore été dévoilées.

Wannaphong Durongkaveroj est professeur adjoint d’économie à l’Université Ramkhamhaeng.

Source : East Asia Forum

Laisser un commentaire