Le grand équilibre des puissances du Vietnam

Avant le passage des relations entre les États-Unis et le Vietnam à un « partenariat stratégique global » en septembre 2023, les observateurs prévoyaient que cette décision provoquerait des réactions négatives de la part de la Chine. Pourtant, Pékin a réagi plutôt modérément et le président chinois Xi Jinping a effectué une visite officielle au Vietnam peu après le président américain Joe Biden. La couverture médiatique chinoise de la visite de Xi a également indiqué que les relations sino-vietnamiennes restent en bons termes.

Ces évolutions positives suggèrent que le Vietnam a trouvé le bon équilibre dans la gestion de ses relations avec les deux principales grandes puissances.

L’une des caractéristiques d’une grande puissance est sa puissance militaire importante et sa volonté de recourir à la force pour défendre ses intérêts clés. Le cas de l’Ukraine démontre qu’une fois qu’une grande puissance a redoublé d’efforts pour recourir à la force, il n’est plus possible de l’arrêter. Cela signifie que l’objectif premier des États petits et moyens dans la gestion des relations avec les grandes puissances doit être de sauvegarder la souveraineté nationale et l’intégrité territoriale tout en minimisant le risque de guerre. Le Vietnam ne fait pas exception à ces menaces.

Le Vietnam a historiquement géré ses relations entre grandes puissances grâce à un système distinctif. équilibre entre les stratégies de dissuasion, d’assurance et de couverture. En tant que pays ayant une longue histoire de lutte contre les invasions, le peuple vietnamien comprend la nécessité de maintenir une force de défense nationale robuste à des fins de dissuasion. Le risque toujours présent de conflit en mer de Chine méridionale a obligé le Vietnam à considérablement moderniser son armée avec un accent particulier sur le développement capacités maritimes. La dissuasion, même si elle n’est pas toujours efficace contre des adversaires déterminés, peut s’avérer efficace pour contrecarrer les agressions opportunistes.

Mais la dissuasion seule est rarement suffisante pour maintenir la paix. Dans certains cas, cela pourrait conduire à des erreurs de calcul s’il n’est pas accompagné d’une diplomatie agile et habile. La Première Guerre mondiale est un cas classique qui montre ce qui peut arriver si la dissuasion est découplée de l’assurance. Pour le Vietnam, l’assurance est la pièce maîtresse d’un effort global visant à gérer les relations avec les grandes puissances. Pour rassurer les grandes puissances, le Vietnam utilise fréquemment tous les canaux diplomatiques disponibles pour signaler de manière crédible qu’il recherche une coopération mutuellement avantageuse et qu’il ne mettra pas en péril la sécurité ou les intérêts d’aucune des parties.

Cette approche est profondément ancrée dans la reconnaissance du fait que même les dirigeants de l’État le plus puissant peuvent se sentir en insécurité et accepter des niveaux de risque extrêmes pour retrouver un sentiment de sécurité. Le Vietnam a donc choisi de encadrer le partenariat avec les États-Unis dans le cadre d’un « partenariat stratégique global pour la paix, la coopération et le développement durable », pour signaler des intentions bienveillantes.

Des responsables vietnamiens et chinois ont également eu des discussions avant avant et après l’amélioration des relations avec les États-Unis, probablement pour rassurer Pékin sur le fait que cette amélioration ne vise pas à contenir la Chine.

Le dernier élément de la grande triade d’équilibrage des puissances du Vietnam est la couverture active. Le rapprochement entre les États-Unis et la Chine a montré aux décideurs politiques vietnamiens que les grandes puissances sont prêtes à conclure des accords dans le dos de leurs alliés juniors lorsque cela sert leurs intérêts. De nombreux documents du Parti communiste vietnamien depuis la fin de la guerre froide ont souligné la nécessité de contrer ces risques en poursuivant la diversification et la multilatéralisation des relations extérieures du Vietnam.

En conséquence, le Vietnam n’a pas rompu ses liens avec la Russie après le déclenchement de la guerre en Ukraine, malgré les pressions importantes de l’Occident. Le Vietnam s’engage également activement auprès de plusieurs puissances moyennes, dont le Japon, l’Inde, la Corée du Sud et l’Australie. En s’engageant auprès de ces pays, le Vietnam renforce son influence diplomatique et accède à divers avantages économiques, militaires et technologiques. Cela évite une dépendance excessive à l’égard d’une seule grande puissance, tout en offrant au Vietnam un plus grand éventail d’options politiques et un système de soutien collectif qui peut servir de contrepoids à l’influence des grandes puissances.

Plus important encore, la politique étrangère vietnamienne continue de mettre l’accent sur le rôle vital de l’ASEAN. Hanoï reconnaît que le bloc régional reste essentiel pour sauvegarder la paix et la stabilité en Asie du Sud-Est et dans la région indo-pacifique au sens large. Ces politiques illustrent les efforts résolus du Vietnam pour travailler en étroite collaboration avec des partenaires partageant les mêmes idées pour améliorer et affirmer leur action collective dans un contexte de concurrence entre les grandes puissances.

Les récentes interactions positives avec les États-Unis et la Chine montrent que l’équilibre du Vietnam entre assurance, couverture et dissuasion – dans cet ordre – pour gérer les relations entre grandes puissances a fonctionné jusqu’à présent. Néanmoins, l’évolution du paysage géopolitique présente des défis qui obligeront le Vietnam à continuellement adapter et recalibrer sa stratégie. Clé défis Parmi ces facteurs figurent la concurrence soutenue entre grandes puissances, les différends en cours en mer de Chine méridionale ainsi que les menaces transnationales telles que le changement climatique, les pandémies et la réglementation des technologies émergentes telles que l’intelligence artificielle.

Pour faire face à cet environnement complexe d’aggravation des tensions géopolitiques, le Vietnam doit maintenir son agilité diplomatique et son autonomie stratégique tout en soutenant fermement un ordre qui adhère aux lois et normes internationales. La poursuite d’une approche proactive mais fondée sur des principes pourrait réussir à sauvegarder la souveraineté vietnamienne tout en évitant le fléau de la guerre.

Dr Ngo Di Lan est chercheur à l’Institut de politique étrangère et d’études stratégiques de l’Académie diplomatique du Vietnam..

Source : East Asia Forum

Laisser un commentaire